Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Voeux à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat

jeudi 25 janvier 2018 par Rédaction


Daniel Pugès, président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, et les membres élus de cette chambre consulaire ont reçu, dans le cadre du centre de formation, les personnalités pour la traditionnelle cérémonie des vœux. Parmi les présents, on remarquait notamment Marc Zarrouati, secrétaire général de la préfecture, Gérard Trémège, maire de Tarbes et président de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées et d’autres élus. Nous mettons en ligne ci-dessous le discours intégral de Daniel Pugès.

VŒUX 2018

 

Monsieur le Secrétaire Général de la Préfecture représentant Mme la Préfète,

Mesdames et Messieurs les Conseillers Régionaux,

Mesdames et Messieurs les Maires,

Mesdames et Messieurs, les Présidents, les Directeurs, les Elus, chacun dans vos fonctions respectives,

Chers Maîtres d’Apprentissage et Chers Apprentis,

Chers Collaborateurs, Chers Collègues, et permettez-moi d’ajouter Chers Amis,

 

Les membres élus et moi-même sommes ravis de vous recevoir ce soir dans notre Centre de Formation à l’occasion de notre traditionnelle cérémonie des vœux de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Hautes-Pyrénées.

 

Il est de coutume d’offrir les vœux à tous ceux qui sont ici présents et qui nous font l’honneur d’être à nos côtés ce soir.

 

Merci donc à vous, Mesdames et Messieurs, de répondre à cette invitation et d’honorer ainsi l’Artisanat de votre territoire de votre présence.

 

Merci aussi aux 70 collaborateurs qui œuvrent au quotidien au service de notre secteur : ces femmes et ces hommes qui composent l’équipe administrative et enseignante de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Hautes-Pyrénées.

 

Votre engagement, votre professionnalisme et votre rigueur contribuent à l’image positive de notre institution et portent la garantie de la réussite de nos entreprises sur l’ensemble du territoire ainsi que le maintien des équilibres économiques, garants de la dynamique indispensable à la création, au maintien et au développement des activités artisanales.

 

Que vous en soyez, une nouvelle fois, remerciés.

 

L’année dernière, à la même époque, souvenez-vous, nous vous rappelions le rôle et les missions des Chambres de Métiers et de l’Artisanat.

 

Cette année, Monsieur le Secrétaire Général, les membres élus de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat et moi-même, avons souhaité rappeler l’importance d’un réseau consulaire dédié à la petite entreprise.

 

En effet, si la défense de l’Artisanat est le fondement même de notre existence, j’aime à rappeler qu’il s’agit d’un secteur représentant :

 

1 300 000 entreprises,

 

+ de 3.1 millions d’actifs,

 

pour un chiffre d’affaires de 300 milliards d’euros en 2016.

Et le réseau des CMA(s) dans tout ça ?

 

Et bien, Mesdames et Messieurs, ce sont 11 000 collaborateurs au service des artisans, regroupés dans de nombreux établissements publics, répartis sur toute la France, qui garantissent, par leurs compétences aussi diverses que variées, les activités économiques, sociales et professionnelles, dans tous les petits recoins du pays.

 

Mais encore, le réseau des CMA(s), c’est :

 

  1. la gestion des formalités des entreprises et la tenue du répertoire des métiers,

 

  1. l’enregistrement des contrats d’apprentissage, et cela, quelque soit le centre de formation d’apprentis,

 

  1. une offre de services résolument tournée vers la satisfaction client,

 

  1. c’est particulièrement un accompagnement personnalisé au quotidien et de proximité pour un public varié (jeunes, apprentis, porteurs de projet, chefs d’entreprises ou demandeurs d’emploi).

 

Le réseau des CMA(s), vous devez le savoir, c’est surtout, l’apprentissage.

 

Toujours vanté mais si peu accompagné sinon financièrement.

 

Les 112 établissements de formation gérés par les Chambres de Métiers et de l’Artisanat forment, chaque année, 180 000 jeunes, soit + de 37% du total des apprentis.

 

L’apprentissage, c’est également une voie d’excellence pour rentrer dans la vie active avec 80 % des apprentis qui trouvent un emploi dès la fin de leur formation, dont 1 sur 2 au sein même de l’entreprise qui les a reçus durant leur formation.

 

Quel secteur, quelle formation peut se targuer d’un taux d’immersion dans le monde du travail équivalent ?

 

Je resterai positif, mais que cela est dur de se faire reconnaitre encore aujourd’hui, et ce, malgré les annonces gouvernementales en direction de l’apprentissage car l’orientation et les aprioris sont autant d’handicaps venant freiner le développement de ce mode d’alternance.

 

2018 devrait être riche de nouveautés, souhaitons qu’elles aillent dans le sens d’une reconnaissance d’une formation et d’un secteur qui ne se délocalisent pas.

 

Localement, comme vous le savez, Mesdames et Messieurs, l’Artisanat occupe une place prépondérante dans l’économie de notre département avec :

 

 

5 400 entreprises artisanales,

 

+ de 7 200 salariés,

 

 

630 apprentis,

 

et 400 stagiaires.

