Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Bourgoin-Jallieu-Tarbes, vendredi 20h45

jeudi 23 novembre 2017 par Rédaction

Les Tarbais en quête de rachat

Les Tarbais ne peuvent plus se mentir et doivent se reprendre en main, après deux défaites consécutives, s’ils ont encore l’ambition de se qualifier. Dès samedi, les joueurs et les entraîneurs, puis les joueurs entre eux, se sont expliqués. Le déplacement à Bourgoin ne peut pas mieux tomber pour une équipe en quête de rachat, car Rajon est redevenu une forteresse imprenable. Leur comportement à Bourgoin-Jallieu sera primordial face à des Berjalliens déchaînés sur leurs terres. Si les Tarbais ne répondent pas présent dans le combat, ils seront laminés et humiliés devant les caméras de l’Equipe TV et joueront la peur au ventre devant Rouen. Prendre un point à Rajon serait déjà un signal fort et quatre serait un véritable exploit, puisque tour à tour Aix-en-Provence, Chambéry, Rouen, puis dernièrement Bourg-en-Bresse y ont chuté.

Les deux faces de Bourgoin-Jallieu

Donné comme un potentiel dernier de poule, après l’exode d’une trentaine de joueurs suite au feuilleton de l’été dernier, (voir ci-dessous), Bourgoin-Jallieu force le respect dans son antre de Rajon. A l’issue de la neuvième journée les Berjalliens occupent la sixième place avec 18 points (4 victoires, 1 nul, 0 bonus). Depuis le début de la saison, Bourgoin-Jallieu présente deux faces. Celle flamboyante de Rajon, avec quatre victoires contre Aix (22-15), Rouen (21-18), Chambéry (26-21), Bourg-en-Bresse 28-24) et celle plus pâle en déplacement où, à l’exception de Romans (13-13), les Berjalliens ont perdu à Strasbourg (26-10) et pris des tôles à Limoges (40-9) et à Albi (45-7). Il semble que les Berjalliens aient choisi de lâcher les matchs à l’extérieur pour mieux se concentrer devant leurs supporters qui sont toujours présents même en cas de matchs télévisés et forment un véritable seizième homme. Tout le contraire de Trélut qui sonnait creux contre Romans.

Invaincus à Rajon mais...

Les Berjalliens ont frappé fort d’entrée en battant l’archi-favori aixois à force de courage et de ténacité (1 essai transformé et 5 pénalités contre 5 pénalités). Une victoire méritée et incontestable car Bourgoin a mené pendant toute la rencontre face à des Provençaux trop sûrs d’eux. Contre Rouen, les Berjalliens se sont imposés dans la souffrance (3 essais transformés contre 2 essais, dont un transformé et deux pénalités). Un match qui aurait pu revenir aux Normands qui ont vendangé plusieurs occasions en fin de match et qui ont négligé la pénalité de l’égalisation dans les arrêts de jeu. Contre Chambéry, même si les Berjalliens se sont montrés énormes d’envie et de solidarité même à 13, la victoire est heureuse (2 essais transformés, 4 pénalités contre 2 essais, dont un de pénalité et 3 pénalités). Heureuse, car il semble bien que le premier essai de 90 m est parti d’un ballon volé illégalement sur un maul qui filait vers l’en-but berjallien. Contre Bourg-en-Bresse, les Berjalliens ont montré un autre visage qui démontre l’envie de ne rien lâcher sur leur pelouse. On connaissait cette solidarité mise au service de la défense pour conserver un résultat. Mais là, les Berjalliens ont été chercher la victoire (3 essais dont 2 transformés, 3 pénalités contre 3 essais transformés, 1 pénalité), alors qu’ils étaient menés 3-17 après 22 minutes de jeu.

…. Rouen aurait pu l’emporter.

Des résultats positifs mais obtenus souvent sur le fil au terme d’un énorme combat et de beaucoup d’envie. Rouen, avec un peu plus de réalisme et de réussite aurait dû s’imposer logiquement à Rajon. Des promus peut-être moins respectés que les gros, Aix, Chambéry et Bourg-en-Bresse. Tarbes, après sa déculottée en Provence et son échec contre Romans, pourrait être mésestimé et pris de haut. Si les Tarbais se respectent et donnent le meilleur d’eux-mêmes, ils peuvent réaliser un exploit en étant la première équipe à faire tomber Bourgoin à Rajon. De toute manière les Bigourdans se doivent de s’investir à 100 % pour montrer qu’ils ont de l’amour propre et pour faire honneur à leur maillot. 

Retour de l’enfer...

