Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
   
 
   
 

Signature de 3 conventions pour la protection du gypaéte barbu

jeudi 18 janvier 2018 par Rédaction

C’est dans les locaux du parc national de Tarbes qu’ont été signées trois conventions pour la protection du gypaète barbu, en partenariat avec le Parc national des Pyrénées et Nature Midi-Pyrénées en présence de Jean-François Terrasse, vice président LPO, Marc Tisseire, directeur du Parc national des Pyrénées, Dominique Portier, administratrice nature Midi-Pyrénées et François Tissier, directeur GEH Adour et Gers.

Dans les Hautes-Pyrénées, on compte 44 couples et au total prés d’une centaine sur le territoire français. Le gypaète barbu tout comme le vautour percnoptère, deux espèces menacées bénéficient de plans nationaux d’action pilotés par la DREAL Nouvelle Aquitaine.

Le Gypaète barbu est très sensible au dérangement pendant sa période de reproduction. Des zones et périodes de sensibilité ont été définies. Le suivi de reproduction de ces couples est assuré en vallée de Luz et en Val d’Azun par les agents du Parc national des Pyrénées et en Vallée de Campan par Nature Midi-Pyrénées.

Début novembre pour la saison de reproduction, les zones de sensibilité potentiellement occupées par les oiseaux sont activées. Les agents du Parc et les bénévoles de Nature Midi-Pyrénées suivent la reproduction de manière à identifier les zones choisies par les couples. Dès que les zones de reproduction sont connues, les zones non occupées sont désactivées. Les hélicoptères devront éviter sauf cas de force majeure tout survol de la zone de sensibilité active jusqu’au 15 août.

Les sept couples de Gypaète barbu concernés par les activités des installations hydrauliques des Groupements d’usines de Luz Pragnères, d’Arrens-Marsous et de Campan sont désormais pris en compte dans la gestion courante de ces établissements.

Le gypaète barbu est le plus grand rapace diurne d’Europe, 2,80 mètres d’envergure, mais très craintif aussi. Il s’adapte mal à l’humain et le plus néfaste pour lui c’est l’hélicoptère car il le prend pour une réelle menace volante. De ce stress le gypaète quitte donc son nid et ses œufs.

Jean-François Terrasse a indiqué qu’en 2017, il a été recensé 5 échecs de reproduction dans les Pyrénées, cela est énorme car le taux de reproduction chez le gypaète est faible, très faible même. C’est à l’âge de 10 ans que le gypaète pond, et il ne pond que deux œufs par an. Mais un seul petit nait que tous les deux ou trois ans.

Nicole Lafourcade

Diaporama
AGRANDIR