Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Poule d’accession Fédérale : une huitième journée retour décisive

samedi 4 mars 2017 par Rédaction

Après une septième journée Retour ’’acabradantesque’’, avec les lourds échecs des deux gros favoris à la montée, (Aix chez lui et Nevers chez l’avant dernier), la huitième journée va être décisive. Chambéry joue sa dernière carte pour décrocher la cinquième place face à Aix qui doit se redresser. Une troisième défaite consécutive pourrait ouvrir une nouvelle crise à Aix qui a mis tous les moyens pour remonter directement. Tarbes* se doit de faire un résultat à Bourg-en-Bresse pour consolider sa cinquième place face à un adversaire qui fera tout pour conserver son fauteuil de Dauphin. Nevers, qui reçoit Limoges, visera une victoire bonifiée qui le replacerait devant Aix et dans la foulée de Bourg-en-Bresse, si ceux-ci venaient à chuter. Auch et Aubenas se livreront une bataille de prestige même si Auch ambitionne toujours une cinquième place honorifique. Massy et Romans sont exempts.

*Ce vendredi 3 février, à l’heure de sortie de cet article le CNOSF n’avait toujours pas rendu sa décision, près d’un mois après l’audience de conciliation entre le TPR et la FFR. Rappelons, pour infos, que le CNOSF vient tout juste de rendre sa décision suite à une réclamation sur un match qui s’est déroulé le 18 septembre 2016.... 

Bourg-en-Bresse-Tarbes, samedi à 19h30

La compo de Bourg-en-Bresse

1 Bougherara, 2 Blanchard, 3 Facundo, 4 Giraud, 5 Louchard (Cap.) , 6 L. Mondoulet, 7 Buatier, 8 Witt, 9 Maiquez, 10 Gros, 11. Santalier, 12 Argoud, 13 Fusier, 14 Doucet, 15 Dupont

Remplaçants : 16 Deliege, 17 Drancourt, 18 J. Mondoulet, 19 Jean-Etienne, 20 Le Bourhis, 21 Frenet, 22 Moinot, 23 Harmse

 

Le TPR en quête de points

Les Tarbais se sont jurés de terminer à la cinquième pour obtenir une qualification sportive sur le terrain. Malgré l’écart de points qui le sépare de ses poursuivants, le TPR (37 points) reste mathématiquement sous la menace d’Auch (31 points) et de Chambéry (29 points). Pour assurer leur mathématiquement leur 5ème place les Tarbais doivent terminer avec 47 points pour devancer Auch et Chambéry qui peuvent mathématiquement terminer avec 46 points et 44 points. Des objectifs difficiles à tenir sur le pré car Tarbes, s’il compte un match de plus à jouer, se déplace à Bourg-en-Bresse, à Nevers, à Aix et reçoit Romans. Difficile aussi pour Auch, qui reçoit Aubenas, et Nevers et se rend à Limoges, tout comme pour Chambéry qui reçoit Aix et Aubenas et va à Limoges de faire le plein de victoires bonifiées. Même si Auch est interdit de participation aux Phases finales, les Tarbais, pour diverses raisons, ne peuvent pas envisager d’être devancés par les Gersois. Mais Chambéry, peut priver sportivement le TPR de qualification. Ce qui rendrait caduque un éventuel retour en arrière de la FFR sur les conseils du CNOSF.. 

Un vrai test pour les Tarbais

Prendre des points à Bourg-en-Bresse est donc impératif, ne serait-ce qu’un bonus défensif. Mais au delà de la qualité des Bressans qui devancent au classement des équipes du calibre de Nevers et d’Aix ; les ’’Violets’’ ont des comptes à régler. S’ils ont sportivement admis la supériorité des Tarbais et la légitimité de la victoire du match Aller, ils ont mal digéré cette domination et seront doublement revanchards. Car au delà de remettre les choses à leur place, au niveau du combat où ils avaient été dominés, les Bressans étaient remontés contre l’accueil. Ils reprochent aux dirigeants tarbais de ne pas avoir avancé le match des Réserves pour leur permettre de s’échauffer dans de bonnes conditions. Ils avaient dû se préparer derrière les poteaux pendant le match des Réserves. Ce que n’avait pas apprécié de Laurent Mignot qui promettait aux Tarbais de leur rendre la pareille au match retour. L’accueil risque donc d’être chaud avant et pendant le match. Ce sera un vrai test pour les Tarbais qui devront montrer leur force de caractère. 

