Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Le colonel Renaud Rondet, chef de corps du 1er RHP, assume la fonction de délégué militaire départemental

dimanche 12 novembre 2017 par Rédaction

Le samedi matin 11 novembre, le colonel Renaud Rondet, chef de corps du 1er Régiment de hussards parachutistes, s’est adressé à la presse pour évoquer sa prise de fonction en tant que délégué militaire départemental, l’évolution de l’opération Sentinelle et le 11 novembre.

Dorénavant, le délégué militaire départemental sera l’un des deux chefs de corps des régiments tarbais avec l’objectif de gagner en cohérence et lisibilité.

La mission du DMD c’est de bien conseiller le préfet dans le domaine de l’engagement des armées sur le territoire que ce soit pour des missions de sécurité civile du type catastrophe naturelle dans notre département (on peut penser aux avalanches ou aux crues de 2013) ou pour des questions de sécurité publique comme dans le cadre de l’opération Sentinelle et principalement pour les grands pèlerinages de Lourdes. Avec l’affluence des pèlerins, dans ce cadre là des unités Sentinelle sont déployées ponctuellement pour la sécurisation du public, et pour également contribuer à des exercices comme on va le faire le 14 novembre prochain .

« C’est plus cohérent et plus efficace que l’un des deux chefs de corps soit l’interlocuteur et le conseiller du préfet dans le département, pour des aspects de l’engagement des armées sur le territoire. Alternativement, cela devrait être l’un et l’autre des deux chefs de corps qui aura la responsabilité d’être délégué militaire départemental pour ne pas créer de déséquilibre. C’est une mission complémentaire à celle de chef de corps. Il, faut donc une alternance pour éviter de confondre des prérogatives et des responsabilités qui sont différentes », déclare le colonel Renaud Rondet.

« Aujourd’hui, l’engagement opérationnel des régiments tarbais a deux volets, combattre ici sur le territoire national dans le cadre de l’opération Sentinelle et de combattre là bas en opérations extérieures. 500 parachutistes sont engagés sur le territoire national sur l’opération Sentinelle et une cinquantaine en opération. A partir du printemps prochain, les volumes vont s’inverser. Les régiments vont projeter 1000 personnes à l’extérieur et seront maintenus une centaine de soldats engagés sur l’opération Sentinelle » , poursuit le chef de corps

Le 11 novembre : le colonel du 1er RHP a insisté sur la commémoration de l’armistice 

« Commémorer l’armistice de la 1ère guerre mondiale doit aujourd’hui renforcer notre détermination, reprendre le flambeau des générations précédentes pour assurer la défense et la sécurité de notre pays. La paix se conquiert, elle se prépare et se protège.

Le 11 novembre est une date importante pour se souvenir que cette paix n’est pas acquise définitivement et avoir une reconnaissance pour les sacrifices consentis par les générations précédentes, raisons pour laquelle des décorations sont remises lors de prise d’armes.

C’est aussi une date importante pour renforcer les résiliences de notre pays et éduquer éventuellement les jeunes générations pour leur dire que la paix n’est jamais acquise comme nous l’ont rappelé les attentats de 2015.

Aujourd’hui la menace n’a plus de frontière et le combat que nous menons est global et s’inscrit dans le champ des valeurs, de l’identité mais également dans la sécurité et la guerre que conduisent nos soldats principalement à l’étranger. 30 000 soldats sont en opération, 13 000 sur le territoire national et 17 000 à l’étranger.

Ce sont des soldats qui sont prêts à tout donner, leurs vie pour certains, leur intégrité physique et psychologique pour d’autres avec les conséquences que ça a pour leur vie après.

La guerre 14 /18 c’est 1,3 million de tués en France et 4,2 millions de blessés. Se souvenir c’est bien, mais il faut aller plus loin aujourd’hui.

En 2017, l’armée de terre a perdu 5 soldats en opération, plus de 80 soldats ont été blessés. »

Pour terminer le colonel Rondet a tenu à rendre hommage aux familles et aux conjoints des militaires :

« Si nos parachutistes sont solides c’est bien parce qu’ils sont soutenus par leur conjoint et leur famille en dépit de toutes les suggestions de l’état militaire, absences répétées, déménagements, inquiétudes souvent liées aux départs en missions. Pour un soldat c’est bien souvent sa famille qui fait sa force morale. Pour partir au combat il faut être entrainé, avoir des savoir- faire techniques, tactiques mais il faut surtout avoir la force morale et la volonté de poursuivre ce combat et souvent c’est la famille qui prend une part importante à cette force morale pour un soldat. Les conjoints portent souvent seuls le poids de nos absences , la charge de l’éducation des enfants et le poids des soucis de la vie quotidienne. On ne peut pas dissocier l’engagement des soldats à celui de leurs familles, c’est un engagement partagé au service du pays et nous devons cette reconnaissance à nos familles et aux conjoints qui nous soutiennent. »

Nicole Lafourcade