Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

PAC : Vers une assurance privée pour couvrir les risques en agriculture

samedi 18 mars 2017 par Rédaction

« Toujours plus d’assurances privées au détriment de la prévention et de la transition » selon la Confédération Paysanne

Dans un communiqué de presse du 16 mars, le syndicat précise : « Le ministre de l’Agriculture a présenté en CSO https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_sup%C3%A9rieur_d’orientation_et_de_coordination_de_l’%C3%A9conomie_agricole_et_alimentaire le mardi 14 mars ses propositions concernant la gestion des risques en agriculture. »

Dans un communiqué du 29 septembre 2016, le ministère de l’Agriculture sur la « Gestion des risques en agriculture : Stéphane Le Foll engage une réflexion pour améliorer les mécanismes de gestion des aléas » avait déjà défini les contours du sujet http://agriculture.gouv.fr/gestion-des-risques-en-agriculture-stephane-le-foll-engage-une-reflexion-pour-ameliorer-les-mecanismes-de-gestion 

La Confédération Paysanne précise : « Les outils permettant de développer la prévention et la résilience des fermes existent déjà. Il s’agit des financements aux MAEC et des aides à la bio, ceux-là mêmes qui n’ont pas encore été payés pour les années 2015 et 2016, et ces mêmes outils manqueront cruellement de budget pour parvenir à satisfaire les demandes d’ici à 2020.

« Le ministre prévoit également de confier la gestion des aléas climatiques aux assurances privées, désengageant de fait l’État de ses responsabilités. Ce soutien au développement de l’assurance climatique privée signe la fin du régime des calamités agricoles. Des montants importants du second pilier de la PAC serviraient à renflouer les caisses d’assurances au lieu de soutenir directement les paysans et de financer la prévention des systèmes de production. Certaines aides à l’installation ou à l’investissement seraient même conditionnées à la souscription d’assurances. Un fonds de mutualisation professionnel, encadré par l’Etat, devrait être abondé par l’ensemble des filières de la production à la distribution pour subvenir aux situations de crises exceptionnelles »

Pour le syndicat, « Les paysans ont besoin d’un revenu assuré, non pas d’une assurance au revenu. De vraies politiques publiques de régulation des marchés, de maitrise et répartition des volumes doivent permettre de garantir un revenu à tous les paysans. Des choix ambitieux de budget doivent être retenus en faveur de la transition vers l’agriculture paysanne. »

Louis Dollo