Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

La vraie histoire de Nicolas Escouteloup

mardi 3 avril 2018 par Rédaction

Les puristes auront décelé notre ’’poisson d’avril’’ au vue de la carrière de Nicolas Escouteloup qui a été notre complice involontaire mais consentant, car nous lui avions demandé l’autorisation de nous servir de son image. Mais les propos qu’il tient, sont de notre propre délire et de pure invention. Il n’est pas question, bien entendu, que l’entraîneur des avants du Stado-TPR rechausse les crampons contre Rouen. La vraie histoire, c’est que si Nicolas est un ancien talonneur reconnu pour l’efficacité de ses lancers, il a débuté le rugby au centre chez les jeunes où il a alterné en troisième ligne chez les Reichel béglais. A Bègles, où il a passé une dizaine d’années, il a joué un match officiel au centre, avant de jouer en troisième ligne. C’est Philippe Berbizier, qui lui a demandé de se reconvertir au talonnage en fin de carrière au cours de la saison 1996-1997. De plus à l’époque, ceux qui l’ont vu jouer, se souviendront qu’il jouait avec un casque d’où dépassaient ses cheveux longs. Ensuite lorsqu’il rejoint Marmande en Pro D2, il jouait en troisième ligne mais il lançait en touche. Des problèmes aux cervicales l’empêchaient de jouer au talonnage mais ses lancers en touche étaient précieux et appréciés. Il a joué à Bègles, où il a débuté en Reichel, de 1991 à 2001, dont il a même été le capitaine lors de la dernière saison pendant une dizaine de matchs. Il a joué avec des joueurs de la trempe de Surgens, Garcia, Palmer, Gallibert, Barragué, Dongieux, Ph. Berbizier, Accocebery, Etcheto, Dehez, Collazo, Orsoni, Llopy, Devergie, Sallefranque... Lors de la fusion entre Marmande et Casteljaloux, les dirigeants lui ont demandé d’entraîner l’équipe issue de la fusion. Lors du titre de Champion de France de Fédérale 3 de Casteljaloux, il était joueur entraîneur, et il a vraiment arrêté sa carrière de joueur à 36 ans, il y a dix ans en Fédérale 2. Nicolas Escouteloup, a aussi entraîné Valence d’Agen, avec qui il échoua en demi-finale de Fédérale 1 en 2012 contre Colomiers, pour l’accession en Pro D2, puis Limoges, pendant trois ans, avant de rejoindre Tarbes.

Jean-Jacques Lasserre