Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Stado TPR : Le point avec Mickaël Etcheverria

samedi 12 août 2017 par Rédaction

Les choses se mettent en place

L’une des principales satisfactions des entraîneurs tarbais est d’avoir retrouvé des joueurs en bonne forme physique. Domolaïlaï et Kobéridze ont perdu une quinzaine de kilos par rapport à l’inter-saison précédente. Seul Taulava est arrivé avec un surpoids évident. Même Havéa, malgré sa blessure, est revenu affûté physiquement et fréquente assidument la salle de muscu. « C’est vrai, ils sont revenus plus en forme que la saison dernière » confirme Mikaël Etcheverria qui loue la très bonne ambiance au sein du groupe. La reprise physique a débuté le 10 juillet et depuis une quinzaine de jours, les joueurs ont retrouvé le ballon. L’occasion de se mettre dans le vif du sujet avec de nouveaux lancement et de nouvelles formes de jeu. « On travaille des choses nouvelles, même pour les anciens et les choses sont en train de se mettre en place. » Au point que l’envie de jouer titille le groupe « qui a hâte d’en découdre samedi. »

Une philosophie de jeu identique

Son entente avec Nicolas Escouteloup est parfaite tant les deux hommes partagent la même vision du rugby. « On a vraiment la même philosophie avec les même repères sur le terrain. On a la même stratégie d’opposer le rapide au lent, de mettre des joueurs gaillards face à des joueurs plus faibles physiquement. De plus on s’entend très bien et on en rigole en se disant qu’il faut attendre les matchs pour voir, si on est toujours en phase. » Une envie de mettre de l’intensité et du volume de jeu que partagent aussi les deux compères. Ils s’entendent au point de partager les lancements de jeu et de prendre le meilleur des points de vue, tout en les associant sur le terrain. « On retravaille l’organisation offensive qui sera différente. On a apporté des modifications à nos lancements en relation avec ce que faisait Nico à Limoges. L’essentiel du travail porte sur la réorganisation des blocs et des cellules, pour avoir la meilleure organisation possible. »

Des trois-quarts polyvalents

Mika est satisfait du recrutement, même s’il n’a pas perdu trop de joueurs derrière. Il semble qu’il ait même gagné au change avec l’arrivée de Bréthous qui peut jouer au centre ou à l’aile. « Malgré sa petite taille, c’est un gros défenseur qui met de gros ’’caramels. Techniquement, c’est un joueur qui est capable de faire de grosses différences sur ses crochets et sa vitesse de passe. » Un joueur qui peut rappeler Maxime Veau par certaines caractéristiques mais beaucoup plus technique avec une réelle capacité à mettre ses coéquipiers dans les intervalles. Même si le départ de Berbizier est une lourde perte, la venue de Peel est une bonne chose. C’est un joueur physique qui couvre aussi deux postes, l’arrière et l’aile. Le poste d’arrière est doublé, malgré le départ de Demaï-Hamecher qui ne rejoindrait finalement pas Castanet-Tolosane. Sous contrat Fédéral avec l’équipe de France à VII, il reste sous licence tarbaise mais n’est pas dans le groupe. La polyvalence des trois-quarts bigourdans, qui peuvent couvrir plusieurs postes derrière, permettra à Domec de retrouver son poste de prédilection, même si son implantation au centre avec Vinusa est une réussite. Sans compter, comme le fait remarquer l’entraîneur : « L’arrivée de deux ou trois petits jeunes qui ne devraient pas tarder à pointer le bout de leur nez sur ce que l’on a vu à l’entraînement. » Il faudra bien sûr attendre de les voir en match mais le centre-ailier Bouhedjeur, l’ouvreur-arrière Cooper et l’ailier Piveteau, semblent prometteurs. Mickaël Etcheverria est confiant, même si le poste d’arrière est un des moins fournis par rapport à la pléthore de centre-ailier. Un vrai casse-tête au moment de composer les feuilles de matchs si les blessures ou les méformes ne viennent pas réduire les cartes.

Charnière conservée et doublée

Les demis sont inchangés avec trois joueurs expérimentés, dont un couvre avec un égal bonheur les deux postes. Bats, un moment annoncé sur le départ, est bien là, et sur ce qu’on a pu voir aux entraînements, il est heureux d’être là pour le plus grand bonheur de son entraîneur. « Pour moi, il n’est jamais parti. Il a été manger des huîtres à Arcachon et il est revenu (rires...). D’autant que son profil de demi-de-mêlée-ouvreur, permet (outre de couvrir deux postes sur la feuille de match) d’intervertir sur le terrain pour accélérer le jeu, selon les situations. Une combinaison travaillée aussi à l’entraînement avec Claverie, qui pourtant n’a jamais joué à la mêlée. Le jeune Lhusero couvre aussi les deux postes et les arrivée du demi-de-mêlée Millon (International Universitaire) et de l’ouvreur Cooper (International écossais U 19), offrent de nombreuses solutions. D’autant que Cooper peut aussi jouer à l’arrière.

On est pas mal au niveau de la qualité du recrutement

Même s’il est conscient que sur certains postes, avec les départs de trois talonneurs (Béziat, Casals, Cauley) l’effectif risque d’être juste encas de blessures ou de suspensions, Mickaël Etcheverria est confiant dans le recrutement. « A la vue de ceux que l’on a vu partir et de ceux qu’on a vu arriver, je crois qu’on est pas mal du tout au niveau de la qualité. » Sans vouloir s’immiscer dans le domaine de Nicolas Escouteloup, le point de vue de l’entraîneur de l’an passé est intéressant. Pour lui le recrutement devant a été judicieux. Il est vrai que les arrivée de Basile, de Lacroix et de Bernad, compensent largement les départs de Brison, d’Antonescu et de Collet. Au talonnage, les arrivée de Moyano-Gonzalo et de Ducasse semblent prometteuse et Loncan peut brouiller les cartes. Seul bémol, leur manque d’expérience par rapport à Casals et Béziat qui ont évolué en Pro D2. Les jeunes piliers, Kazalikashvili et Mudariki pourraient être de bonnes pioches, surtout pour l’avenir, tout comme le solide Duny. Idem en troisième ligne où Gal est dans le profil de Ferrer et Greyling dans celui de Sordia, en plus costaud. Le Sud-Africain peut aussi évoluer en seconde ligne malgré son manque de densité. Une seconde ligne où l’effectif semble un peu juste même s’il est le même que l’an passé. A l’exception de Tuimalo et de Sajous qui ont effectué quelques piges comme remplaçants.

Encore un peu juste en défense

Mickaël Etcheverria, estime que par rapport à l’année dernière, (compte tenu des évènements et d’un recrutement tardif), le groupe est mieux préparé physiquement. Côté jeu, surtout offensif, le bilan est aussi positif car le fond de jeu, compte tenu du nombre d’anciens, était déjà en place. Même si beaucoup de choses ont changé les joueurs se connaissent et ont gardé des repères communs. « Je trouve qu’on est mieux organisé que la saison dernière à pareille époque » affirme Mikaël Etcheverria. Le seul côté négatif est la défense qui n’était pas une priorité en début de préparation. « Pour le moment on a travaillé l’offensif à 75% et le défensif à 25%. Mon souhait était de travailler la réorganisation offensive où on avait eu un peu de mal. J’en ai parlé avec Nico et on est parti là-dessus. On sait donc que samedi on risque de pécher un peu en défense. »

Jean-Jacques Lasserre