Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Fédérale 1 : Tarbes-Aix, samedi à 15h00 à Trélut

vendredi 16 mars 2018 par Rédaction

On peut regretter que ce match de gala, soit programmé en même temps que la dernière journée du Tournoi des VI Nations et à la même heure, que le choc entre l’Angleterre, en quête de rédemption, et l’Irlande en quête de Grand Chelem. Un écran géant sera installé sous le chapiteau pour ceux qui voudront regarder Galles-France à 18h. Mais il est à craindre, au vu de la météo annoncée, que beaucoup restent sur leurs canapés et que les tribunes sonnent encore creux, malgré la gratuité des places pour les Femmes, en l’honneur de leur journée fêtée ce jeudi 8 mars.

Le point avec Yannick Vignette et Nicolas Escouteloup

Dernier gros choc à Trélut

Dernier gros choc à Trélut avant les demi-finales du mois mai, même si le dernier match de poule à Trélut sera le 7 avril contre Bourgoin. Mais là, le TPR reçoit le leader de la poule qui viendra certainement pour valider sa qualification. Une victoire en Bigorre lui ouvrirait en grand la porte de la Pro D2 en maintenant ses poursuivants, qui reçoivent, à distance. Une équipe d’Aix, qui semble moins dominatrice depuis la phase retour avec trois succès étriqués contre Rouen, Strasbourg et Albi, deux défaites à Chambéry et à Bourg-en-Bresse, pour deux larges succès sur Bourgoin et Limoges. Loin du Provence Rugby flamboyant qui a aligné neuf victoires consécutives. Sans un arbitrage maison dénoncé par les Albigeois, Aix aurait sans doute subit un nouveau revers vendredi dernier.

Passer un test contre Aix

De quoi donner des espoirs à des Tarbais qui ont hâte d’en découdre avec la meilleure équipe de la poule pour s’évaluer et essayer d’effacer le lourd échec du match Aller, même si Yannick Vignette ne veut pas tirer sur cette corde. « Le passé, c’est le passé. Effectivement, on pourrait jouer sur ça, mais je ne veux pas qu’on fasse un match à la réaction, à l’orgueil. Je préfère jouer sur le présent. Je préfère qu’on fasse un match avec nos forces, notre caractère du moment. J’ai envie qu’on fasse quelque chose qui ressemble à ce qu’on travaille et qu’on met en place et ne pas jouer uniquement sur le côté psychologique. » Le Manager souhaite que l’équipe franchisse un nouveau palier. « J’ai dit aux joueurs, qu’Aubenas a validé le travail fait pendant trois semaines et qu’Aix devait le confirmer. » Un match, qui doit servir de véritable test au staff et aux joueurs qui ont mis les bouchées doubles aux entraînements depuis un mois. Sans se servir du match aller pour se motiver, les Tarbais devraient en retenir les leçons. En vingt-deux minutes, le TPR a pris 35 points et cinq essais ! Sur les six essais encaissés, cinq ont été « offerts » par les Bigourdans sur des fautes d’inattention et des ballons perdus. « C’est une équipe qui, lorsqu’on lui laisse un peu de champ et le loisir de développer son jeu, a des individualités qui font la différence et qui marquent très vite » souligne Nicolas Escouteloup. « Derrière, c’est très, très, bon. Ils ont des joueurs qui jouent très justes et qui sont des finisseurs à l’exemple de Zambelli et Labarthe. Devant, c’est solide mais pas exceptionnel », constate l’entraîneur des avants.

L’ossature se met en place

Avec Yannick Vignette, le nouvel homme fort du TPR, adoubé par le Président Nunes, plus de passe- droits pour couper à certains entraînements. Ceux qui suivent, les plus performants, jouent, les autres restent à la disposition de la B, quel que soient leurs statuts antérieurs et les services rendus. « Ceux qui ont envie d’appartenir au projet et qui s’investissent pleinement, restent et ceux qui ne s’investissent pas dans le projet sont écartés » confirme le Manager. Un groupe s’est détaché et Yannick Vignette entend s’appuyer sur lui pour préparer les phases finales avec pour objectif la montée. Le groupe vainqueur d’Aubenas est reconduit en intégralité, avec quelques roulements entre les titulaires et les remplaçants. « Je veux amener de la stabilité sur au moins deux matchs et après faire des changements de manière homéopathique » confie le manager tarbais, qui entend s’appuyer « sur une ossature », dans laquelle s’intègreront les retours des joueurs blessés, s’ils remplissent les critères de performance et d’implication.

