Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 

Le budget 2018 (115 millions d’euros) a été voté par le conseil communautaire de l’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées

vendredi 22 décembre 2017 par Rédaction

Le conseil communautaire de l’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées s’est réuni hier soir, sous la présidence de Gérard Trémège. Au menu : le budget 2018 en était le plat principal.

Avant de laisser Denis Fégné, président de la commission des finances, présenter le budget 2018, Gérard Trémège, président de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, s’est livré à un commentaire :

Commentaire de Gérard Trémège

On remarque qu’en 2017, on a voté deux budgets. Celui de 2017 et je l’espère celui de 2018. Ce budget 2018 est évidemment conforme aux orientations budgétaires avec une seule modification c’est 100 000 euros qui ont été consacrés à des études (études d’opportunité, de faisabilité et de financement) puisque nous avons acté à l’unanimité le projet d’agglomération. Le budget global représente 115 millions d’euros (investissement et fonctionnement). Le budget principal quant à lui représente 93 millions d’euros. Dans le budget principal, nous avons prévu 8 millions d’euros d’investissement. 4 types d’investissement vont représenter quasiment 80% du montant des investissements pour 2018. Il s’agit de ce qui va être engagé pour la piscine Paul-Boyrie (1,3 M€), tous les investissements sur les ZAC (1,9 M€), les investissements récurrents (subventions d’équipements, investissements pour Pyrénia et les structures que nous accompagnons) pour 2,5 M€. Nous allons lancer les études PLUI. 400 000 euros environ ont été inscrits. Le budget qui va vous être présenté recèle des incertitudes. Il y a des sujets sur lesquels des discussions sont engagées et n’ont pas encore abouties. Exemple les discussions sur Pyrénia et tout l’accompagnement que nous soutenons avec le département, les villes de Tarbes et de Lourdes et qui concerne l’OSP Tarbes/Lourdes-Paris et le financement des lignes avec Ryanair. L’ensemble représente en investissement et fonctionnement sur Pyrénia 1,4 M€.

Le budget global de 115 M€ permettra de dégager un autofinancement de 3,6M€, ce qui est mieux que ce que nous avions imaginé au début de l’année 2017. Avec des amortissements sur les budgets consolidés de 4,402 M€, ce qui nous permet de dégager une capacité d’autofinancement de 8 M€ desquels il y aura lieu de déduire le capital du remboursement des emprunts que nous serons appelés à honorer à hauteur de 2,7 M€, ce qui permet de dégager un disponible sur investissement de 5,3 M€ auquel nous pourrions affecter une partie des réserves financières. L’ensemble des investissements tous budgets confondus est 1,6 M€. Pour les financer, nous avons prévu de contracter des emprunts à hauteur de 3,3 M€. Nous dégagerons tous budgets confondus une épargne brute de 6,6 M€ et une épargne nette de 4,925 M€".

L’exposé de Denis Fégné,
président de la commission des finances

« Ce budget réalisé dans un contexte difficile, précise Denis Fégné, va nous permettre de poursuivre un travail de rationalisation car nous avions lors du premier budget additionné les différents budgets des EPCI fusionnés, de pérenniser les projets et les investissements lancés dans chaque EPCI, se donner des marges et des moyens pour mettre en œuvre le projet de territoire pour lequel il nous appartiendra d’en fixer les priorités et de phaser les investissements les plus pertinents ».

Le budget primitif du Budget Principal pour l’exercice 2018, s’équilibre globalement en dépenses et en recettes à la somme de 93 518 177 € se décomposant ainsi qu’il suit :

 La section de FONCTIONNEMENT s’élève à 83 508 448 €. 

 - Les Recettes : elles se composent principalement des ressources fiscales (Cotisation Economique Territoriale, taxe d’habitation, IFER, TASCOM, TEOM, allocations compensatrices…) regroupées sous le terme de Fiscalité Professionnelle Unique (F.P.U) pour un montant de 65 393 027 € dont 17 072 000 € de TEOM et 1 550 000 € pour la GEMAPI, des allocations compensatrices pour 1 437 500 € (chapitre 74), de 1 079 000 € de FPIC, de 9 192 000€ de dotation de compensation des E.P.C.I., de 4 273 000 € de dotation d’intercommunalité, de 1 611 036 € de produits des services y compris les remboursements de frais par les communes et autres structures (chapitre 70), de 949 600 € de diverses participations (chapitre 74), de 221 000 € de loyers pour la MCEF et 423 285 € d’opérations d’ordre de section à section (travaux en régie, neutralisation de l’amortissement des subventions d’équipements versées et amortissement des subventions perçues).

