Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Pas de nouveau lâcher d’ours : une décision raisonnable, n’en déplaise à Bruxelles ! (Communiqué de Gilles Craspay)

jeudi 23 février 2017 par Rédaction

La consultation publique sur le "volet ours brun" de la Stratégie Pyrénéenne de Valorisation de la Biodiversité (SPVB) est ouverte jusqu’au 8 mars sur le site de la DREAL Occitanie.

Pour ma part, j’approuve le choix fait de ne pas effectuer de nouveaux lâchers mais de "s’appuyer sur la capacité de la population d’ours à croître d’elle-même" et de n’envisager l’introduction de nouveaux spécimens qu’en "remplacement de tout ours qui aurait disparu prématurément du fait de l’homme" selon "un calendrier et des modalités globalement acceptables par une majorité des acteurs socio-économiques du territoire".

C’est une décision sage, de bon sens et raisonnable. Non seulement la présence de l’ours dans notre massif a un coût significatif pour les finances publiques - ce coût est actuellement évalué à 3,4 millions d’euros par an - mais surtout elle ne peut se faire sans l’accord des habitants des territoires concernés et le respect des activités humaines, notamment du pastoralisme.

Tout nouveau lâcher (dont le coût s’élève à 120.000 euros) perturberait le fragile équilibre entre l’homme et l’ours dans notre massif et serait un mauvais signal adressé aux populations montagnardes et notamment aux bergers et aux éleveurs qui exercent leur métier avec passion et attendent en retour que leur avis soit pris en considération. Ils y sont hostiles. Respectons-les.

Pour légitime qu’il soit, l’objectif de valorisation de la biodiversité dans les Pyrénées ne passe pas par la réintroduction de plantigrades venus de Slovénie, n’en déplaise aux écologistes et à Bruxelles.

Gilles CRASPAY
Président de l’UDI 65
Candidat à l’élection législative des 11 et 18 juin 2017
1ère circonscription des Hautes-Pyrénées