Bourg-en-Bresse impressionne

Bien sûr, Bourg-en-Bresse faisait partie des prétendants logiques à la montée au vu de leurs antécédents en Pro D2 et de la qualité de leur effectif. Mais alors qu’on attendait surtout Nevers et Aix pour jouer les premiers rôles, les Bressans prouvent leur valeur sur le terrain. Bourg-en-Bresse avec 45 points (10 victoires, 1 nul, 4 défaites, 3 bonus), s’il est distancé de 10 points par Massy pour la montée directe, devance confortablement Aix et Nevers qui comptent 38 points (8 victoires, 6 défaites, 6 bonus) mais un match en moins. Bourg-en-Bresse, invaincu sur sa pelouse, s’est défait des ’’gros’’ , Nevers (16-3), Massy (25-15), Auch (39-15) en les privant du bonus défensif, d’Aix (23-16) et des autres Romans (44-5), Aubenas (28-15), Limoges (21-14), Chambéry (28-19). Les Bressans ont fait match nul à Chambéry (24-24) et se sont imposés à Auch (19-22) et à Romans (27-36). Ils ont perdu quatre fois en déplacement à Limoges (22-11), à Tarbes (22-9), à Nevers (22-0) et à Massy (12-3).

Une équipe ’’labellisée’’ Pro D2

Bourg-en-Bresse est une équipe ’’labellisée’’ Pro D2 pour ses fréquents séjours à l’échelon supérieur. Bourg, a fréquenté longtemps l’ancienne première Division dans les années 60-80 avec de multiples qualifications pour les phases finales. Le club régresse en seconde division en 1985 et ne remonte qu’en 1991 pour redescendre aussitôt. Un ascenseur que va souvent emprunter l’US Bressane sous l’ère du professionnalisme avec une montée en Pro D2 en 2003 et une relégation immédiate sur fond de crise financière. Le club se restructure et remonte en 2013 avec à la clé le titre de Champion de France contre le voisin Bourgoin. Mais fin 2014 le club est de nouveau relégué avec Auch. L’an passé Bourg-en-Bresse domine dans sa poule Aubenas, Chambéry et Romans, élimine Auch en Barrages mais s’incline contre Soyaux-Angoulême en demi-finale. L’US Bressane Pays de l’Ain, a programmé son retour en Pro D2 au travers du Projet « Club Violet 2020 » dont le parrain est Lionel Nallet. Le but de ce projet est de structurer et de professionnaliser le club pour remonter en Pro D2 et s’y maintenir. La philosophie sportive est de s’appuyer sur des joueurs issus de la région et formés au club, pour retrouver une identité « violette » forte malgré le professionnalisme. Un projet qui pourrait aboutir plus vite que prévu si Bourg-en-Bresse continue sur sa lancée, car la nouvelle formule laisse moins de place au hasard ou à la chance.

Un entraîneur spécialiste de la cohésion

Laurent Mignot a été choisi pour mettre en place ce projet qui fait une grande place à la Formation. « L’identité » est un des dadas préféré et il l’a utilisée avec réussite à Bourgoin pour remonter en Pro D2 avec 85% de l’effectif issu ou évoluant au centre de formation avec une moyenne d’âge de 24 ans. Ecarté de Bourgoin, il a monté une entreprise sur l’optimisation de la performance collective et individuelle du joueur et de la cohésion de groupe pour faire fructifier un savoir-faire développé pendant ses 14 années d’entrainement. Laurent Mignot est un véritable spécialiste de la formation et de la cohésion de groupe. Pour lui « il est nécessaire d’accompagner les joueurs, d’optimiser leurs performances individuelles et collectives, de leur transmettre des choses, notamment au niveau de la cohésion au sein d’un groupe. » Il n’a pas une vision restrictive du jeu et prône le « plaisir des joueurs sur le plan du jeu. » Le voisin Bressan ne s’est pas trompé en le recrutant pour mettre en place le projet « violet ». Le nouvel homme fort de l’USB a passé 24 ans à Bourgoin en tant que joueur, responsable de l’école de rugby, entraîneur des équipes de jeunes, entraîneur de l’équipe première, responsable du recrutement, responsable sportif de l’association, directeur du centre de formation et enfin manager de l’équipe première. Par deux fois, alors qu’il était directeur de centre de formation, il a été appelé pour remplacer au pied levé Laurent Seigne en 2014 et Xavier Péméja en 2012...

