Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
   
       
 

Stado-TPR : Le point avec Antoine Nunes

mercredi 6 décembre 2017 par Rédaction

« Je ne peux pas porter le club tout seul »

En marge de l’Assemblée Générale Ordinaire, le Président Nunes a précisé la baisse du Budget 2017-2018 par rapport au précédent. « En 2016-2017 nous avions décidé de conserver le même niveau de budget que quand nous étions en Pro D2*. Cela avait été un gros effort pour quelques partenaires dont moi, qui ait épongé au moins 30 % du Budget. On avait sorti un budget global en bénéfice sur la SASP et l’Asso, puisque j’ai fait passer des fonds par l’Asso à hauteur de 250 000 €. Ce afin d’augmenter nos fonds propres pour qu’on n’ait pas de soucis, si on devait se qualifier cette année. Sur l’exercice à venir, on a réduit notre chiffre d’affaires de 500 000 €, parce que je ne peux pas porter le club tout seul. Donc tant qu’on n’aura pas des partenaires qui aient envie de porter ce club, pour qu’il y ait un Totem dans ce département, un vecteur fort, qui puisse être vu et entendu des autres équipes et du reste du territoire français, on ne pourra pas faire plus. »

*Hors versement de la Ligue et des droits TV

« Les barons stop »

Mais pour le Président si l’argent fait beaucoup, ce n’est pas lui qui fait tout et cela n’explique pas les mauvais résultats. « Si on perd des matchs et si au sportif, ça ne va pas, c’est de la faute des joueurs, c’est de la faute des entraîneurs, c’est de la faute des préparateurs physiques et c’est de la faute du Président ! C’est pour ça qu’on perd. Les mecs, ne mettent pas sur le pré ce qu’il faut. On s’est expliqué avec certains joueurs la semaine dernière. L’explication a été un peu vive et je pense qu’ils ont compris. S’ils n’ont pas compris, ils feront banquette le reste de la saison et je ferai monter des jeunes. Je préfère jouer avec des jeunes qui ont la gnaque et avoir l’impression de servir à quelque chose en formant des gamins que de m’emmerder avec des barons. Les barons stop. S’il y a des problèmes, on les règlera au fur et à mesure de la saison et ça risque de faire mal. » Pour le Président, le minimum pour un joueur de rugby, c’est de montrer son engagement pour le maillot qu’il porte et pour le club qui le paye. «  Rencontrer de bonnes équipes et perdre, ce n’est pas grave, c’est le sport. Mais perdre un match et lâcher un match, c’est totalement différent et il est hors de question qu’ils ne défendent pas le rouge et blanc du Stado TPR. »

« Les comptes sont bons »

Tarbes, comme l’ensemble des autres clubs de la poule d’accession, avaient jusqu’au 31 octobre pour mettre leurs comptes à jour. Les auditions ont donc commencé auprès de la Commission de Contrôle et de Gestion de la FFR et de la Ligue et les comptes tarbais ont été contrôlés fin novembre. « Deux experts-comptables sont venus et ils ont trouvé que les comptes étaient bons. On aura une décision fin décembre début janvier concernant les clubs qui peuvent prétendre à monter en Pro D2 » confirme le Président Nunes. « On va attendre la décision mais il faudra surtout qu’on soit en position de se qualifier sportivement » remarque Antoine Nunes qui assure que Tarbes remplit, cette année, tous les critères financiers avec 204 000 € de fonds propres et un budget, en cumulé de 2,8 €.

« Mes priorités ce sont mes 550 salariés »

Quand Antoine Nunes dit que les mauvais résultats sont aussi de la faute du Président, c’est par principe puisque c’est lui le responsable du club. Mais aussi parce qu’il ne s’implique pas assez à son goût trop pris par ses entreprises. « Ma volonté, c’est d’avoir au TPR Stado, un Président qui a le temps de s’en occuper. J’ai mis une équipe en place, on a un Directeur Général en place, qui fait le job comme le faisait Jean-Michel Barrère mais derrière, il faut un Président et moi, je n’ai pas de temps. Je me suis loupé, et je le regrette, trois matchs du vendredi soir, parce ce que j’étais en rendez-vous d’affaires. Et moi, mes priorités, ce sont les 550 personnes qui travaillent avec moi et qui attendent leurs salaires chaque mois. Je m’occupe à fond du TPR, j’ai mis d’énormes moyens dans ce club et j’en tire très, très peu, de plaisir et même, pas du tout de plaisir. Il faut donc que ça évolue. Je ne m’échapperai pas, car ce n’est pas mon style mais si les joueurs ne le comprennent pas, ils vont très vite le comprendre ! » Antoine Nunes, très pris par ses affaires, n’a plus le temps de suivre les matchs et sera peut-être absent pour le match capital contre Rouen. « Ce vendredi, je ne sais pas encore comment je vais faire car je suis toute la journée à Albi. » A peine l’Assemblée Générale terminée le chef d’entreprise prenait la route pour Bordeaux afin d’honorer un rendez-vous matinal.

Jean-Jacques Lasserre