La surprise Piveteau

A l’entraînement deux joueurs détonnent par leurs coupes de cheveux, Paul Piveteau et Imad Bouhedjeur, dues à leur intronisation dans le groupe d’Aubenas. Si Imad a fait plusieurs apparitions en matchs amicaux et à Bourgoin, c’était une première pour le jeune Paul Piveteau qui va fêter ses 22 ans ce 16 mars. Un joueur natif de Châteauroux où il a débuté le rugby à l’âge de cinq ans. Puis il intègre le Centre Fédéral de Bourges avant de rejoindre le Centre de Formation de Périgueux et d’intégrer, l’an passé, l’équipe senior. Même si Périgueux a fait un beau parcours en étant Champion de France de Fédérale 3, le niveau est totalement différent en Poule Elite de Fédérale 1. Les entraînements et les matchs sont plus durs mais le jeune centre a tapé dans l’œil de Yannick Vignette qui l’a intégré directement dans le quinze de départ à Aubenas. Malgré la pression d’un premier match à ce niveau, Paul Piveteau s’en est plutôt bien sorti, bien intégré par l’ensemble du groupe. « J’ai été bien encadré par Nano (Vergallo), Micka (Lacroix) et Yannick (Vignette) qui m’ont mis en confiance avant le match, qui m’ont beaucoup parlé. » De plus son entente avec Jonathan Brethous ne pouvait être que parfaite de par leurs affinités. « On s’est connu à Périgueux où il est resté une saison avant de partir à Chambéry. On est en cours ensemble et on s’entend bien. Rugbystiquement, on est deux joueurs de ballon, on aime attaquer la ligne », avoue l’ex-périgourdin.

Les clés du match

Les clés du match seront, comme toujours dans un match de rugby, la conquête, le combat, la pression, l’abnégation, la solidarité et la discipline. Mais c’est encore plus vrai contre une équipe comme Aix, forte et complète, dans toutes ses lignes. La priver de ballons, notamment en touche, pour éviter les ballons portés, sera primordial. D’autant que si le maul ne va pas à dame, les trois-quarts s’en chargent par du jeu au large ou une diagonale au pied. La touche, dominée à l’aller par Kbaier, Lockley et Mondoulet, qui culminent tous les trois à 2 mètres, sera une autre des clés pour priver Aix de munitions.

 

Les Tarbais devront être exemplaires sur toutes les zones d’affrontement pour faire reculer cette équipe qui s’est inclinée deux fois contre Chambéry ; la meilleure défense du Championnat. Le TPR, deuxième défense, a donc des atouts pour faire déjouer les Provençaux comme ont aussi su le faire les Albigeois en les prenant devant et en les agressant dans le jeu. La discipline sera aussi une des clés du match, car l’indiscipline a coûté cher aux Tarnais, qui ont pris dix points sur une exclusion alors qu’ils menaient au score. Une indiscipline qui leur a coûté au moins le match nul, avec une pénalité à la 79ème minute ! D’autant qu’Aix possède le meilleur buteur de la poule avec 229 points contre 112 à Claverie, qui est troisième… Mais Aix, c’est aussi la meilleure attaque avec plus de 27 points de moyenne par match.

Pression, engagement

Une équipe très dangereuse si elle n’est pas mise sous pression, d’où les consignes du manager, « de défendre chèrement chaque centimètre et de leur mettre un maximum de pression. Car si on ne se met pas en action de pression défensive, eux en revanche, ils vont nous mettre un maximum de pression offensive, avec des joueurs talentueux. » Une équipe considérée, par Nicolas Escouteloup et Mickaël Etcheverria comme la meilleure et la plus complète et qui dispose du meilleur entraîneur. Pour Yannick Vignette la force d’Aix ; « c’est la qualité individuelle de certains joueurs. Le danger, il est plus sur les individus que sur une organisation. Même s’il y a une organisation, le danger vient surtout de la qualité individuelle et nous, on doit répondre par une force collective. » Nicolas Escouteloup précise : « C’est une équipe qui est capable de mettre beaucoup de vitesse dans son jeu et la clé sera de les empêcher de mettre de la vitesse. Il faudra conserver le ballon quand on l’aura, essayer de leur rendre le moins possible, défendre et gêner leurs sorties de balles. Pour gagner, il faudra leur imposer un gros combat devant. » La pluie est attendue samedi et dans ces conditions, le combat, l’affrontement au ras et le jeu aux pieds, seront de rigueur. « On peut tout dire, faire tous les scénarii que l’on veut, il n’y aura pas de victoire, s’il n’y a pas d’engagement. Face à une équipe comme ça, on ne peut pas avoir un moment d’errance. Il faudra en permanence les mettre sous pression » confirme Yannick Vignette.

