Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Après Chambéry, Romans, Limoges, Bourgoin et Aubenas, épinglés par la Commission de Contrôle de la FFR

mercredi 10 janvier 2018 par Rédaction

Après Chambéry, c’est Romans (Valence-Romans Drôme Rugby) qui annonce via un communiqué sur son site (voir ci-dessous), qu’il ne remplit pas les critères d’éligibilité à l’Accession en Pro D2 et serait privé des phases finales. Les Présidents des clubs concernés ont été avisés personnellement et certains ont décidé de faire un communiqué et d’autres d’avertir leurs joueurs, avant la réunion de l’ensemble des Présidents du 12 janvier et l’annonce officielle le 19 janvier par Thierry Murie.

D’après nos informations Limoges, serait dans le même cas mais à l’heure où nous écrivons l’article ; l’USAL n’a fait aucun communiqué et le journal local, Le Populaire du Centre, n’en fait pas mention. Mais au cours d’une interview l’entraîneur Nicolas Vial-Pailler y fait allusion à deux reprises : « Se serrer aussi car on entend beaucoup de choses autour du club..., Après, comme je le disais, il y a ces problèmes extrasportifs. » Mais d’autres médias citent les clubs recalés (Aubenas, Bourgoin-Jallieu, Limoges, Romans) qui auraient avertis leurs joueurs.

Bourgoin aussi d’après le Dauphiné

« A l’instar de ses voisins du SO Chambéry et de Valence Romans Drôme Rugby, le CS Bourgoin-Jallieu a confirmé qu’il ne remplissait pas les conditions d’une accession en Pro D2 à la fin de la saison.

Le CS Bourgoin-Jallieu ne disputera pas les phases finales d’accession à la Pro D2 en fin de saison 2017-2018. Il ne sera pas autorisé à le faire par la Fédération Française de Rugby, faute de remplir le cahier des charges imposé par la FFR. Même si l’information n’a pas encore été officialisée par le club nord-isérois (6e de la poule de Fédérale 1 Elite à la fin de la phase aller), ses dirigeants en ont informé joueurs et entraîneurs.

Ce n’est pas non plus un scoop... d’autant que les dirigeants actuels du CSBJ (qui ont repris le club après une relégation de Pro D2 en Fédérale 1 et un dépôt de bilan à l’été 2017) n’ont jamais cherché, depuis le début de la saison, à faire croire à des mirages. "On est toujours dans notre projet initial, qui n’est pas de remonter en un an mais de reconstruire un édifice pour le faire en deux ou trois ans", a confié Jean-François Gay, vice-président du CSBJ, ce mardi au Dauphiné Libéré. "Il n’y a pas de changement dans notre ligne de conduite."

Avant le CSBJ, le SO Chambéry (2e) et le Valence Romans Drôme Rugby (4e) ont déjà communiqué sur le fait qu’ils ne seraient pas autorisés à jouer en fin de saison l’accession en Pro D2. Ces clubs - et sans doute d’autres dans la poule Elite - disputeront donc une phase retour honorifique. »

Le Progrès de Lyon révèle les noms des qualifiables

« Selon nos informations, seuls quatre clubs (Aix-en-Provence, Rouen, Albi, Bourg-en-Bresse) sur les onze engagés en championnat de Fédérale 1 élite pourront participer à la phase finale au printemps prochain.

Le cas d’un cinquième (Tarbes) est en suspens. Mais si ces quatre ou cinq clubs peuvent prétendre à la qualification, cela ne veut pas dire pour autant qu’ils auront le droit d’accéder à la Pro D2 en fin de saison. À ce moment-là, il faudra qu’ils montrent patte blanche tant sur le plan financier que structurel.

Or, aux dernières nouvelles, un seul (Aix-en-Provence  ?) remplirait à ce jour tous les critères. Il se murmure d’ailleurs qu’il ne pourrait y avoir qu’un seul relégué de Pro D2 et que certains clubs de Fédérale 1 élite en souffrance pourraient même subir une rétrogradation administrative. Les onze sont d’ailleurs convoqués vendredi prochain à Marcoussis pour une réunion d’information et de… recadrage !

En attendant, quatre clubs de la nouvelle Ligue Auvergne Rhône-Alpes (Aubenas, Bourgoin-Jallieu, Chambéry, Romans-sur-Isère) ont d’ores et déjà annoncé à leurs joueurs qu’ils ne joueraient pas les phases finales en cette fin de saison. »

Communiqué du VRDR

LE CLUB VALENCE ROMANS DRÔME RUGBY N’AURAIT PAS ACCÈS AUX PHASES FINALES QUALIFICATIVES POUR LE CHAMPIONNAT DE PRO D2 À L’ISSUE DE LA PHASE RÉGULIÈRE DE CETTE SAISON 2017/2018 DE FÉDÉRALE 1 ELITE.

A la suite de l’examen de notre dossier, avec notamment un audit effectué par la Direction Nationale d’Aide au Contrôle de Gestion (DNACG), au club le 29 novembre 2017 et d’un entretien à Marcoussis le 21 décembre 2017, le club ne pourrait pas jouer les phases finales d’accession en Pro D2, à l’issue de la saison régulière actuelle de Fédérale 1 élite.

A ce jour, et selon nos informations (au conditionnel) :

Seuls 3 à 5 clubs seraient qualifiables. Pour les autres clubs, des sanctions allant de l’interdiction de participation aux phases finales (dont le club de Chambéry qui l’a annoncé), à la perte de points dans le classement du championnat et jusqu’à la relégation administrative en divisions inférieures auraient été prononcées.

