Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
   
 
   
 

Tarbes-Montpellier, samedi à 20h00 au Quai de l’Adour

vendredi 2 février 2018 par Rédaction

Encore un gros au Quai de l’Adour

Montpellier, double Champion de France 2014, 2016 et vainqueur de Coupe de France 2011, 2013, 2015 et 2016, est encore un ’’gros’’ malgré le départ, en fin de saison dernière, de Valéry Demory à Lyon et de ses meilleures joueuses. Cette année le TGB et le BLMA, luttent pour une place dans les Play-Off et le vainqueur passera devant le vaincu. Tarbes pourrait même prendre ses distances en cas de succès. Mais attention, après l’Américaine Rodgers, qui avait crucifié le TGB (28 points, 8/12 à 3 points), Rachid Méziane vient de recruter l’intérieure internationale Suzy Batkovic (38 ans, 1,98 m), MVP (20,5 points et 10 rebonds de moyenne, 13 double-double) et Championne d’Australie 2018. Sa double nationalité (Australo-Croate) lui permet d’évoluer en même temps que Little, Rodgers ou Hurt.

Les regrets contre Bourges

François Gomez ne laissera pas passer l’occasion de marquer son territoire et de prendre une option dans la liste des huit prétendants aux Play-Off. Surtout qu’il n’a pas apprécié son élimination en Coupe de France par les Montpelliéraines et qu’il n’a pas digéré le comportement de ses joueuses à Bourges. Les deux fois, les Tarbaises ont manqué d’ambition face à une équipe présumée plus forte. Un comportement qui devient récurrent à l’extérieur à l’exception de Nantes. C’est d’autant plus rageant, que même face à un grand Bourges revanchard, les Tarbaises auraient pu créer l’exploit. Malgré le plus faible écart concédé par une équipe au Prado, François Gomez n’était pas satisfait. « On joue mieux que Bourges, on perd moins de balles que Bourges, sauf qu’on rate trop de tirs, qu’on fait trop de fautes, qui ne servent à rien, qu’on offre trop de lancers-francs. » Le coach tarbais estimait même que les Tarbaises auraient dû gagner au Prado. « Ce match ne m’amène aucune satisfaction parce je trouve qu’on a été meilleurs qu’elles. On fait un bon début de match, elles reviennent mais je crois qu’on est un peu friables psychologiquement. On n’a pas conscience qu’on peut se mesurer aux meilleurs et on se laisse déborder. On se met tout seul dans une spirale négative, ce n’est pas Bourges qui nous y met. Les treize points d’écart n’ont aucune valeur, on est à 8 points à vingt secondes de la fin. Au contraire, ils font mal parce qu’on aurait dû battre Bourges. On sort, les Filles et moi, avec beaucoup de regrets parce qu’on n’a pas fait le nécessaire pour battre Bourges. Les occasions de le faire ne sont pas si fréquentes pour le prendre à la légère. On pouvait gagner, mais on n’a pas su, parce qu’on n’a pas encore conscience de notre vrai potentiel. On a fait peur à Bourges mais on laisse échapper une victoire largement à notre portée, en toute humilité. J’ai beaucoup, beaucoup de regrets et d’énervement, car on peut s’en vouloir ! »

Double revanche

Les Tarbaises ont une double revanche à prendre sur Montpellier et sur elles mêmes, car elles vont se retrouver face à une équipe contre qui elles ont montré les mêmes failles au match Aller et en Coupe de France. A l’Aller, le TGB n’avait été que l’ombre de l’équipe qui venait de battre Bourges, avec Diallo (5 points), Gaye (5 points) et Konteh (9 points), en dessous de leurs valeurs, au contraire de Plouffe (21 points) et de Bjorklund (17 points). En Coupe de France, malgré les absences de Diallo et de Konteh, et le festival de Rodgers, les Tarbaises ont laissé passer une victoire largement à leurs portées. « Avec un peu plus de réussite et moins d’erreurs, il y avait vraiment moyen de le gagner, » regrettait François Gomez. D’autant, les Tarbaises avaient dominé les Héraultaises (62-78) au Pré-Open, à huit jours de la reprise du Championnat. Donc, pas de quoi faire un complexe d’infériorité face à une équipe qui n’est pas encore du calibre de Bourges, malgré ses grosses rentrées.

