Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Le 42e salon agricole de Tarbes est ouvert

jeudi 8 mars 2018 par Rédaction


Ce jeudi matin, Gérard Trémège, maire de Tarbes et président de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, a inauguré le 42e salon agricole de Tarbes aux cotés du président Jean-Louis Cazaubon, de la préfète Béatrice Lagarde, des parlementaires, des nombreux élus et personnalités ; Cette manifestation draine chaque année plusieurs dizaines de milliers de visiteurs (+ de 66 000 en 2017) . Jusqu’à dimanche, le parc des expositions va connaître une grande effervescence. (...)

Le discours de Jean-Louis Cazaubon
Président de la Chambre d’agriculture des H-P et du Salon agricole

Après avoir salué la préfète Béatrice Lagarde, les parlementaires (Jeanine Dubié et Jean-Bernard Sempastous, députés, Maryse Carrère, sénatrice), Michel Pélieu, président du conseil départemental, les conseillers régionaux, départementaux, les présidents et directeurs des chambres consulaires, les conseillers communautaires et autres personnalités, Jean-Louis Cazaubon devait remercier Gérard Trémège, maire de Tarbes et président de la Communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées d’avoir accepté d’inaugurer ce salon qui lui tient particulièrement à cœur.

Le président Cazaubon a souligné d’emblée que cette manifestation a franchi différents paliers au fil des années, faisant bouger les foules, avec l’an dernier plus de 66 000 visiteurs.

"Ce Salon, dit-il, est aujourd’hui en France la 4ème manifestation de ce type, en terme de fréquentation. C’est une fierté pour nous petits artisans devenir titiller les professionnels de l’organisation de ce type de manifestation.

Je veux remercier ici les personnes qui prennent en charge l’organisation de ce Salon à savoir Cédric Abadia, Christelle Toco, Marie Mengelle et Laure Bahamonde, mais aussi tous les agents de la Chambre d’Agriculture des Hautes-Pyrénées qui s’investissent depuis plusieurs semaines pour organiser les différents stands et animations qui constituent le programme de ces 4 jours.

Je veux aussi remercier les agriculteurs qui accompagnent bénévolement les 70 classes de primaires et leurs enseignants pour expliquer aux enfants - les consommateurs de demain - les réalités du métier d’agriculteur et le cheminement des produits, de la fourche à la fourchette.

Je vais vous livrer un élément révélateur de l’état d’esprit qui préside autour de ce salon : sachez que 90 agriculteurs se sont proposés spontanément pour accompagner les enfants des écoles. C’est ce qui peut me faire dire, que cette manifestation va perdurer dans le temps, elle respire l’authentique, la vraie vie du monde rural et peut-être du monde tout court, un mode de vie pyrénéen auquel nous tenons tous.

Comme d’habitude, je veux remercier tous ceux qui nous soutiennent financièrement à savoir la Région Occitanie, la Chambre d’Agriculture des Hautes-Pyrénées, le Conseil Départemental, la Ville de Tarbes, Groupama, le Crédit Agricole et la Mutualité Sociale Agricole. Vos soutiens, pour nous, sont l’élément d’équilibre budgétaire".

Une caisse de résonance pour communiquer

Par les temps que nous vivons, il est indispensable pour nos agriculteurs de disposer d’une caisse de résonnance comme ce Salon pour communiquer avec nos concitoyens.

Notre métier est méconnu, notre activité se déroule à l’extérieur mais dans l’exercice de celle-ci, nous ne sommes pas en contact avec la population. Son rôle et son importance dans l’économie sont totalement ignorés par le citoyen lambda.

Nous ne sommes pas des start-up et ne faisons pas partie de l’économie numérique. Bien que le numérique et le digital soient de plus en plus présents dans notre métier. Il faut dire aussi que notre activité pèse lourd dans l’économie régionale. Jugez plutôt ! :

L’agriculture, l’agroalimentaire, c’est 165 000 emplois et 21 milliards de chiffre d’affaires annuel avec la forêt.

Ceci, nous devons le dire et le répéter. Mais la fonction originelle de l’agriculture est de produire des biens alimentaires pour nourrir les populations qui peuplent notre planète. Mais aussi également au-delà de cette fonction, les aménités produites par l’agriculture sont multiples ; sur le plan environnemental tout d’abord l’entretien des paysages est assuré par l’homme et l’animal, la biodiversité n’est vérifiée que s’il y a entretien ; car dans le cas contraire c’est une espèce qui prend le pas sur l’autre et la fait disparaître, et il n’y a plus de diversité. L’environnement et les paysages, sont le socle sur lequel repose toute l’activité touristique et même le ski. Lorsque l’on sait ce que cela représente pour l’économie départementale, on peut mesurer l’importance des services rendus par l’agriculture.

Nous pouvons aller encore plus loin, avec la production d’énergies renouvelables. Les agriculteurs ont installé des milliers de m2 de panneaux photovoltaïques sur leurs bâtiments pour produire de l’électricité. Ils projettent aujourd’hui au travers d’unités de méthanisation de produire du Biogaz renouvelable à partir des effluents d’élevage. Pourquoi ne pas réfléchir à un projet de territoire dans le cadre de l’Agglo TLP, ou même au-delà, sur la possibilité d’alimenter les bus de transports en commun à partir de ce Biogaz, dans lequel seraient incluses les tontes des pelouses des espaces publics.

Pas de pollution c’est une énergie propre, renouvelable et produite sur notre territoire.

L’agriculture, une grande cause régionale

Je veux évoquer ici le projet régional intitulé « l’alimentation, une grande cause régionale ».

