Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

6500 manifestants à Tarbes

jeudi 22 mars 2018 par Rédaction

La manifestation de ce jeudi 22 mars a mobilisé ce matin beaucoup de monde venu des secteurs de la fonction publique et de la SNCF répondant ainsi à l’appel des organisations syndicales CGT, FO, FSU, CFTC, Solidaires, UNSA, CFDT, CFE CGC. Des représentants des formations politiques de gauche (France Insoumise 65, Parti Socialiste, Parti Communiste, Front de gauche …) et des retraités s’étaient joints au cortège parti de la place de Verdun pour rejoindre la bourse du travail en passant par la rue Maréchal Foch.

La colère des cheminots

Diaporama
AGRANDIR

Avant le départ de la manifestation, Pierre Lacaze, secrétaire du syndicat CGT des cheminots Hautes-Pyrénées et Comminges, a pris la parole suite au blocage des trains pour Paris par la SNCF : 

« La manifestation nationale de ce jour des cheminots à Paris s’annonçait historique. Environ 25 000 cheminots y étaient attendus. La SNCF a délibérément sabordé les plans de transport en supprimant les trains qui devaient transporter les cheminots se rendant à la capitale pour manifester.

Dégrader volontairement les conditions de transport, alors qu’il est possible de faire autrement, relève d’une manipulation scandaleuse qui prend à parti les usagers et les citoyens. La direction SNCF et le gouvernement ont fait un choix irresponsable. Ces méthodes sont intolérables, cela doit permettre à chacun de mesurer que le gouvernement via la direction SNCF craint le rapport de forces et utilise tous les artifices même les plus sournois et illégitimes pour faire taire la colère des cheminots.

Cette attitude renforce notre détermination à se mobiliser pour la grève à partir du 3 avril prochain jusqu’à fin juin pour défendre le service public ferroviaire. Les annonces du 1er Ministre concernant la réforme de la SNCF représentent une attaque sans précédent : fin du statut des cheminots, ouverture à la concurrence, transformation de la SNCF en SA, suppression de 9000 kilomètres de lignes etc.…

C’est une attaque violente et elle aura des répercussions irréversibles sur le quotidien tant pour les cheminots que pour les usagers.

Nous ne laisserons pas faire cette réforme qui est dangereuse.

La CGT et les cheminots s’opposeront aux fossoyeurs du rail. Nous aurons besoin de trouver des convergences de luttes et gagner l’opinion publique. »

Après cette déclaration, le cortège est parti pour rejoindre la bourse du travail où José Navarro a pris la parole.

La déclaration de José Navarro au nom de l’intersyndicale

Chères et chers amis, chères et chers camarades,

Nous sommes aujourd’hui 6 500 dans les rues de Tarbes à clamer haut et fort que les services publics sont facteurs de cohésion sociale et garants des solidarités. Le service public c’est « le patrimoine » de ceux qui n’en ont pas !

Ecole, Hôpital, sécurité, finances publiques, services sociaux, municipaux, ferroviaire. Etc. La Fonction Publique et les services publics en général contribuent chaque jour à la construction d’une société solidaire !

Le 10 octobre 2017, des milliers d’agents publics étaient en grève et en manifestations dans le pays pour demander des moyens suffisants afin d’exercer leurs missions, exiger l’abandon du jour de carence, une revalorisation du point d’indice, une véritable reconnaissance des qualifications et le maintien du code des pensions.

Le gouvernement répond aujourd’hui par la stratégie du choc. Avec la mission CAP 2022, c’est une stratégie d’attaques tous azimuts qu’il développe.

Attaques contre les missions, austérité imposée a l’hôpital public, démantèlement du service public ferroviaire, EHPAD institutionnalisant la maltraitance faute de moyens, fermeture de centre des finances, fermetures de classes, suppression d’emplois dans l’enseignement professionnel, privatisation de l’apprentissage et de la formation en alternance....

Avant de mettre à sac la retraite par répartition et le code des pensions en 2019 :

- Le gouvernement programme la casse des missions : abandon de missions, transfert au privé, restructurations, 120 000 destructions d’emplois et mobilités forcées : NOUS REPONDONS NON !

- Le gouvernement programme la casse des solidarités et l’individualisation à tous les niveaux qui laissera les plus précaires et les plus démunis sur le bord de la route : NOUS REPONDONS NON !

- Le gouvernement veut casser le statut des cheminots avant de s’attaquer au statut général des fonctionnaires : contrats de droit privé, rémunération au mérite et à l’accompagnement des restructurations, plans de départs forcés (le volontariat est un leurre) pour ceux qui ne s’adapteraient pas, dégradation des conditions de travail : NOUS REPONDONS NON !

Par contre, NOUS REPONDONS OUI :

• POUR une fonction publique au service de l’intérêt général, pour un traitement égal des usagers.

• POUR le renforcement des services publics et le développement de nouveaux services (petite enfance, perte d’autonomie, transition écologique...)

• POUR les solidarités et la cohésion sociale

• POUR le renforcement du statut et la titularisation ces contrats précaires dans la fonction publique

• POUR l’abandon du jour de carence, la revalorisation du point d’indice et la reconnaissance des qualifications

• POUR le recrutement d’agents publics à la hauteur des besoins (hôpital. Education, services financiers de contrôle sécurité pénitentiaire, justice etc

Chères et chers amis, chères et chers camarades, la très forte mobilisation d’aujourd’hui nous apporte confiance et détermination, tous ensemble donnons y des suites c’est ce que nous vous proposons de débattre en participant maintenant au forum-débat unitaire qui va avoir lieu dans les minutes qui suivent dans l’amphithéâtre de cette Bourse du travail !

Merci à vous et à tout de suite !

N.L.