Un effectif préservé 

Avec seulement sept départs pour sept arrivées, poste pour poste, Bourg-en-Bresse n’a pas fait exploser le marché des transferts même s’il a récupéré le pilier Drancourt (27 ans, 1,79 m, 108 kg) revenu de Carcassonne et les seconde ligne de Tarbes Veyret, formé à Grenoble (28 ans, 1,97 m, 122 kg) et de La Seyne, Jean-Etienne, formé au LOU (26 ans, 1,92 m, 109 kg), le demi-de-mêlée Espoir de Bourgoin, Ravier (20 ans, 1,76 m, 81 kg), l’arrière-ouvreur de Carcassonne, Gros (27 ans, 1,77 m, 81 kg), l’ailier de Macon, passé par les Espoirs de Clermont et La Rochelle, Santallier (25 ans, 1,74 m, 77 kg), l’arrière Argoud (28 ans, 1,80 m, 95 kg) de Vienne mais formé à Bourgoin. Sur les 35 joueurs du groupe ’’Pro’’, 28 faisaient partie de l’effectif de l’an dernier, 11 ont été formés au club et 6 viennent de Bourgoin où ils sont passés dans les mains de Laurent Mignot. L’USB ne compte qu’un seul étranger dans son effectif, le pilier Sud-Africain Harmse, à Bourg depuis 4 ans en provenance de Narbonne. Si le club compte deux internationaux, un Suisse et un Espagnol, ils possèdent la double nationalité. Des recrues qui forment avec les anciens, un groupe homogène et complémentaires. Une homogénéité et un référentiel commun autour des 28 anciens qui expliquent les bons résultats.

Les anciens

Les piliers : Derodier (22 ans, 1,70 m, 98 kg), Michalik (23 ans, 1,85 m, 130 kg), Jacquet (24 ans, 1,89 m, 125 kg), Bougherara (27 ans, 1,84 m, 117 kg), Facundo (30 ans, 1,89 m, 124 kg), Harmse (31 ans, 1,79 m, 119 kg), 

Les talonneurs : Rochet (21 ans, 1,75 m, 100 kg), Blanchard (27 ans, 1,76 m, 105 kg), Deliège (29 ans, 1,75 m, 95 kg),

Les seconde ligne : Louchard (29 ans, 1,97 m, 112 kg), Giraud (27 ans, 1,93 m,110 kg), J. Mondoulet (27 ans, 2,00 m, 110 kg),

Les troisième ligne : L ; Mondoulet (27 ans, 1,89 m, 95 kg), Bormat (29 ans, 1,84 m, 94 kg), Vailloud (27 ans, 1,87 m, 108 kg), Buatier (26 ans, 1,97 m, 110 kg), Witt (26 ans, 1,92 m, 105 kg),

Les demi-de-mêlée : Le Bourhis (25 ans, 1,75 m, 78 kg), Maiquez (30 ans, 1,73 m, 75 kg, international espagnol),

L’ouvreur Bourlon (29 ans, 1,74 m, 76 kg),

Les ailiers : Doucet (22 ans, 1,82 m, 86 kg), Fusier (23 ans, 1,89 m, 95 kg),

Les centre Doy (22 ans, 1,73 m, 84 kg, international Suisse), Cailleaud (27 ans, 1,83 m, 93 kg), Frenet (33 ans, 1,83 m, 97 kg), Perret (30 ans, 1,81 m, 95 kg),

Les arrières : Moinaud (29 ans, 1,74 m, 84 kg), Dupond (28 ans, 1,78 m, 79 kg) et Felix (18 ans, 1,83 m, 84 kg).

Dernière confrontation

Il y a deux ans, les deux équipes s’étaient imposées sur leur pelouse 23-16 pour Bourg-en-Bresse et 14-9 pour Tarbes. Six tarbais Laharrague, Domec, Bats, Collet, Domolaïlaï, Casals et huit Burgiens, Cailleaud, Frenet, Maiquez, Buatier, Bornuat, Vailloud, Giraud, Harmse, sont les rescapés de l’époque.

Arbitrage

Alexis Darche (Île de France), à peine 25 ans, a été désigné pour diriger la rencontre. Il fait partie des « Arbitres Espoirs Nationaux » comme David Beun, Rémy Chastrusse, Rémi de L’Isle, Sylvain Frayssinet, Régis Guatelli, Hervé Lasausa Lespy Labaylette, Jean-Baptiste Nuchy, Maxime Rouquié et Jérémy Rozier, qui ont déjà arbitre le TPR. Des arbitres qui officient comme 4ème ou 5ème arbitre en Top 14 et comme arbitre de touche en Pro D2. Ce sera son troisième match de Poule d’Accession après Romans-Nevers (14ème journée) et Nevers-Aubenas (7ème journée).

Jean-Jacques Lasserre