Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Le Tango fait une escapade dans les vignes

jeudi 24 août 2017 par Rédaction

Réception royale à Château Montus

La visite de Château Montus restera dans les annales de Tarbes en Tango et des nombreux festivaliers qui ont choisi cette excursion proposée par l’office de Tourisme de Tarbes. Marie-Laure de Figueiredo, l’OT de Tarbes et Alain Brumont, les instigateurs de cette journée au domaine de château Montus, ont réussi leur pari. Quatre vingt dix huit festivaliers ont fait le déplacement depuis Tarbes dans deux bus de la Société Keolis. Soit soixante-dix de plus que l’année dernière pour un quota d’une centaine de places maximum. Café, tourte et dégustation de vin les attendaient à l’ombre des frondaisons, pendant que deux broutards préparés en « asado a la cruz », cuisaient au feu de bois.

Un château historique entièrement rénové au milieu des vignes

L’endroit est impressionnant, avec la longue allée plantée de chênes lièges, dont ont été issus les bouchons des vins mis en bouteilles à la propriété. Un havre de silence, de paix et de patrimoine historique. Un patrimoine préservé mais aussi reconstruit dans le respect des traditions et des savoir-faire ancestraux. Car l’ancien Château de Castelnau-Rivière-Basse était une ruine dont personne ne voulait quand Alain Brumont l’a racheté, il y a près de quarante ans. Un château historique, dont des parties remontent au Xème siècle au temps où les fortifications protégeaient la Bigorre de la convoitise de la Gascogne. Un château qui a aussi connu les affres de la révolution française comme le montrent les inscriptions sur le portail d’entrée et qui, aujourd’hui, est devenu un lieu de réception prestigieux. Un lieu superbe qui accueille des séminaires, des mariages, mais qui offre aussi sur réservation, dix chambres aux murs et plafonds peints et décorés sur le thème de la vigne et du vin...

Un terroir unique

Un château entouré de terres agricoles et pastorales qui intéressaient Alain Brumont car le vin produit autrefois sur ce terroir était servi à la table de Napoléon Bonaparte et de Napoléon III. Un vin apporté par trois soldats originaires de Castelnau qui, au fil des campagnes napoléoniennes, furent nommés généraux. Alain Brumont a su tirer le meilleur des pentes à gros galets sur un sol fin et argileux, d’un terroir depuis longtemps délaissé par les vignerons. Une aventure et une réussite humaine qui fascine les festivaliers. Car Alain Brumont est aussi un fin conteur qui captive son auditoire par de passionnantes anecdotes. A ses côtés, son ami Pierre Casamayor, une des meilleures plumes du monde viticole, auteur de nombreux ouvrages de référence sur la vigne et le vin. Il collabore aussi à « La Revue du vin de France et au « Guide Hubert ». A l’origine, c’est un physicien devenu par passion un œnologue réputé, professeur à l’Université Paul Sabathié de Toulouse. Lui aussi a mis ses talents au service des festivaliers qui ont apprécié son discours sur les nombreuses analogies de vocabulaire entre la musique et le vin (L’attaque, le final, la couleur, les notes, les nuances, les accents, l’harmonie, la profondeur, la persistance, l’équilibre, la longueur, la complexité, la vibration...) en prélude au repas dansant. L’œnologue a même trouvé une analogie commune avec le tango : L’assemblage. « Le tango est un assemblage de musiques européennes, africaines, des Antilles, de Cuba. Le vin est aussi un assemblage à partir de divers cépages. » Un discours traduit en espagnol par Jean Demperre-Gomez, l’ancien Président de Tangueando Ibos. Ils auront appris aussi, selon des études sur la perception, qu’un même vin, bu seul ou en compagnie ou en écoutant sa chanson ou sa musique préférée n’aura pas le même goût.

D’un chais grandiose à la mythique Tyre

La visite de l’immense chai à la grandiose charpente, (en forme de coque de bateau renversée) et de sa cave qui peut accueillir deux mille barriques, a été un succès. Des visiteurs captivés par les explications d’Alain Brumont et émerveillés par une architecture grandiose sur trois niveaux, desservie par des ascenseurs. Ici tout est prévu pour l’élevage du vin mais aussi pour faciliter les visites. La visite s’est poursuivie en bus pour aller au fameux terroir de la Tyre protégé par une forêt de chênes. La vigne la plus haute de l’appellation Madiran qui fournit le cru éponyme le plus prestigieux de la Maison Brumont. Là, nouvelle dégustation de vins millésimés et d’un casse-croûte vigneron de coustous grillés au barbecue. Le tout, au pied des vignes et dans un grand observatoire perché sur un chêne bicentenaire qui domine toutes les vignes avec une vue imprenable sur la chaîne des Pyrénées. Alain Brumont en a profité pour expliquer sa philosophie de la vigne et de son respect de la nature. Des vignes séparées par des bois de chênes qui favorisent la pousse d’autres plantes ou arbres à leurs pieds ou à côté au contraire des forêts de conifères. « 50% de chênes, 50% de vignes sur un terroir est un bon équilibre pour préserver la biodiversité de la flore et de la faune ».

Des visiteurs venus de divers pays

Encore un moment magique et un émerveillement pour beaucoup de festivaliers dont certains venaient de Guadeloupe, de Martinique et de l’association « Sueno de Tango » de Cayenne en Guyane. Un groupe très cosmopolite composé aussi de Belges, d’Anglais, d’Allemands, d’Espagnols, de Danois, de Québécois, de Suédois, de Suisses..., et de français originaires de Paris, Lille, Caen, Nîmes ou de Soumoulou... Parmi ces festivaliers deux personnalités Roberto Yanni et Ruben I Reale du Tourisme et de l’Académie Nationale du Tango. Tous des amateurs de tango et de vin qui n’ont pas été déçus de leur journée malgré le soleil et une chaleur accablante.

Vins millésimés à volonté

Car le repas pris dans une salle magnifique avec une superbe charpente était agrémenté de moments dansants entre les plats. Des plats délicieux et originaux, concoctés par le chef Loïc Rippamonti, accompagnés du Pacherenc « Les Jardins », de différents « Bouscasset » et « Montus » millésimés, avec pour terminer « Vendémiaire », un nectar issu de vendanges tardives dont Alain Brumont fut le précurseur. Des vins prestigieux offerts par Alain Brumont, qui ont ravi les papilles des convives qui ont profité de l’occasion pour s’acheter quelques bouteilles et passer commande pour se faire livrer chez eux.

Festivaliers heureux et conquis

Les festivaliers ravis et conquis ont regagné avec un peu de retard sur l’horaire leur car pour rentrer à Tarbes. Tous se sont promis de se retrouver en 2018 au Festival International de Tango de Tarbes et à Château Montus dont ils ont apprécié la beauté du site, la qualité de l’accueil, la convivialité de la journée. Marie-Laure de Figueiredo (AUDIO) confirme : « Les gens sont enchantés et me donnent leur numéro de téléphone et leur mail pour les inscrire l’année prochaine. » Sans oublier la dégustation de grands vins millésimés dégustés sans modération, grâce au retour en bus. Tous ont adressé de chaleureux remerciements pour l’accueil chaleureux à Laurence et Alain Brumont et leur équipe Maeva Vidonne, Catherine et Alain Lavoué, Florian Dupuis, Fabien Dubosc, Thomas Bayac et Gabriel Colavolpe.

Jean-Jacques Lasserre

Diaporama - Photos Jean-Jacques Lasserre
AGRANDIR