Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Retour sur TGB-La Seu d’Urgell avec François Gomez

mardi 19 septembre 2017 par Rédaction

« Gagner, c’est toujours bien »

Malgré une troisième victoire en quatre matchs de préparation, François Gomez n’était pas satisfait du comportement de son équipe. « On a joué 75 % du temps ! On a eu un troisième quart-temps difficile... » Un entraîneur qui n’était pas satisfait du contenu du match : « Gagner, c’est toujours bien mais la manière n’y était pas comme à Basket-Landes, malgré la défaite... » L’équipe a encore fait preuve d’une solidarité défensive que reconnaît le technicien tarbais. « Ce qu’on peut mettre en exergue, c’est notre qualité défensive. Quand on ne marque pas en attaque, on arrive à défendre un peu. On a une équipe qui est un peu mieux armée dans ce secteur. » Pour autant François Gomez reconnaît qu’enchaîner les matchs pèse sur le physique. « Offensivement, il a de la fatigue. On est en préparation et on met des charges de travail assez lourdes. » Ce qui explique les baisses de régimes trois jours après un match engagé contre Basket-Landes et une séance d’entrainement ’’chargée’’. Une série de matchs de préparation qui conforte le coach sur la valeur de son groupe. « On est armé physiquement, on est armé techniquement, on est armé en terme d’adresse. Ce qui nous manque, c’est de pouvoir jouer avec neuf joueuses. » Un TGB privé d’Elodie Bertal-Christmann, qui devrait manquer le début de saison, d’Ana Suarez, sa nouvelle meneuse et de Christelle Diallo, l’une ses nouvelles intérieures. Malgré ces absences, les jeunes, comme Tima Pouye, à la mène, ont démontré leurs qualités. « La meneuse titulaire c’est Suarez et Tima s’en sort plutôt bien, puisque c’est plutôt un 2 qui joue 1. C’est bien, pour une joueuse de 18 ans, face à la pression défensive adverse. » Les anciennes ont plutôt bien assumé à l’image d’Adja Konteh « qui nous a rendu service à la mène et qui a été monumentale ce soir ! »

« L’équipe est capable de répondre à des objectifs plus élevés »

Des Tarbaises qui ont baissé pied physiquement mais qui ont cédé du terrain lorsque toutes les jeunes se sont retrouvées seules en compagnie d’Aby Gaye. Un changement qu’assume le coach tarbais qui admet : « C’est satisfaisant, même si on pouvait espérer gagner de quinze ou vingt points. » François Gomez est dans l’ensemble satisfait du comportement de son groupe. « Au jour d’aujourd’hui, avec une préparation collective qui n’a vraiment démarré que la semaine dernière, après l’arrivée des étrangères (Angie Bjorklund et Michelle Plouffe), je trouve que ça répond bien. On n’a que dix jours de basket ensemble et il y a beaucoup de concentration, il y a de l’intelligence et je suis assez satisfait du travail que les Filles fournissent. »
Contre des Espagnoles, qui se sont déchainées lorsqu’elles sont revenues à deux points 43-45, à l’entame du dernier quart-temps, les Tarbaises, malgré la fatigue n’ont rien lâché pour remporter la rencontre aux forceps 61-58. « Si je me projette un an en arrière, ce type de match, on l’aurait perdu de vingt ou de trente points. » Ce qui redonne le sourire à François Gomez. « Il ne faut pas comparer les équipes qui se suivent mais on peut être optimiste, même si le début de saison va être très compliqué avec des matchs contre Lyon, Montpellier et Bourges. » Une perspective qui n’inquiète pas trop le coach tarbais. « On verra à ce moment là, si on est en capacité de jouer contre les grosses cylindrées de la Poule. Ce qui n’était pas notre ambition première, mais on jaugera notre niveau après ces trois premiers matchs. » Mais sur ce qu’il perçoit des qualités et de la complémentarité de ses ’’Filles’’, François Gomez est optimiste. « Je crois que l’équipe est capable de répondre à des objectifs un peu plus élevés qu’ils n’étaient jusque là ! »

Un groupe qui ne demande qu’à s’épanouir

Il est vrai que si, Tima Pouye était attendue à ce niveau, Naomie Nbandu est une vraie surprise. Une vraie battante qui ne lâche rien en défense même, si pour l’instant, elle ne marque pas beaucoup en attaque. Ce qui pourrait venir avec un peu plus de confiance, car en LF 2 ou en équipe de France, Nbandu en est capable. La jeune intérieure de 18 ans s’inscrit dans l’esprit de François Gomez comme ’’sa’’ neuvième joueuse. Une joueuse qui peut s’avérer précieuse pour casser l’attaque adverse par sa combativité dans des moments de flottement ou de fatigue. Ne parlons pas de Tima Pouye qui, contre Basket-Landes et les Espagnoles, vient de prouver sa capacité à doubler ou à suppléer à la mène Ana Suarez que François Gomez tient en haute estime. Aby Gaye possède de solides atouts physiques et techniques pour devenir un ’’cadre’’ qui pèse, lorsqu’elle aura franchi le seuil psychologique de joueuse de banc, qu’elle a connu dans les plus grandes équipes. Christelle Diallo est un peu dans le même schéma psychologique que Gaye et elle aussi, est capable de hausser son niveau de jeu et de franchir un cap. Michelle Plouffe s’est déjà intégrée à un système de jeu qu’elle découvre à peine. Il semblerait que les ’’anciennes’’ Adja Konteh et Angie Bjorklund, soient du même niveau que l’année dernière, en terme d’envie et d’efficacité. Si Elodie Bertal-Christmann retrouve une partie de son niveau d’avant blessure, le TGB pourrait créer quelques belles surprises...

Jean-Jacques Lasserre