Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Départ d’Elodie Bertal : Incompréhension et déception au TGB

dimanche 17 décembre 2017 par Rédaction


Elodie Bertal, devenue Christmann il y a quelques mois, était devenue une des joueuses préférées des supporters tarbais et des gamines du TGB et son départ est incompréhensible tant la joueuse s’était impliquée au sein du club. Sur le parquet d’abord, où malgré son âge et sa reprise après sa grossesse, elle avait retrouvé son meilleur niveau et même plus. Arrivée dans les bagages de François Gomez en 2015, elle était restée malgré la relégation financière du TGB en LF2. François Gomez avait rebâti une équipe autour d’elle après les départs de toutes les autres recrues. L’intérieure avait été une des instigatrices de la remontée en LF2 et avait participé au maintien du club en LFB la saison dernière. Une saison tronquée par une opération au pied et une grave blessure au genou qui l’ont longtemps éloigné des parquets. Opérée durant l’inter saison, elle devait reprendre justement contre Charleville-Mézières. Le club, malgré ses 32 ans, sa saison gâchée par deux blessures, avait décidé de lui faire confiance en lui proposant un nouveau contrat jusqu’en 2020. Une véritable preuve de confiance et un pari sur l’avenir, car retrouver son niveau après une telle blessure en fin de carrière est une véritable gageure. Mais Elodie, c’était la ’’maman’’, celle qui rassurait les jeunes par son expérience, celle qui s’impliquait auprès du centre de Formation. Un départ incompréhensible, car malgré ses béquilles elle était toujours sur le banc pendant les matchs et derrière les panneaux pendant l’échauffement à encourager ses coéquipières. Le TGB semblait être devenue sa ’’seconde’’ famille et elle avait même acheté une maison, preuve qu’elle se plaisait à Tarbes où elle était la chouchou des supporters.

Un sentiment de trahison côté tarbais

Personne n’aurait imaginé pareil scénario tant Elodie semblait destinée à finir sa carrière au TGB et à entreprendre une reconversion professionnelle à Tarbes où elle était connue et estimée de tous. Elodie Christmann était en fin de contrat la saison dernière et les deux partis s’étaient engagés sur un nouveau contrat de deux saisons et demi, c’est à dire jusqu’au 30 mai 2020 (voir communiqué du TGB ci-dessous). Un contrat qui aurait dû être signé ces jours-ci avec une reprise de la compétition en suivant. Un retour très attendu, car Elodie aurait apporté une rotation supplémentaire, bien utile pour ancrer le TGB dans le haut du tableau. Car Tarbes avait décidé de prolonger le contrat de Michelle Plouffle qui arrivait à terme le 31 décembre, la canadienne étant venue suppléer l’absence de Bertal pendant la première partie de la saison. Mais alors que la prolongation de contrat de Plouffe était actée, Bertal a demandé à renégocier à la hausse son contrat. Incompréhension et déception aussi du côté de François Gomez qui avait mis tout son poids pour convaincre le Président Coll de s’engager sur un aussi long contrat pour une joueuse dont l’avenir sportif était incertain au mois de mai. D’autant que la joueuse a signé à Lyon, le rival N°1 du TGB dans la course aux Play-Off et que les deux équipes doivent se rencontrer le 19 janvier au Quai de l’Adour dans un match capital. Un double sentiment de trahison pour le coach et les dirigeants tarbais de voir Elodie Bertal quitter Tarbes pour passer à l’ennemi lyonnais. « On l’a appris par les réseaux sociaux » confie François Gomez. Elle ne m’a jamais appelé pour me dire qu’elle partait à Lyon, elle n’a jamais appelé Alain Coll... » D’autant que le coach tarbais comptait sur Elodie Bertal en ce début d’année 2018 qui va s’avérer crucial avec les réceptions de Roche-Vendée (6/1), quinze jours avant Lyon, de Montpellier (3/2), de Nice (3/3), de Villeneuve d’Ascq (10/3) et le déplacement au Hainaut (18/2)

François Gomez « On n’est pas des marchands de tapis »

Incompréhension aussi parce que la Tarbaise est partie pour une pige médicale de quelques semaines en attendant le retour de blessure de Badiane. A moins que les Lyonnais, qui n’avaient pas pu conserver Gruda pour des raisons financières, prolongent Bertal si celle-ci donnait satisfaction, après plusieurs mois sans compétition. Le TGB a même organisé une réunion avec le Vice-Président Thierry Robert, François Gomez, Lionel Oustry, Elodie Bertal et son père Paul Bertal, avec une nouvelle proposition de contrat de six mois. Dès le lendemain, l’intérieure prenait un agent et se mettait sur le marché avec une proposition de service à Angers avant de rebondir à Lyon. Un François Gomez déçu et en colère devant le manquement à la parole donnée pour une question d’argent. « On n’est pas des marchands de tapis, on avait donné un accord sur deux ans et demi de contrat... »Pour une question de principe ou de poker menteur, Elodie Bertal a préféré abandonner un contrat long pour une pige de trois semaines. « C’est un truc de dingue, on n’a rien compris » s’étonne François Gomez qui considérait Elodie comme une amie. « Je suis doublement touché, professionnellement et par rapport à la parole donnée, qui est primordiale pour moi. Et en plus venant d’Elodie, que j’ai eu gamine. On est devenu des amis, on part en vacances ensemble, on se garde les gosses... Pour moi, c’est la double peine. C’est une vraie trahison, c’est lamentable... » La plaie est profonde chez François Gomez qui ne pourra plus jamais travailler avec celle qui vient de rompre plusieurs années d’attachement réciproques. Un François Gomez d’autant plus amer qu’il reçoit des appels de gens mécontents de voir partir Elodie Bertal, pensant que le TGB ne voulait pas la garder. Alors qu’il venait l’entraîner, ces derniers jours, tous les matins avant l’entraînement collectif...

Communiqué du TGB :

« Suite à l’annonce de la signature d’Elodie Bertal Christmann en faveur du club de Lyon, la direction du TGB tient à apporter quelques précisions.

Un accord de principe avait été trouvé au mois de mai 2017 entre les deux parties. Le TGB proposait à Elodie Bertal-Christmann un contrat de travail qui aurait débuté à l’issue de son arrêt de travail (blessure au genou) et qui se serait terminé le 30 mai 2020 soient 2 saisons sportives et demi.

Lorsqu’à la fin du mois de novembre 2017, nous avons proposé la signature du contrat de façon à ce qu’Elodie Bertal-Christmann puisse reprendre les entraînements, nous avons essuyé un refus, cette dernière souhaitant modifier les accords pris en mai.

Nous ne pouvions satisfaire à de nouvelles prétentions et accepter ce revirement. Nous avons cependant fait une dernière proposition à Elodie Bertal-Christmann pour un contrat de travail qui couvrirait la saison en cours. De nouveau, nous nous sommes vu refuser cette offre.

Nous apprenons fortuitement par le biais des agents sportifs et des réseaux sociaux qu’Elodie Bertal-Christmann évoluera avec le club de Lyon, celle ci n’ayant pas pris la peine de prévenir Alain Coll, le président du TGB.

Ce genre de comportement ne correspond pas aux valeurs de notre club qui prône l’honnêteté et la transparence. Dès lors, nous n’avons pas souhaité reprendre des négociations qui n’avaient plus lieu d’être.

Cette décision préjudiciable pour notre équipe met un terme à notre collaboration avec Elodie Bertal-Christmann. »

La direction du TGB