Un match charnière crucial

Montpellier, après treize journées, occupe la septième place au classement général avec 19 points (6 victoires), derrière Tarbes et Lyon (20 points, 7 victoires), Basket-Landes (21 points, 8 victoires), Charleville-Mézières (22 points, 9 victoires), Villeneuve d’Ascq (23 points, 10 victoires) et Bourges (24 ponts, 11 victoires). Mais juste devant le Hainaut et Nantes (18 points, 5 victoires), qui luttent pour éviter les Play-Down avec Mondeville (17 points, 4 victoires) et Roche-Vendée et Nice (16 points, 3 victoires). C’est dire si c’est un match charnière crucial entre le haut du classement pour le vainqueur et le bas pour le vaincu.

Montpellier plus à l’aise hors de ses bases

Ce qui devrait interpeller les Tarbaises, c’est que Montpellier est plus à l’aise à l’extérieur avec quatre succès à Mondeville (72-95), à Roche-Vendée (64-68), à Nice (56-82), à Basket-Landes (83-91), pour deux victoires à domicile contre Charleville-Mézières (83-73), Tarbes (84-72). Les Montpelliéraines ont perdu quatre fois chez elles contre Nantes (60-67), Hainaut (74-77), Bourges (55-86), Villeneuve d’Ascq (52-57) et trois fois en déplacement à Villeneuve d’Ascq (62-60), à Lyon (67-64) et à Charleville-Mézières (79-48). De plus les Héraultaises à l’extérieur ont été capables de passer 95 points à Mondeville et 91 points à Basket-Landes. Après un beau succès sur le parquet de Basket-Landes, Montpellier reste sur deux échecs à Charleville-Mézières et à domicile contre Villeneuve d’Ascq, deux pointures du Championnat.

Montpellier décevant en Euroligue

Montpellier a réalisé un très mauvais parcours en Euroligue et termine dernier avec une seule victoire en quatorze rencontres contre les Russes de Nadezhda (76-69). Le BLMA a perdu chez les Russes (100-56) et deux fois contre les Espagnoles de Salamanque (64-34 et 44-67), contre les Turques de Yakin Dogu (56-80 et 81-61) contre les Turques de Fenerbahce (79-63 et 75-76), contre les Italiennes de Schio (61-55 et 56-75), contre les Polonaises de Cracovie (85-67 et 57-85) et contre les Russes d’Ekateringburg (100-46 et 61-100). Ce qui dénote, ce sont les trois défaites à 100 points dont la dernière ce mercredi contre Ekaterinburg. Un match joué sans Lardy, Little, Rodgers et Batkovic, qui fera donc ses débuts à Tarbes.

Blessures et Turnover

Des résultats contrastés qui s’expliquent par le renouvellement du coach et de l’effectif à l’inter-saison mais aussi par des blessures et plusieurs turnovers. Bankolé a manqué plusieurs matchs (2ème journée, 9, 10, 11, 12, 13èmes journées), Lardy (3ème, 4ème, 12ème, 13ème journées), Kobryn (2ème), Hurt (7ème), Diarra (3ème, 4, 5, 6, 7, 8, 9èmes journées), Bernies (12ème, 13ème journée), Bar (6ème journée). Sans compter les turnovers avec les départs de Kobryn à la 8ème journée, remplacée par Little à la 11ème journée, de Sottana à la 11ème journée, remplacée par Rodgers à la 12ème journée. Deux départs pour Galatasaray et Fenerbahçe, deux clubs Turcs, plus cotés et mieux classés en Euroligue. Diarra, recrutée comme joker médical n’aura jouée que lors de la 2ème et de la 10ème journée. Pour terminer la saison Montpellier vient d’engager l’internationale australienne Suzy Batkovic (1,98 m) qui de part sa double nationalité australo-croate pourra jouer aux côtés de deux des trois Américaines, Little, Rodgers et Hurt. Une belle pioche car malgré ses 38 ans Batkovic vient d’être sacrée Championne d’Australie et MVP 2018 avec treize double-double, 20,5 points et 10 rebonds de moyenne ! L’intérieure internationale australienne a joué dans la grande équipe de Valenciennes avec qui elle a remporté l’Euroligue 2004 après en avoir été finaliste et gagné la Championnat de France en 2003. Elle a également joué en Espagne à Valence (Ros Casares), en Russie (Ekaterinburg) et en WNBA, où elle a remporté quatre titres dont le dernier en 2016. C’est donc du lourd et du très lourd qui sera sur le parquet du Quai de l’Adour ce samedi.

