Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Haute Route Pyrénées 2017 - Étape 4

mercredi 16 août 2017 par Rédaction

Le peloton de la Haute Route Pyrénées s’est élancé de Tarbes ce matin sur la quatrième étape de 123km et 3,650 mètres de dénivelé positif. Au programme : les cols d’Aspin, Azet et Peyresourde avant l’ascension finale du Col du Portillon situé à la frontière espagnole.

Participant à sa première Haute Route cette semaine, le Britannique Robert Sandford était de bonne humeur avant le départ de l’étape. « J’ai hâte de rouler aujourd’hui, avec quatre cols ça va être une étape intéressante », nous a-t-il confié. « Il n’y a pas de col équivalent en Angleterre où je vis. La seule solution est de grimper Box Hill autant de fois que possible », a-t-il ajouté en rigolant.

Alors que les nuages se dissipaient dans le ciel, le peloton s’est séparé en plusieurs groupes pour affronter le col d’Aspin. Avec un dénivelé positif de 619m sur 14km, ce premier col a constitué une bonne mise en jambes pour le reste de l’étape à venir. S’élevant d’abord gentiment à une moyenne de 4-5%, le dernier kilomètre comporte quelques rampes avoisinant les 12% avant un dernier plateau pour rejoindre le sommet.

Nouveau venu sur la Haute Route, le Danois Anders Tejs Knudsen avait un grand sourire en haut du Col d’Aspin : « C’était fantastique, j’ai adoré cette montée », a-t-il déclaré. « Ce n’était ni trop pentu, ni trop long donc c’était parfait. Venant du Danemark, la météo est idéale pour moi aujourd’hui, j’en ai l’habitude. Pour l’instant ma première Haute Route est géniale, ça ne sera certainement pas ma dernière ! »

Après une descente neutralisée à cause du brouillard, la deuxième difficulté de la journée, le Col d’Azet, se dressa devant les coureurs. La pente moyenne de 6,5% est quelque peu trompeuse car la montée de 12km possède plusieurs rampes à plus de 12%. L’Américain Dan Montgomery était content d’avoir franchi le deuxième des quatre cols au programme aujourd’hui.

« Je pense avoir roulé un peu trop fort dans la première partie de cette montée », a-t-commenté. « Je vais essayer d’être plus régulier sur les deux prochaines ascensions pour bien finir l’étape », a-t-il ajouté alors que ses coéquipiers le rejoignaient du sommet.

Ayant fait le plein d’énergie et pris quelques secondes pour apprécier le panorama au sommet, les coureurs ont ensuite basculé dans la descente sinueuse de l’Azet où ils ont été exposés pour la première fois de la journée aux rayons du soleil. Direction ensuite le col de Peyresourde culminant à 1,569 mètres d’altitude. Avec une pente moyenne de 5,6% et seulement quelques passages à 8% dans le dernier kilomètre, le Peyresourde est l’un des cols les plus réguliers de la semaine.

Après la descente non chronométrée, les coureurs sont passés devant le Village Haute Route à Bagnères-de-Luchon avant d’entamer l’ascension finale du Portillon pour terminer en beauté aux portes du Val d’Aran. Avec 115km et 3,000m de dénivelé positif dans les jambes, chaque coureur a dû trouver son propre rythme dans cette montée de 7,7km à 8.3%.

Illustrant encore une fois l’ambiance qui règne dans le peloton de la Haute Route, Jason Livingstone-Thomas et Daniel Frawley ont roulé ensemble tout au long de l’étape.

« Daniel m’a aperçu juste avant d’arriver à Aspin et il a sprinté pour me dépasser à 20 mètres du sommet. Quand j’ai vu qu’il revenait sur moi dans le Portillon, j’ai tout donné pour ne pas me laisser faire à nouveau », a déclaré Jason tout en félicitant Daniel au somment.

Après avoir conquis le quatrième et dernier col du jour, les coureurs ont pris le temps de récupérer à la frontière franco-espagnole et de discuter entre eux. Roulant cette semaine à l’avant de la course, le Suisse Stéphane Kamerzin nous a raconté son expérience du jour avant de redescendre sur Bagnères-de-Luchon.

« Quelle journée ! Dommage qu’elle soit passée si vite avec l’enchainement des cols. L’ambiance dans notre petit groupe était super et la dernière ascension du Portillon était difficile mais c’est une bonne manière de terminer la journée. »

La Néo-Zélandaise Gretchen Miller a également apprécié l’étape, déclarant que c’était son étape préférée juste après avoir franchi la ligne d’arrivée : « C’était une journée parfaite ! Quatre cols et aucun d’entre eux n’était trop pentu. »

À l’avant de la course, l’Italien Gherardo Marcolin a remporté l’étape, remontant ainsi d’une place au classement général. Chez les femmes, l’Australienne Megan Scott remporte sa deuxième victoire d’étape. Cyril Tiné et Laura Spencer conservent leurs maillots de leader qu’ils devront défendre pendant les trois prochaines étapes s’ils souhaitent être sacrés champions à Toulouse samedi.

Le contre-la-montre de 17km dans la montée de Superbagnères offre demain l’opportunité aux coureurs de récupérer pour les étapes suivantes ou de se donner à 100% et tester leurs limites sur une seule ascension.

Galerie d’images