Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Le TGB s’impose au finish

jeudi 1er avril 2010 par Rédaction

Tarbes-Villeneuve d’Ascq : 80-74 (15-24 / 26-14 / 16-15 / 23-21) Mi-temps : 41-38

TGB : 24/46 paniers à 2 points, 7/17 à 3 points, 11/13 lancers-francs, 41 rebonds, 14 ballons perdus, 5 interceptions, 14 passes décisives, 8 fautes. Marqueuses : Eldebrink 21 points, Yacoubou-Dehoui 12, Sacko 10, El Gargati 9, Breitreiner 8, Maïga-Ba 7, Lepron 7, Randall 6

Villeneuve d’Ascq : 16/43 paniers à 2 points, 12/29 à 3 points, 6/ lancers-francs, 32 rebonds, 5 ballons perdus, 5 interceptions, 20 passes décisives, 10 fautes. Marqueuses : Gomis 20 points, Bertal 15, Comfort 12, Datchy 8, Cata Chitiga 7, Tanqueray 6, Anderson 6.

Match superbe et spectaculaire au Quai de l’Adour, mais cardiaque s’abstenir car la décision ne s’est faite que dans les 38 dernières secondes. A ce moment là, le TGB ne comptait qu’1 point d’avance 75-74 mais Flo Lepron assumait ses responsabilités de meneuse en prenant le jeu à son compte pour inscrire un panier qui permettait au TGB de mieux respirer (77-74). C’est encore elle qui marqua, à 3" de la fin, un panier à 3 points qui donnait l’ampleur au score 80-74. Un final à couper le souffle qui fit chavirer les supporters qui sont passés par tous les états d’âme hier soir. D’abord la stupeur de voir ses joueuses bousculées par des Nordistes sans complexe qui ont mené de bout en bout le 1er quart temps remporté 15-24. Le second quart temps démarrait sur les chapeaux de roues avec un festival de tirs à 3 points des visiteuses qui tenaient à distance les Bigourdanes 31-38 pendant 7’. Puis la colère contre l’arbitrage, ce qui eut le don de réveiller les Tarbaises qui haussèrent le rythme, tant en défense qu’en attaque. Puis le soulagement, quand en 2’50", le TGB poussé par son public déchaîné, passa un 10-0 et prit la tête à la mi-temps 41-38. Puis l’inquiétude, quand Villeneuve d’Ascq, après plusieurs égalités, prit le large (46-51), sur 3 paniers à 3 points. Puis l’enthousiasme quand Tarbes, transcendé par ses supporters, plaça un 11-0 qui lui donna 4 points d’avance à l’issue de la 3ème période (57-53). La quiétude quand le TGB prit les devants et creusa l’écart 65-58. La stupéfaction devant un véritable feu d’artifice à 3 points avec 4 réalisations consécutives des Nordistes contre 2 aux Tarbaises, qui permettaient à Villeneuve de revenir à 1 point (71-70) à 3’ de la fin... Puis l’anxiété pendant les 2’ de mano à mano où les deux équipes n’arrivaient pas à se départager (73-72, 75-74). Enfin, l’explosion de joie et de bonheur....

Jean-Jacques Lasserre

Abdou N’diaye : Tarbes est pour moi la meilleure équipe du Championnat !

Pour la première fois Abdou N’Diaye, le coach nordiste, avait le sourire après une défaite, conquis lui aussi par le spectacle complet offert par les deux formations.

"Tout le monde a vu du beau jeu et je suis capable d’accepter une défaite qui s’est jouée sur des détails, comme à Bourges, contre une équipe de Tarbes qui aujourd’hui, est pour moi, la meilleure du Championnat, parce que c’est l’équipe la mieux équilibrée. J’ai aussi une vision lointaine. Il faut qu’on soit patient par rapport à ce qu’on fait. Il faut petit à petit qu’on trouve des joueuses d’impact pour ne pas subir lors des rotations la loi de nos adversaires comme on l’a subie ce soir. Je ne vois pas pourquoi je ferais la gueule après un tel match. J’ai un peu de déception pour mes joueuses, parce qu’elles se sont défoncées et mourir comme ça à la fin, c’est dur. Après, c’était un très beau match de basket entre le 1er et le 3ème du championnat et les gens ont vu beaucoup de jeu et beaucoup de points. Et moi, quand je perds un match comme ça, je ne peux pas être triste. Je suis fier de mon équipe, de l’énergie que les joueuses ont dépensé, même si je suis un peu déçu pour elles. On a perdu sur des petits détails, mais ce match va nous servir d’expérience pour le futur."