Pour rappel, les clubs souhaitant participer à la poule Elite sont tenus de respecter un cahier des charges incluant des critères sportifs (dont qualification des éducateurs, centre de formation labellisé, école de rugby agrée) médicaux (encadrement médical qualifié), administratifs et financiers (dont 100 000 € de fonds propres, budget minimal de 1 800 000 €).

Le club du VRDR a rendu en octobre 2017, son bilan clôturé au 30 juin 2017 au titre de la saison 2016-2017. Ce bilan faisait état d’un respect des obligations du cahier des charges et de fonds propres suffisants. Néanmoins, après un retraitement comptable effectué par la DNACG, notamment sur le poste des « provisions pour charges » consécutif à la provision partielle et non totale par le club d’un redressement URSSAF, subi par le club en 2015, il s’avère que la situation comptable du club ferait état de fonds propres toujours positifs mais insuffisants, en vue de la qualification en phases finales à l’issue de la saison régulière.

Les instances dirigeantes de la FFR ont signifié aux dirigeants du club leur pleine conscience de notre trajectoire positive notamment sur les deux dernières saisons ; mais également une solidité encore toute relative quant à l’accession en ProD2.
Cette trajectoire se traduit dans les faits (structuration administrative, commerciale, sportive, de la formation) avec un dynamisme réel sur le nombre de licenciés (environ 700) et de partenaires (plus de 300 partenaires privés et 3 collectivités engagées).
Elle se traduit également par les chiffres, en termes de recettes globales (3 500 000 € pour la saison 2016-2017 pour 2 200 000 € lors de la saison 2015-2016), de désendettement (de 20% du budget en 2015 à 3% du budget à horizon juin 2018) et de régularisation des pratiques de rémunération en conformité avec les exigences et en adéquation avec le marché.

Les exigences du sport professionnel, et en particulier du rugby, s’accroissent chaque année. En effet, suite à des cas récurrents de clubs mis en grande difficulté ces dernières années par une accession en division supérieure en dépit d’une structuration insuffisante, la FFR a décidé d’accroître son niveau d’exigence, et de ne permettre qu’à des clubs faisant état d’un dossier solide et à toute épreuve, de s’engager dans les phases finales d’accession en ProD2.

Alors qu’un plan d’apurement et de structuration avait été présenté par les dirigeants du VRDR à la DNACG en mars 2017, ne soulevant aucune réserve majeure, il semblerait désormais que ce même plan paraisse aujourd’hui insuffisant.
Alors même que le bilan au 30 juin 2016 était moins favorable que celui présenté au 30 juin 2017, le club était qualifiable pour la phase d’accession lors de la saison passée mais ne le serait plus aujourd’hui.

Quelle que soit la décision définitive prise par la FFR, le club tient à rassurer l’ensemble de ses licenciés, salariés, partenaires, dirigeants, éducateurs, bénévoles sur le fait que le projet « Damiers 2020 », écrit fin 2016 et présenté en janvier 2017 est toujours et plus que jamais d’actualité. En effet, le club entend continuer son développement et maintient son ambition d’être en mesure d’accéder à la ProD2 à l’horizon 2020. Pour cela, il s’appuiera sur sa bonne dynamique et sa progression actuelle.

Le fait de ne pas être en mesure de se qualifier pour les phases finales, à l’issue de la saison, constituerait bien entendu, une grande déception mais n’empêcherait pas le club de persévérer dans la poursuite des dossiers en cours :

Intégration au club de l’élite jeune ROVALTAIN (plus haut niveau national) sur les catégories U15, U16 et U18,

Création d’une antenne de l’école de rugby VRDR dans les quartiers sensibles de Valence en septembre 2018,

Montée en exigence du centre de formation et renforcement de ses moyens,

Continuité de l’offre commerciale et des prestations offertes aux partenaires du club,

Maintien d’un budget permettant de se situer dans la première partie de tableau de Fédérale 1 Elite.

Ce serait aussi une leçon de réalisme qui inciterait le club à continuer dans la voie de la rationalisation financière, qui semble aujourd’hui atteindre son étape ultime. Les dirigeants mettront tout en oeuvre pour que le statut de « qualifiable » du VRDR ne soulève aucun doute dès la saison 2018-2019 … et les suivantes.

Nos ambitions restent élevées (Think high) et nous allons travailler encore plus dur pour y arriver (work hard) conformément à notre devise.

Enfin, et à titre d’information, une réunion des présidents de club de Fédérale 1 élite aura lieu ce vendredi 12 janvier à Marcoussis, durant laquelle seront évoquées les conclusions de l’audit de la DNACG et l’avenir de la poule Elite de Fédérale 1.

La décision finale de participation des clubs ou non à la phase finale d’accession sera quant à elle prise par les instances fédérales le 19 janvier prochain.

Dans toutes les hypothèses, les dirigeants veilleront bien entendu à la défense et à la préservation des intérêts du club et décideront, à réception des éléments définitifs, des suites à donner à ce dossier d’une importance capitale. Une nouvelle communication aura alors lieu, toujours dans la lignée de la transparence dans laquelle nous souhaitons inscrire le développement du club.

Vivons ensemble ! Grandissons ensemble ! Gagnons ensemble !

Allez Damiers !

Jean-Pierre CHEVAL - Co-président
Laurent BEUGIRAUD - Co-président
Adrien RUIZ - Directeur Général
Johann AUTHIER - Manager Général & Directeur Sportif