En tant que Vice-président du Conseil Régional la Présidente m’a chargé de conduire ce projet. Croyez bien que si je me suis engagé dans cette sphère, que je qualifierais de politique, ce n’est pas pour occuper une place ou pour aller faire le géranium sur une tribune.

Bien sûr, cette position de cumulard, qui me vaut quelques coups de crayons, lors de certaines désignations, je compte bien m’en servir, pour faire en sorte que les productions des agriculteurs de notre région se retrouvent plus souvent sur les tables de notre restauration qu’elle soit collective ou familiale.

Nos emplettes sont nos emplois et, il m’est de plus en plus difficile d’admettre que 80% de la viande bovine consommée à Toulouse ne soit pas issue de la région.

Dans le cadre d’Ambition Pyrénées, nous avons pris collectivement autour de la bannière « Mangez HaPy » l’initiative de faire bouger les lignes.

Aujourd’hui les planètes sont alignées pour que nous puissions relocaliser notre alimentation : l’attente des consommateurs, la volonté des politiques, la volonté des Pouvoirs Publics, à nous producteurs et Chambres d’Agricultures de la Région de nous y investir.

Je veux remercier le Conseil Départemental et son Président, Michel Pélieu, pour la volonté et l’engagement qu’ils ont mis dans cette démarche.

Si le top départ est donné par le Conseil Départemental en direction des collèges afin que 40% des produits servis dans les cantines de ces derniers proviennent du département ou de la Région, et que dans le même temps la Présidente de la Région en fasse de même et c’est le cas avec les lycées, je suis persuadé que nous pouvons réussir dans cette entreprise.

Pour l’instant, je peux vous dire, que nous allons essayer et qu’avec l’Ariège, les Hautes-Pyrénées seront moteurs dans cette démarche.

Le Conseil Départemental des Hautes-Pyrénées met en place une légumerie pour préparer les légumes afin qu’ils soient conditionnés et prêts à l’emploi à leur entrée dans les cuisines des collèges.

Dans le même temps la Chambre d’Agriculture, en partenariat avec la Communauté de Communes Adour Madiran, organise et investit dans une plateforme de regroupement de l’offre locale issue des producteurs et des acteurs économiques départementaux. Les produits Bio, les produits sous signe officiel de qualité seront bien présents dans notre catalogue. Mais également le cœur de la gamme de nos productions départementales.

L’innovation c’est aussi faire autrement et réorienter nos circuits de distribution est une nécessité.

L’agriculture régionale attend cela, l’économie départementale en sera bonifiée, et les consommateurs en seront bénéficiaires.

Ensemble nous avons l’ambition de réussir.

Je veux vous dire aussi consommez HaPy ;

Vous retrouverez ce sigle chez vos commerçants, mais aussi dans les GMS des Hautes-Pyrénées ; ainsi vous ferez partie de la communauté des locavores, mais peut-être aussi des qualivores.

Je ne vais pas aborder ici, le problème de classement des ZDS sachez simplement que l’on agit pour faire en sorte de récupérer encore quelques communes sortantes, mais l’espoir s’amenuise au fil des jours.

L’élevage haut-pyrénéen est tiré vers le haut

Je reviens au Salon, saluer les collègues espagnols, et pour féliciter les éleveurs qui se sont distingués à Paris, leur dire vous êtes l’élite mais vous ne faites pas de l’élitisme. Par contre au travers de votre engagement c’est l’ensemble de l’élevage Haut Pyrénéen qui est tiré vers le haut.

Je ne connais pas beaucoup de départements capables de présenter 7 concours de races bovines différentes avec des niveaux de qualité aussi relevés, dans les Hautes- Pyrénées nous relevons ce défi.

Un salon qui génère de l’économie

Ce salon c’est un trait d’union entre le monde urbain et le monde rural, c’est aussi le lieu des rendez- vous d’affaires, qu’il s’agisse de machinisme, les concessionnaires des différentes marques sont présents à l’extérieur du parc, des semences et des différents intrants nécessaires à la prochaine campagne, de la génétique animale. Tout cet ensemble représente, chaque année, un marché de plusieurs millions d’Euros.

Je veux aussi vous dire que tous les hôtels tarbais sont pleins, car les 66 000 visiteurs attendus ne viennent pas tous de Tarbes, ce qui veut dire que ce salon génère de l’économie.

Ce salon c’est aussi la fête

Mais ce Salon c’est aussi la fête, le nombre de jeunes qui fréquentent notre manifestation est en constante augmentation, cela nous remplit de satisfaction.

Les gourmets sont attendus, il y en aura pour tous les goûts, les JA et les éleveurs se sont préparés et ils vous attendent tout au long de ces quatre jours, en couple en famille ou entre copains.

Il ne vous reste plus à espérer que la météo soit avec nous et à vous dire venez nombreux et aussi revenez.

Bon Salon à Tous.

L’allocution de Gérard Trémège, maire de Tarbes
et président de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées
(Audio ci-dessous)

MP3 - 12.5 Mo

Lire (.pdf)

Le programme

NDLR. A l’occasion de cette inauguration, nous avons eu une très forte pensée pour notre ami Louis Dollo qui nous a quittés récemment et qui couvrait depuis de très longues années le salon agricole, réalisant de nombreux et intéressants reportages avec les divers participants qui souvent étaient aussi ses amis. Tu nous manques beaucoup Louis. Et nous ne sommes pas les seuls à te regretter...

==============
Diaporama
==============
Visite du salon agricole dans le sillage des autorité (Photos Nicole Lafourcade)