Isabelle Yacoubou-Dehoui, malgré une blessure récalcitrante au pied qui l’a obligée à ne pas jouer en coupe de France samedi, a été précieuse face à l’impressionnant gabarit de Lady Comfort. 12 points chacune mais 4 rebonds contre 6 seulement pour Isa qui a réussi 2 interceptions. "J’ai commencé assez fort mais après, à cause de ma blessure, j’ai connu une petite baisse de régime mais les autres filles n’ont rien lâché. On s’est fait peur au début parce qu’on n’a pas respecté les consignes. Après on s’est recadré, mais le problème, c’est que l’on a tendance à attendre que ça se passe et qu’en face, il y avait une équipe très ambitieuse qui a joué à 100% de ses capacités et qui a produit un très joli basket. On a subi leur agressivité et surtout, on n’a pas respecté les consignes."

Pascal Pisan, l’ex-entraîneur du TGB était aux côtés d’Alain Jardel pour suivre ce match au sommet. Depuis son départ, il y a 3 ans, Pascal Pisan n’était plus revenu au Quai de l’Adour. C’était son second match depuis Bourges et il donne son sentiment sur le TGB 2010
"C’est une équipe hyper complète. A tous les postes, il y a du répondant. En N° 2, il y a une très bonne joueuse, que je ne connaissais pas Frida Eldebrink. Ce soir, je l’ai vraiment découverte, parce que contre Bourges elle avait été un petit peu enfoncée par Salagnac, mais là, elle a vraiment ouvert le jeu. Il y a une meneuse, Flo Lepron, qui sait faire jouer les autres et je suis sûr et certain, qu’elle sera très présente pour les phases finales. Il y a aussi Breitreiner, mais c’est surtout Maïga-Ba qui met une dimension supplémentaire physique, que ça soit en attaque, comme en défense. J’aurais bien aimé avoir une équipe comme ça un jour, parce que entre Sacko, Randall et Yacoubou et même Gargati et Arrondo, qui ont permis de redynamiser le jeu en première mi-temps, il y a de quoi faire." L’ex-coach qui s’est reconverti avec son épouse Jelka dans la création d’un "Kiné Lounge" qui vient d’ouvrir ses portes à Bazet, porte un regard critique sur le jeu. "En fin de match, Villeneuve a trop misé sur les tirs à 3 points. On vit et on meurt avec les tirs à 3 points ! Je trouve qu’elles n’ont pas été assez chercher Isabelle."

Michel Uriarte, le président du TGB est surtout soulagé du résultat.
"C’était très laborieux, parce que Villeneuve nous a poussés dans nos retranchements et on s’en sort bien à la fin." Une fois, encore dans un match capital le TGB a offert un superbe spectacle qui promet pour les phases finales. "Si les gens ne répondent pas présents, alors qu’on est premiers et qu’on essaie de donner en même temps du plaisir, je ne sais pas ce qu’il faudrait faire, parce qu’on ne peut pas faire mieux !"

Alain Jardel, le plus expérimenté des entraîneurs français de basket féminin, porte un regard averti sur la rencontre.
"C’était un match de basket tourné vers beaucoup de débauche d’énergie offensive. Les deux équipes n’ont pas triché et certaines joueuses tarbaises ont exprimé un vrai talent et en particulier Frida Eldebrink. Tout le monde a vu les deux dernières minutes de Lepron et à mon avis, elle a appliqué à la lettre les consignes qui lui ont été données lors du temps mort décisif. Elle a pris des opérations de jeu personnel, ce qu’elle ne fait jamais, et qui a été le choix déterminant de ce match." Une manière, une nouvelle fois après Basket Landes, de rendre hommage aux consignes gagnantes de François Gomez. "Après, il s’est passé un tas de choses avant. Il y a eu des tirs à 3 points, il y a eu du jeu intérieur, de la course dans les intervalles. C’était un match très, très, intéressant."

Recueilli par Jean-Jacques Lasserre