Les Berjalliens ont frôlé le pire après leur dépôt de bilan mais le retour aux affaires de Pierre Martinet a sauvé le CSBJ de la Fédérale 2.* Henri Tubert, qui a mené Macon en finale du Jean Prat, est revenu au club. Il a réussi la gageure de bâtir un nouveau groupe après le départ d’une trentaine de joueurs. Les Coux, Kribache, Janaudy, Faure, Gabriel, Vignon, Léandre et Théophile Cotte, Michallet, Normand , Toevalu, Santoni, Roth, Alcacebe, Adamou, Puyo, Saby, Resseguier, Bouillot, Barrière, Price, Silago, Veratau, Fakalelu, Kamea, Perrin, Perez, Romano, Spachuk, Da Silva..., ont quitté le club à l’inter-saison. Le CSBJ, qui a surtout gardé ses jeunes, a réalisé un recrutement modéré, composé d’Espoirs et de joueurs de Fédérale comme Turrel, Rguibi (Espoirs USO), Zakashvili (Aix), Demoule (Valence d’Agen), Bezuidenhout, Roux (S-A), Giles, Heinrich, (Saint-Priest), Lombard (Limoges), Milanole (Villeurbanne), Poissard (Vienne), Javaux (Espoirs Castres), Lepage, Tabualevu (Cognac), Campeggia, Roche (Saint-Savin, Isère), Douadou (Romans). Le seul gros coup est le recrutement de l’ex-tarbais Radikedike (Brive), qui reste sur une saison blanche après une grave blessure. Quelques Espoirs ont été intégrés au groupe.

...Réussi

Autour du noyau d’anciens, les nouveaux joueurs se sont parfaitement intégrés et prennent une part importante dans les résultats. Radikedike a retrouvé son niveau et forme avec le jeune Tabualevu un duo de perforateurs qui fait des dégâts dans toutes les défenses. Le jeune Javaux est aussi une révélation à l’ouverture.

*Le cas de Bourgoin, un des monuments du rugby est réglé : placé en liquidation judiciaire, le club de l’Isère perd sa structure professionnelle. « Suivant nos règlements, suite à ce dépôt de bilan, le club est relégué administrativement de fait en Fédérale 2 », a indiqué à l’AFP Thierry Murie, vice-président de la FFR, responsable du rugby amateur. (Juin 2017)

 

Effectif 2017-2018

Staff : Jean-Henri Tubert et Fabien Boyer

Première ligne

Hugo Demoule : 24 ans, 1,80 m, 120 kg

Nicolas Mirande : 27 ans, 1,90 m, 115 kg, Argentine

Maxime Turrel : 22 ans, 1,80 m, 107 kg

Giorgi Zakashvili : 28 ans, 1,82 m, 122 kg, Georgie

Yilmaz Oktay : 19 ans, 1,80 m, 130 kg

Talonneur

Martin Bezuidenhout : 28 ans, 1,82 m, 103 kg, Afrique du Sud

Gilles Brandon : 23 ans, 1,76 m, 105 kg

Issam Hamel : 20 ans, 1,80 m, 110 kg

Deuxième ligne

Gérard Elgelbrecht :26 ans, 1,90 m, 120 kg, Afrique du Sud

Clément Fontaine : 24 ans, 1,96 m, 120 kg

Martyn Lombard : 31 ans, 1,97 m, 120 kg, Afrique du Sud

Loïc Milanole : 23 ans, 1,93 m, 123 kg

Janse Roux : 20 ans, 2,00 m, 115 kg, Afrique du Sud

Junior Ta’avili : 31 ans, 1,90 m, 120 kg

Clément Poissard : 23 ans, 1,90 m, 107 kg

Troisième ligne

Bogdan Leonte : 31 ans, 1,90 m, 100 kg, international U18, U19 et VII

Théo Lepage : 25 ans, 1,85 m, 108 kg

Mickaël Recordier : 24 ans, 1,86 m, 98 kg

Kevin Rivoire : 23 ans, 1,90 mm, 100 kg

Antoine Vidal : 22 ans, 1,88 m, 97 kg

Mêlée

Mickaël Campeggia : 33 ans, 1,72 m, 78 kg

Florent Campeggia : 22 ans, 1,70 m, 70 kg

Ouverture

Maxime Javaux : 24 ans, 1,82 m, 86 kg

Mathis Viard : 20 ans, 1,78 m, 88 kg

Trois-quarts

Raphaël Eymond : 27 ans, 1,80 m, 77 kg

Malakaï Radikedike : 32 ans, 1,84 m, 90 kg, international fidjien XV et VII

Stéphane Roche : 22 ans, 1,85 m, 88 kg

Akuila Tabualevu : 23 ans, 1,92 m, 95 kg, Fidji

Maelann Perret-Tourlonias : 20 ans, 1,72 m, 70 kg

Lucas Bellavoine-Tournieux : 23 ans, 1,83 m, 84 kg

Florian Pernet-Demoret : 21 ans, 1,82 m, 89 kg

Arrière

Rémy Bouet : 25 ans, 1,80 m, 75 kg

Mathieu Nicolas : 30 ans, 1,88 m, 80 kg

Jean-Jacques Lasserre