Une équipe chamboulée à l’inter-saison

Montpellier a tourné une page avec le départ de son entraîneur emblématique Valéry Dumory à Lyon, l’arrêt de sa capitaine Gaëlle Skréla et le départ de ses meilleurs joueuses. Un club sacré en 2014 et 2016 devant Bourges et vainqueur de quatre Coupes de France 2011, 2013, 2015 et 2016, dont un triplé en 2016 avec le Match des Champions.

Outre son coach (Lyon) et sa capitaine (retraite), Montpellier a perdu Elodie Godin et Sarah Michel (Bourges), Géraldine Robert (Nice), Christel Mann (Roche-Vendée) et Naomie Halman (maternité).

Rachid Méziane, l’ancien coach niçois a dû tout reconstruire autour de deux joueuses Anaël Hardy et Fatimatou Sacko. Mais il a recruté du lourd avec Romy Bar (Nice), Giorgia Sottana (Schio), Romane Bernies et Marie Mane (Angers), Courtney Hurt (Gorzow Pologne), Ewelina Kobryn (Cracovie, Pologne), au palmarès impressionnant et deux jeunes joueuses de LF2, Assitan Kone (Arras) et Ornella Bankole (Calais). Rachid Méziane a choisi pour assistante l’ex-tarbaise Aurélie Bonnan.

Un effectif reconstruit en cours de saison suite à la blessure de Bankolé et aux départs de Kobryn et de Sottana. L’internationale sénégalaise Maïmouna Diarra a fait une pige en cours de saison. Après les Américaines Little et Rodgers, c’est l’Australienne Batkovic qui vient de rejoindre le BLMA.

Effectif de Nice

Poste 1 :

Giorgia Sottana, 29 ans, 1,77 m, internationale italienne (Moy., 12,80 points, records 27 points, 6 passes décisives) Partie

Ta’Shauna Rodgers, 29 ans, 1,75 m, USA (Moy., 11 points, record 17 points, 5/14 à 3 points, en deux rencontres)

Anaël Lardy, 31 ans, 1,70 m, ex-internationale (Moy., 5,11 points, records 14 points, 3/3 à 3 points)

Romane Bernies, 26 ans, 1,70 m, internationale A (Moy., 9 points, records 19 points, 2/2 à 3 points, 6 rebonds, 10 passes décisives)

Poste 2-3

Ornella Bankole, 21 ans, 1,81 m, ex-internationale U18 (Moy. 7,30 points, records 15 points, en sept matchs)

Marie Mane, 23 ans, 1,83 m, internationale U18, U20 et A, (Moy., 4,92 points, record 14 points, 3/4 à 3 points)

Poste 3-4

Romy Bar, 31 ans, 1,87 m, internationale allemande (6,8 points, records 18 points, 3/3 à 3 points)

Fatimatou Sacko, 33 ans, 1,83 m, ex-internationale Espoirs (Moy., 8,7 points, records 15 points, 10 rebonds, quatre double, 1 double-double)

Poste 4 :

Courtney Hurt, 28 ans, 1,85 m, USA (Moy., 15,36 points, records 22 points, 2/2 à 3 points, 10 rebonds, 11 doubles en 12 matchs, 1 double-double)

Camille Little, 28 ans, 1,88 m, USA (Moy.,14,5 points, 6 rebonds, records 20 points, 2/3 à 3 points en deux matchs

Assistan Kone, 22 ans, 1,95 m (Moy., 5,6 points, record 20 points, 2 doubles)

Poste 5

Suzy Batkovic, 38 ans, 1,98 m, internationale australienne

Ewelina Kobryn, 35 ans, 1,91 m, (Moy., 9,7 points, records trois fois 12 points, 10 rebonds, 5 doubles en 6 matchs) Partie

Maïmouna Diarra, 26 ans, 1,98 m, internationale sénégalaise Partie

Jean-Jacques Lasserre