Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Législatives (2e circonscription) : L’incroyable remontada de Jeanine Dubié

lundi 19 juin 2017 par Rédaction

C’est une performance que l’on pourrait comparer au renversement de situation en champion’s league du FC Barcelone face au PSG. Battu à l’aller 4-0, les Catalans avaient renversé la situation au retour en l’emportant 6-1. Eh bien, c’est ce qu’a fait la députée sortante de la 2e circonscription. Largement distancée au premier tour, Jeanine Dubié (PRG) et ses 16,53% semblait bien loin des 32,16% de Marie-Agnès Staricky (La République En Marche). Passer de 16,53% à plus de 50%, c’est un exploit rarissime. Et pourtant, nous n’avions pas écarté cette éventualité (Lire notre article du vendredi 16 juin). Que s’est-il donc passé ? D’abord, les électeurs ont pris conscience du travail effectué pendant son mandat par la Bigourdane. Cela leur a été rappelé un peu partout sur le territoire. Les élus se sont mobilisés. Des secteurs de la circonscription ont très vite redonné de l’espoir aux supporters de la Bigourdane Jeanine Dubié. Voir les résultats dans le sud avec des scores conséquents sur le pays toy. Même tendance dans le nord avec un match quasiment à égalité à Vic-en-Bigorre, chez Clément Menet. A Tarbes, où elle accusait un retard au premier tour de 1314 voix, elle le ramenait à 467 voix.

L’effet boomerang lourdais

Restait Lourdes où Jeanine Dubié savait qu’elle jouait gros. Là encore l’écart se réduisait considérablement, passant d’un déficit de 804 voix à 337. La preuve était apportée qu’une partie de l’électorat de droite, comme nous le pressentions, a basculé vers Jeanine Dubié, la proximité dans les derniers jours du premier tour de Marie-Agnès Staricky avec l’ancien maire de Lourdes et son équipe a réveillé les vieux antagonismes. D’autant que Jean-Pierre Artiganave qui devait, dit-on, apporter publiquement son soutien à Clément Menet la veille du 1er tour, n’a pas bougé le petit doigt. D’aucuns n’ont pas apprécié ce qu’ils ont considéré comme un manque de parole. Le boomerang a fait donc son effet au second tour.

G.M.

Lundi matin : mise en ligne des diaporamas dans les QG de Jeanine Dubié, Marie-Agnès Staricky, Jean-Bernard Sempastous et Sylvie Ferrer