Discipline

Le match devrait être serré et la discipline sera primordiale dans une rencontre où les occasions devraient être rares, à l’exception de contres ou de ballons perdus. « C’est une évidence, la discipline, pour éviter les pénalités, fait partie des choses à maîtriser pour ne pas offrir des points faciles. Il faudra être fort sur l’homme et être propre ! assurre Yannick Vignette » Les leçons d’Albi devraient avoir été retenues. Les Tarbais devront être dans le match d’entrée et ne plus rien lâcher jusqu’à la fin. S’ils récidivent la même prestation qu’en seconde mi-temps, ils ne devraient pas être loin. « Il faut jouer à quinze, pas à quatorze. Il faut que tout le monde soit impliqué, il ne faut pas que des joueurs se ratent, il faut que tout le monde ait la même envie, la même volonté de gagner. » Une volonté qu’il faudra, d’ici un mois et demi, pour remonter en Pro D2. « C’est un match où on est obligé de se prouver à nous mêmes qu’on peut gagner en demi-finale. Il faut qu’on se prouve, qu’on a le niveau pour faire de belles choses. Et pour se le prouver, on a besoin d’un match référence. Et là, on a un match qui va nous permettre de nous évaluer de façon concrète et de voir notre réel potentiel », espère le manager. D’autant qu’Aix viendra en Bigorre pour l’emporter.

Mickaël Lacroix, prend le capitanat

Mickaël Lacroix a été promu capitaine lors du déplacement à Aubenas et devrait terminer la saison à ce poste. Le seconde ligne, qui compte un solide passé en Pro D2, est à même d’être un peu plus écouté et entendu par le corps arbitral. Une décision prise avec l’accord de l’ancien capitaine. « David, c’est un super mec qui ne court pas après ça forcément. Et Micka se sent davantage prêt, maintenant qu’il connait bien le club et le groupe, pour recevoir le capitanat » assure Yannick Vignette, séduit par la personnalité de l’ancien capitaine auscitain.

Le Groupe d’Aubenas reconduit en intégralité

Il n’y a eu aucun blessé en Ardèche, à part des contusions et quelques points de sutures, dans un match jugé assez rugueux. Havéa, qui a repris l’entraînement avec contact et qui s’est bien envoyé, devrait faire sa rentrée avec la B ce week-end. Domec et Mudariki eux, sont toujours à l’infirmerie mais ils devraient reprendre bientôt les entraînements avec opposition. Les changements, s’ils interviennent d’ici samedi, le seront uniquement suite à des blessures qui seraient intervenues aux entraînements qui sont assez musclés. Un engagement qui sera nécessaire contre des Aixois qui viendront pour conforter leur accession directe dès ce samedi. Le jeune Paul Piveteau reste dans le groupe mais c’est Vinusa qui pourrait faire la paire au centre avec Jonathan Bréthous, pour des raisons tactiques. Piveteau couvre plusieurs postes derrière et en l’absence d’Adrien Domec, c’est le couteau suisse des trois-quarts et Yannick Vignette ne veut pas prendre le risque de le faire jouer d’entrée en cas de blessures. D’autant que Julien Latisnères-Palacin, l’habituelle doublure au centre, est blessé. Des roulements pourraient se faire, sur certains postes, au sein du groupe.

Le groupe pour Aix

Avants : Nicoloz Kazalikashvili, François Lapassouse, Nicolas Basile, Jérémy Loncan, Kakhader Koberidze, Alexandre Duny, Semisi Taulava, Loïc Bernad, Mickaël Lacroix, James Percival, Nicolas Gal, David Bonnecarrère, Alexis Armary, Thibault Paris

Arrières : Nicolas Vergallo, Jean-Baptiste Claverie, Aderito Esteves, Paul Piveteau, Jonathan Bréthous, Morgan Rubio, Williams Pees, Sionasa Vinusa, Maxime Bats, Imad Bouhedjeur

J-J L