 - Les Dépenses : elles se composent principalement de charges à caractère général d’un montant de 5 403 202 €, de 11 739 543 € de charges du personnel, de 38 471 975 € des atténuations de produits comprenant 26 833 611 € d’attribution de compensation et de 11 628 364 € de FNGIR, de 22 062 796 € d’autres charges de gestion courantes comprenant le reversement de la taxe des ordures ménagères, 402 017 € des charges financières (intérêts – icne) , des charges imprévues et exceptionnelles pour 28 200 € et de 2 400 000 € de dotations aux amortissements. L’autofinancement est de 3 000 715 €.

La section d’INVESTISSEMENT s’élève à 10 009 729 €.

 - Les Recettes  : elles se composent principalement des subventions pour 75 500 €, de l’emprunt d’un montant de 3 169 041 €, de 50 000 € d’encaissement de cautions pour la gestion des aires d’accueil des gens du voyage, de 964 473 € de FCTVA, 300 000 € pour l’opération de compte de tiers pour l’étude du bâtiment 313 dit Atelier des sports, de 50 000€ pour des opérations patrimoniales, de 2 400 000 € de dotations aux amortissements et de 3 000 715 € d’autofinancement,

 - Les Dépenses : elles se composent principalement des dépenses dites d’équipement pour un montant de 8 008 444 € dont 2 706 500 € de subventions d’équipement à verser, d’études et d’annonces, de travaux et d’acquisitions diverses, du remboursement du capital de la dette à hauteur de 1 168 000 €, de 50 000 € de remboursement de cautions pour la gestion des aires d’accueil des gens du voyage, de 300 000 € pour l’opération de compte de tiers pour l’étude du bâtiment 313 dit Atelier des sports, de 50 000 € d’intégration de travaux en régie, de 50 000 € pour des opérations patrimoniales et 423 285 € d’opérations d’ordre de section à section (travaux en régie, neutralisation de l’amortissement des subventions d’équipements versées et amortissement des subventions perçues).

Les interventions

Pierre Lagonelle  : "Il faut faire un effort important vers le développement économique. Nos concitoyens attendent de nous qu’on se mobilise pour l’emploi. Je ne sens pas cette mobilisation dans nos propositions actuelles. Les propositions du projet d’agglomération sont toutes orientées vers l’activité Loisirs. Par rapport à ces propositions, il y a peu de créations d’emplois à attendre (…). Il faut d’abord régler la question des piscines".

Pierre Montoya : "Les taxes vont essentiellement peser sur les ménages. Pa rapport aux recettes, comment se traduisent les recettes fiscales des taxes, quelle incidence et quelle évolution par rapport à la situation antérieure ? J’aurais aimé avoir un comparatif de l’augmentation des taxes par rapport à la situation des budgets précédents.

Michel Dubarry demande des explications sur la GEMAPI.

Yannick Boubée n’a pas apprécié que Gérard Trémège donne à la presse des informations dont les conseillers communautaires n’avaient pas eu connaissance. Il conteste aussi l’affirmation de Gérard Trémège selon laquelle les propositions du projet d’agglomération ont été approuvées à l’unanimité.

Les réponses de Gérard Trémège

Le président Trémège allait répondre à chacun des intervenants (Yannick Boubée, Pierre Lagonelle, Pierre Montoya, Michel Dubarry, François Rodriguez, Jean-Bernard Gaillanou. Jean-Claude Piron donnait des éclaircissements sur la GEMAPI.

Le budget 2018 (y compris les budgets annexes) était alors soumis au vote. Pas de voix contre. 28 conseillers s’abstenaient dont une grande majorité siégeant au sein du groupe Front de Gauche. Le budget 2018 était voté, mais situé derrière l’assemblée, il nous a été impossible hier soir de savoir quels élus avaient voté pour parmi la centaine de conseillers communautaires présents.

G.M.


titre documents joints

23 décembre 2017
info document : MP3
5.2 Mo

22 décembre 2017
info document : PDF
171.2 ko