Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Nouveau député, Jean-Bernard Sempastous prend ses marques

mercredi 20 septembre 2017 par Rédaction

Avant de rejoindre en ce début de semaine les autres élus du groupe la République en Marche à l’assemblée nationale, réunis en séminaire aux docks d’Aubervilliers , Jean-Bernard Sempastous, ancien maire de Bagnères-de-Bigorre, devenu député, a tenu un point de presse pour évoquer ses premiers mois de parlementaire.

Après avoir reconnu des débuts difficiles lors de la rentrée qui a suivi les élections législatives, au milieu de 308 collègues, il précise aujourd’hui que le groupe La République en Marche est en place. Il lui a fallu dans un premier temps constituer son équipe de collaborateurs, c’est aujourd’hui chose faite. En circonscription, il dispose de deux collaborateurs en poste à sa permanence, située 10, rue Saint-Blaise à Bagnères-de-Bigorre : Jacinthe Dhelft et François Roux. Les horaires d’ouverture : les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 14h00 à 17h00. François Roux sera à la disposition du député pour aller sur le terrain le jeudi et le vendredi. Il recevra aussi sur rendez-vous. Jacinthe Dhelft assurera l’accueil, la tenue de l’agenda et des dossiers de la circonscription. Par ailleurs, Charlène Then est sa collaboratrice à l’assemblée nationale.

Abordant le travail parlementaire, s’agissant de la partie nationale, il a évoqué la mise en place de la loi travail et de la loi sur la moralisation de la vie publique. La loi travail a nécessité près de 600 amendements. Et pour lui, membre de la commission des affaires économiques, les sessions ont été forcément tardives. S’agissant de la réforme du code du travail, il s’est félicité que le président Emmanuel Macron ait tenu ses engagements de campagne en donnant une large place à la concertation avec les partenaires sociaux. Confiance doit être accordée aux entreprises et aux salariés, avec des efforts sur la formation continue des salariés, la formation professionnelle et l’apprentissage.

Concernant la moralisation de la vie politique, 900 amendements ont été déposés. Avec en première ligne la suppression des emplois familiaux pour les parlementaires, la suppression de l’IRFM, ce qui implique pour le député de tout déclarer ; il dispose pour son fonctionnement d’une enveloppe de 5000 € par mois qu’il doit justifier avec des factures. Pour ses collaborateurs, il a à sa disposition une enveloppe de 9000 € bruts par mois.

Emplois aidés

Jean-Bernard Sempastous a fait observer que l’enveloppe concernant les emplois aidés avait été utilisée à 70 % par le précédent gouvernement. Il reste donc 30 %. Pour le gouvernement, il est importe de résoudre le problème du chômage longue durée. « Aujourd’hui, dit-il, on sait bien que les contrats aidés c’est un petit sparadrap sur ces problématiques là même si effectivement on aide de nombreuses personnes qui sont en difficulté. On sait que 63 % des contrats aidés sur le secteur marchand auraient été recrutés de toute façon. Ce n’est pas normal que l’État se défausse à ce niveau-là. Sur le secteur non marchand c’est 26 % de personnes qui au bout de six mois trouvent du travail. Il a quand même été rajouté 13 000 emplois aidés pour pallier à des priorités : l’éducation nationale, l’urgence en matière sociale en particulier en lien avec le handicap, les personnes âgées, la santé et l’outre-mer qui sera favorisée sur les contrats aidés. Pour 2018, l’idée du gouvernement c’est de repenser en profondeur la politique en matière d’emploi avec beaucoup d’argent sur la formation professionnelle pour développer les compétences des personnes afin qu’elles retournent vers des emplois pérennes. Notre volonté est de faire un grand plan de compétences et de formation comprenant des mesures durables pour l’accompagnement de ces personnes vers un retour à l’emploi. Nous espérons pouvoir financer 70 000 formations professionnelles d’ici l’année prochaine. Cela signifie que les emplois aidés seront compensés par des gens qui seront en formation professionnelle. L’année prochaine, on espère mettre 200 000 personnes en formation professionnelle ».

« Chez nous, on n’a pas droit à l’immobilisme, il faut aller de l’avant ! »

Les mauvais sondages qui plombent aujourd’hui le président de la République et le Premier ministre n’entament pas apparemment le moral des troupes de la République en Marche. Jean-Bernard Sempastous reste sous le charme du Premier ministre Edouard Philippe (AUDIO)

Jean-Bernard Sempastous ne souhaite pas se mettre en avant, il a envie de bosser pour sa circonscription, contrairement à d’autres. Il va prendre deux dossiers à bras-le-corps : la concession d’Hydro électricité et la constitution d’un groupe thermal avec des collègues de toutes tendances politiques qui ont une station thermale. Il s’appuiera sur le travail important qu’avait effectué lors de la précédente législature Jeanine Dubié sa collègue PRG de la deuxième circonscription. (AUDIO).

Concernant la suppression de la taxe d’habitation, il défend cette proposition de la République en Marche. Il s’en explique (AUDIO)

En conclusion, il tient à souligner les très bonnes relations qu’il entretient avec Jeanine Dubié sa collègue de la deuxième circonscription. Ils vont se retrouver sur plusieurs dossiers : le thermalisme, l’hydroélectricité, les finances publiques notamment.

G.M.