Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

En visite sur le département, le patron du Medef Pierre Gattaz a préféré la discrétion

mercredi 6 décembre 2017 par Rédaction

Depuis 4 ans et demi, Pierre Gattaz, le président du Medef va à la rencontre des chefs d’entreprises de France. Ce mardi, il était de passage dans le département, Tarbes, Lourdes puis direction Bayonne dans l’après midi.

Il était accompagné de Sophie Garcia, présidente du Medef Occitanie et de Jacques Argounès, président du Medef 65. Après avoir visité Tarmac, une conférence de presse était organisée sur la zone de Pyrène Aéropôle.

Les syndicats qui avaient annoncé qu’il n’était pas le bienvenu dans le département l’attendaient. Le comité d’accueil comptait près de 70 personnes. Afin d’éviter toute confrontation, Pierre Gattaz n’est pas rentré par la grande porte, il a préféré passer par la porte arrière du bâtiment.

La réaction de Pierre Gattaz sur le comité d’accueil qui l’attendait :

« Très souvent lors de mes déplacements, j’ai un comité d’accueil qui m’attend. Je ne peux pas leur parler à chaque fois. Je trouve que l’on ferait mieux de discuter, de débattre, de construire ensemble. Qu’ils expriment des problèmes on peut comprendre, c’est la démocratie.

On rencontre très souvent les partenaires sociaux. Nous attendons des propositions d’en face mais rien ne vient. Il faut arrêter de dire que ces ordonnances réduisent le dialogue social, l’intérêt de ces réformes est que tous les salariés puissent discuter avec les patrons dès la plus petite boite. »

« En ce qui concerne Tarmac, la bonne nouvelle c’est que la confiance est revenue et la croissance meilleure.

Les trois réformes qui doivent arrivées - l’apprentissage, la formation professionnelle et l’assurance chômage - permettrons d’avoir un système beaucoup plus fluide entre la formation des jeunes, la formation des apprentis, ce qui permettra d’améliorer la situation. »

A propos du SMIC

« L’automatisation de l’augmentation du SMIC n’est pas forcément une bonne nouvelle, nous préférons que l’employé puisse progresser tout le long de sa vie par l’expérience, les compétences et par le partage des richesses. Nous faisons la promotion de ce qui est l’intéressement, la participation et le bonus, ce qui permet de dire lorsqu’une entreprise est profitable de pouvoir distribuer une partie de cette richesse et de ne pas avoir l’automatisation de SMIC. »

 

Sur l’apprentissage :

« L’apprentissage est mal connu en France et souvent méprisé alors que c’est une magnifique filière. On trouve de l’emploi et de l’emploi bien rémunéré dans toutes les activités. En France, on forme 400 000 jeunes par an, en Allemagne c’est 1 million à 1,4 million par an. Un grand nombre de chefs d’entreprises sont aussi d’anciens apprentis. »

En bref..

« Il faut qu’en France on exporte beaucoup plus, il faut que l’on monte en gamme, donc plus d’innovation et de créativité et maitriser les process ». 

« Les bonnes nouvelles : la taxe sur les revenus, l’ISF qui va être supprimée, le taux IS (impôts sur les sociétés) qui va baisser sur 5 ans ».

« On n’attaque pas aujourd’hui les dépenses publiques, parce que les dépenses publiques sont très élevées en France et que la croissance est faible on asphyxie par l’impôt les ménages et les entreprises, il faut donc améliorer les marges de l’entreprise pour qu’elle dégage des moyens pour innover et pour exporter », a indiqué le patron du Medef.

Nicole Lafourcade

Diaporama
AGRANDIR