Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

Stado/TPR : Dans quel état d’esprit à Chambéry ?

mercredi 17 janvier 2018 par Rédaction

Annoncé en danger par certains, le staff est maintenu

On ose espérer que les Tarbais se rendront en Savoie avec la double détermination de faire oublier une prestation indigne de leur statut contre des Strasbourgeois diminués et de prendre leur revanche du match Aller contre le SOC. Mais il leur faudra un autre état d’esprit, que celui démontré contre Strasbourg, qui a conduit à une mini-crise sportive. Les joueurs se sont expliqués entre eux et avec leurs entraîneurs puis les entraîneurs ont fait le point avec les dirigeants. La réunion du Bureau, a pris acte de la situation et a maintenu sa confiance aux entraîneurs. La balle est donc dans le camp des joueurs. A Chambéry, ils ont donc le choix : De s’enterrer tous seuls et de continuer à faire rigoler leurs adversaires ou de se faire mal tous ensemble pour retrouver leurs fiertés.

Entraînements allégés et organisation du jeu changée

Des joueurs qui se sont réunis dès la fin du match dans les vestiaires sans les entraîneurs et dont les discussions de lundi avec le staff ont débouché sur un allégement du programme d’entraînement, avec la suppression des séances de l’après-midi. Pour expliquer leurs fins de match difficile, les joueurs ont mis en avant la fatigue générée par les entraînements. Or, c’est précisément parce que l’équipe avait des difficultés à terminer les rencontres que les séances de l’après-midi avaient été instaurées, après la défaite contre Romans. Une programmation qui permettait de travailler le physique et la muscu le matin, pour consacrer plus de temps au rugby l’après-midi. Les entraîneurs ont aussi accepté de revoir l’organisation des blocs de jeu sur le terrain pour que les joueurs puissants et lourds, qui font le plus d’efforts sur les phases statiques, puissent s’économiser dans le jeu.

Retrouver les valeurs du rugby

Pour autant le rugby, c’est avant tout un sport de combat collectif ou la solidarité, l’envie, les sacrifices pour le bien de l’équipe, sont des valeurs essentielles. Des valeurs démontrées par deux clubs normands et alsaciens, qui n’ont pas de culture rugbystique dans les gènes. Le paradoxe, c’est qu’au cours de ces échanges, les seuls qui aient mis en avant ces valeurs et l’avenir du club, sont les ’’étrangers’’, les soi-disant mercenaires et non les Bigourdans. Le seul qui se soit clairement exprimé en public sur la responsabilité des joueurs est Loïc Bernad. Le troisième ligne, formé au TPR avant un exil à la Section Paloise, a tenu des propos édifiants après la rencontre. « On est tombé dans la facilité. Déjà en première mi-temps, on est devant mais on peut l’être plus, si on respecte l’adversaire et qu’on prend les pénalités.... Eux (les Strasbourgeois), ils ont été solidaires. Ils nous ont montré ce que c’était d’être solidaire et de vivre bien ensemble. Je ne dis pas qu’on vit mal mais il va falloir qu’on se serre les coudes. Le rugby, c’est une question de solidarité et si on n’aime pas jouer ensemble et se faire mal pour le copain d’à côté, on ne va pas aller bien loin… »

Suivre l’exemple alsacien

Les Tarbais devraient se servir des motivations des Alsaciens, qui les ont battu malgré une dizaine d’absences et leur non éligibilité à disputer les phases finales.

Et prendre exemple sur Guillaume August : «  Il y avait deux solutions. Soit on lâchait tout et on s’enterrait, soit on continuait à montrer qu’on n’est pas dans cette Poule Elite pour rien ».

Sur Leandro Perez Galéone : « On ne perd pas de vue que le rugby, c’est du plaisir et notre objectif, c’est de finir le plus haut possible. » 

Sur Romain Lombard  : «  On est tous des compétiteurs, donc même s’il n’y a plus la qualification au bout, on veut finir à cette cinquième place »

Et s’inspirer du message de l’entraîneur Julien Chastelet  : « Le rugby, c’est la sincérité, l’envie de jouer, l’envie d’être avec les copains, l’envie de bien faire, l’envie de rendre fières nos familles. »

JJL