Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

TPR-Chambéry, l’après-match...

dimanche 26 février 2017 par Rédaction

Tarbes a fait le job

C’est un peu le leitmotiv des Tarbais à l’issue de cette troisième manche contre Chambéry remportée avec un bonus offensif arraché au bout des arrêts de jeu. Car cette victoire bonifiée permet de mettre un adversaire direct à la qualification* à 8 points et de prendre le goal-average (+ 16) et les points terrain (7 à 2). Benjamin Collet, le capitaine tarbais (AUDIO 1785), s’il regrette un flottement qui a permis à Grant d’engranger des points au pied, est satisfait du comportement et du résultat. Il est vrai que les Tarbais ont pris « un départ canon », jouant à fond tous les ballons, même dans leurs propres 22 m. Une envie de jouer qui a débouché sur un 15-0 en vingt minutes de jeu. Sous un soleil éclatant et une température idéale, les Bigourdans se sont régalés avec une belle alternance entre avants et trois-quarts. Régalés de combinaisons, comme celle qui a abouti au premier essai de Dumestre. Une attaque placée, derrière une mêlée aux quarante mètres, lancée par un beau geste technique de Taulava (passe entre les jambes). Un geste qui a permis un enchaînement rapide de Vergallo, avec une sautée de Domec pour Berbizier qui tape un coup de pied rasant pour Dumestre qui file à l’essai en coin au bout de cinq minutes de jeu. Un superbe essai qui est la somme d’une adaptation à la situation et d’un travail vidéo, comme le confirme Adrien Domec (AUDIO) qui rend hommage à ses avants. L’ancien ailier et arrière, s’affirme de plus en plus à ce poste de centre où Nicolas Nadau voulait qu’il fasse la paire avec Cocagi. La saison dernière, les blessures ont mis un terme à l’expérience qui a été reprise à son compte par Mickaël Etcheverria. Cette fois en l’associant à Vinusa, qui avait toujours joué à l’aile et qui avait perdu sa place au bénéfice de Rubio, Dumestre et Esteves. Même quand Chambéry est revenu à trois points (18-15), l’Argelésien n’a pas douté (AUDIO) confiant dans les capacités du groupe à remettre la main sur le ballon. Nicolas Vergallo, (AUDIO) a pesé sur le match avec un essai de filou au ras d’un regroupement et une passe décisive pour Dumestre sur l’essai du bonus. Le demi-de-mêlée argentin s’est régalé de jouer dans des conditions printanières. Du côté des ’’gros’’ Romain Casals, (AUDIO) après sa blessure, a retrouvé le terrain avec un plaisir évident. Mickaël Etcheverria, (AUDIO) l’entraîneur des lignes arrières met en exergue le travail des avants qui a permis aux trois-quarts d’avoir de bons ballons. Lui aussi se réjouit que les joueurs aient été chercher le bonus offensif qui permet à l’équipe de continuer à croire en sa qualification. Marc Dantin (AUDIO), souligne l’alternance du jeu tarbais entre les avants et les trois-quarts qui a enchanté Trélut. A demi-mot l’entraîneur bigourdan s’étonne des décisions arbitrales et préfère se faire une opinion à la vidéo. Il trouve très intéressante la réaction de ses joueurs par le jeu quand Chambéry est revenu à 18-15. ’’Marco’’ prend aussi la défense de ses joueurs mis après la défaite à Massy contre le cours du jeu. Une prestation dans la continuité des dernières sorties et confirmée contre Chambéry.

*Le 25 février, jour du match, le CNOSF, (qui a entendu le TPR et la FFR en Conciliation le mardi 7 février), n’avait toujours pas rendu sa décision.


Les mêlées en questions

Du côté tarbais et du côté des supporters, qui ont hué l’arbitre sur ses décisions, le son de cloche n’est pas le même que du côté savoyard. Pour les tarbais M. Beun a permis à Chambéry de revenir au score sur trois pénalités en mêlée, alors que la mêlée tarbaise était dominatrice en première période, comme le reconnaît Michel Ringeval. Si M. Beun a changé son interprétation, c’est peut-être parce que son superviseur est intervenu à la mi-temps. Soit pour lui dire qu’il se faisait abuser par la première ligne de Chambéry, soit pour lui dire, que dans le doute, il fallait sanctionner la mêlée du camp attaquant pour ne pas influer sur le score. Une position adoptée par la plupart des arbitres de Top 14 et de Pro D2. En off, les joueurs concernés mettait l’accent sur le vice des Savoyards qui faisaient tourner la mêlée pour se soustraire à la puissance tarbaise. Pour James Percival, le seconde ligne anglais passé directement du Top 14 à la Fédérale, la principale différence vient de l’arbitrage. Un arbitrage souvent incohérent, sur les hors-jeu et toutes les phases de combat et de conquête. Un arbitrage unanimement décrié par tous les entraîneurs et joueurs qui ont évolué en Top 14 ou en Pro D2.

Colère et frustration à Chambéry

C’est le sentiment qui dominait du côté des Savoyards qui n’ont pas digéré d’avoir subi une lourde défaite alors qu’un nouveau match nul semblait à leur portée. Cyril Villain, (AUDIO) co-entraîneur et analyste de Chambéry, est frustré par les fautes d’arbitrage sur les mêlées et le score trop lourd. Il reproche surtout le placage haut, signalé puis oublié par le trio arbitral, et l’absence de pénalité, qui aurait pu changer le résultat. Le Président Garçon (AUDIO)  relève lui aussi ce geste oublié qui est le tournant du match. Son équipe doit se tourner très vite vers le prochain choc contre Aix pour le gagner et remonter au classement. La montée est programmée sur deux ou trois ans, le temps de construire un stade aux normes. Yves Garçon, envie le Stade Trélut par rapport au stade de Chambéry où les spectateurs sont très proches du terrain ! Un Président très sage, qui veut prendre le temps de structurer le club avant de monter. A ceux qui s’étonnent que le SOC ait été autorisé à participer à la phase qualificative, avec un Stade qui n’est pas aux normes, il répond que le club a reçu une dérogation. Et qu’en cas de montée, le club irait jouer à Albertville qui dispose d’un stade aux normes. Mais le plus en colère, c’est le Manager Michel Ringeval, (AUDIO) qui a montré aux arbitres la vidéo de l’action incriminée. Pour lui « deux ou trois erreurs d’arbitrages criardes » ont sorti son équipe du match. Dans sa colère le manager savoyard se trompe, car les Tarbais menaient 21-15 à ce moment là. Ils ont inscrit l’essai du bonus suite à une première pénaltouche sur une faute en mêlée (dans les 22 m tarbais) où M. Beun était du côté sanctionné. Une grosse colère, doublée d’une grosse déception car le score ne reflète pas, la physionomie du match. « Je suis en colère parce que l’arbitre a tué notre fin de match ».

Jean-Jacques Lasserre