 

Nous représentons ainsi plus de 14 000 actifs, exerçant plus de 250 métiers différents dont 5 100 entreprises ont moins de 20 salariés, soit 95% de notre Répertoire des Métiers.

 

Avec ces chiffres, nous sommes donc, chers amis et chers collègues, de loin la « Première Entreprise des Hautes-Pyrénées ».

 

C’est pour moi l’occasion de rappeler que l’artisanat est et doit rester un secteur économique à part entière au même titre que l’industrie et l’agriculture.

 

Qu’il doit être représenté comme l’industrie et l’agriculture par un corps intermédiaire de l’état distinct tout en travaillant conjointement avec ses homologues de l’industrie et de l’agriculture à la défense de toutes les entreprises.

 

Car la diversité de l’artisanat français, tant envié par d’autres nations, défendu par le made in France et supportant les savoir-faire et l’excellence des métiers, doit perdurer.

 

Vous remarquerez que j’ai volontairement omis de prononcer le mot « commerce » car il est celui d’où vient l’ambiguïté ambiante, celui des doubles immatriculés au répertoire des métiers et aux registres du commerce.

 

Aussi, en cette période de vœux, pourquoi ne pas formuler un souhait :

 

Celui d’imaginer que le critère « moins de 20 salariés, commerçant ou artisan », serait le critère permettant de répertorier ces entreprises uniquement à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, les plus de 20 étant, quant à elles, répertoriées dans les chambres d’industrie.

 

Si le travailler ensemble avec nos cousins consulaires de l’industrie et de l’agriculture me semble primordial, il est non moins utile de rappeler que nous répondons à des publics différents qui ont des besoins spécifiques selon leur structuration et qu’une généralisation, suivant le principe que nous avons une partie d’ADN commune, serait certainement source de destruction massive de femmes et d’hommes déjà en voie de disparition les artisans, avec toutes les conséquences que cela déclencheraient et qui seraient catastrophiques pour l’ensemble du territoire français.

 

Le législateur doit trancher car cela permettra, à l’avenir, d’éviter les confusions et ainsi de clarifier une situation équivoque, alors que sur le terrain, nous voyons l’importance d’un réseau consulaire dédié à la petite entreprise et dont les preuves sont faites depuis déjà longtemps et malheureusement trop souvent ignorées.

 

L’année 2018 doit être l’année du renouveau économique.

 

Nous, élus du réseau des CMA(s), sommes prêts à répondre au défis des prochaines réformes et ainsi contribuer à la relance économique de notre pays.

  

L’artisanat, nous le savons tous, est en capacité d’apporter des réponses aux préoccupations des Françaises et des Français et c’est pour cela qu’il doit être placé au cœur de notre société, au cœur des territoires et au cœur des principes mêmes, des réflexions et ce, dans tous les domaines.

 

Les chiffres s’améliorent et nous voyons les premiers effets d’une reprise tant attendue et je ne peux que m’en réjouir.

 

Je conclurai donc mes propos sur une touche positive en vous souhaitant le meilleur pour vous, vos proches et vos entreprises.

 

Je vous rappellerai également que 2018 sera une date anniversaire puisque nous fêterons les 80 ans de notre institution consulaire. 80 ans de bons et loyaux services avec, comme seul objectif, le maintien des activités locales qui font la richesse de nos territoires.

 

L’avenir est proche et nous sommes prêts à relever les défis comme je vous le disais.

 

Aussi, en citant Grégoire LACROIX, écrivain et journaliste français, « L’important n’est pas ce que l’avenir nous réserve, mais ce que nous faisons du présent. »

 

Pour nous tous, c’est ensemble et ce, quelque soit notre fonction dans les Hautes-Pyrénées, que nous devons travailler pour faire du présent des fondations solides pour l’avenir.

 

Alors travaillons, encore et toujours, au service de notre secteur : l’Artisanat.

 

Afin de contribuer à son existence chère à nos yeux.

 

Je ne saurais clôturer cette cérémonie des vœux sans saluer le travail effectué par les enseignants du secteur alimentaire : Messieurs VALETY pour la Boulangerie, FRIBOULET pour la pâtisserie, GARLIN pour la cuisine et Mme CAUSSIEU pour l’hôtellerie qui sont accompagnés de jeunes apprentis. Je citerai :

 

Alexandra SCOZZESI

Laura LUCIA SOPENA

Jade QUELIN

Laura SIMON

Jérémie LAMON

Baptiste QUEZEL

 

qui vous serviront le buffet qui vous est présenté ce soir.

 

Enfin, et là j’en termine, je vous souhaite une dernière fois à tous une merveilleuse et chaleureuse année 2018 et vous invite, avec l’accompagnement musical de la chorale d’Ibos, que je remercie de sa présence, à partager le verre de l’amitié.

Diaporama
AGRANDIR