Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Poule d’accession Fédérale : une cinquième journée Retour capitale

vendredi 3 février 2017 par Rédaction

Cette cinquième journée Retour est capitale avec le choc pour la montée directe entre Aix et Nevers (En direct à 13h30 sur l’Equipe TV). Compte tenu de leurs calendriers favorables* et surtout de leurs effectifs et de leurs moyens financiers, le vainqueur prendra une grosse option pour terminer premier à l’issue de la saison. L’affiche Bourg-en-Bresse-Chambéry a aussi toute sa saveur puisque les Bressans doivent l’emporter pour conserver leur première place face à Chambéry qui vient chercher sa qualification. Le match Romans-Massy, est un peu du même tonneau entre Massy qui cherchera à conforter sa qualification et Romans, qui a enfin trouvé ses marques, et qui doit l’emporter pour espérer se qualifier. Enfin, le derby Tarbes-Auch conserve toute sa saveur et sa ferveur malgré les déboires des deux formations, écartées de la course à la montée.

Limoges et Aubenas sont exemptés.

*Aix reçoit toutes les ’’grosses ’’ équipes (Nevers, Massy, Bourg-en-Bresse, Tarbes) et se déplace à Auch, Chambéry, Romans.
Nevers accueille Tarbes (match en retard, à rejouer le 19/3), Limoges et Massy et va à Aix, à Romans (match en retard à jouer le 12/2 lors de la journée de repos), à Aubenas et à Auch

Tarbes-Auch, dimanche à 15h30
Réserves à 13h30

Un derby pour le maillot et le titre

Malgré les déboires financiers d’Auch et administratifs de Tarbes, qui ont écarté les deux clubs de la montée, ce derby garde toute sa saveur sportive et tout sa ferveur populaire. Sa saveur populaire, parce que ce match a toujours drainé un nombreux public, au delà des supporters des deux clubs. Sa saveur sportive, parce que la notion de derby est toujours présente, avec un titre honorifique de Champion Armagnac-Bigorre et l’honneur du maillot. Des valeurs que les Auscitains portent peut-être plus profondément en eux, ce qui explique leur emprise sur ce derby. Car Auch, depuis des années, tire sa force des petits clubs gersois qui lui fournissent la majorité de son effectif. Une politique qui s’est poursuivie même au temps du professionnalisme, parce qu’Auch n’a jamais eu des moyens financiers suffisants pour attirer de grosses pointures. Le FC Auch tire toute sa force de sa formation, basée sur des joueurs issus du terroir ou des joueurs extérieurs en devenir. La fameuse ’’exception gersoise’’, c’est aussi l’amalgame entre une quinzaine de joueurs professionnels, des pluri-actifs qui travaillent à mi-temps, des étudiants et des jeunes du Centre de Formation. Même le Manager Roland Pujo travaille ! Mais le FCA fonctionne comme un véritable club pro avec deux entraînements quotidiens et des horaires aménagés pour les non pro.

Auch ne lâchera rien

La menace du dépôt de bilan a été écartée, puisque les joueurs ont perçu leur dernier salaire du mois de décembre. Même si les difficultés financières subsistent et pèsent sur l’avenir des joueurs, ceux-ci ont l’esprit plus tranquille puisqu’ils ont pu assurer les besoins immédiats de leurs familles. A part à Bourg-en-Bresse, où « le groupe est passé complètement à côté », les Auscitains restent sur deux succès sur Chambéry et Romans. Si contre les Savoyards, la victoire avait été probante, celle contre les Drômois, arrachée au bout du temps règlementaire, démontre plus encore, la volonté de ce groupe de ne rien lâcher. « On a été la chercher. Mentalement on y est, les joueurs ne lâchent rien. » se réjouissait Roland Pujo à l’issue du match. Une analyse corroborée par le demi-de-mêlée Ferrary « A 15-19 à cinq minutes de la fin, on aurait pu craquer mais on s’est accroché. Nous, on croit en nous et on donne tout. Personne ne triche et on se battra jusqu’au bout. » Après ces deux victoires, l’équipe est en pleine confiance avant de se rendre en Bigorre. « Les Tarbais vont vouloir prendre leur revanche du match Aller. Nous, on n’a pas de pression, on va jouer notre rugby et tout lâcher », prévient le technicien gersois. Un avis partagé par son demi-de-mêlée : « Un derby, ça se joue dans la tête. Il faudra lâcher les chevaux... » Même si les Gersois ont perdu Lacroix et Roulin contre Romans et seront toujours privés de leurs talonneurs Estériola et Hollet, ils viennent sans complexe pour faire un coup à Trélut.

Soif de revanche

Côté tarbais, personne n’a oublié la claque (33-10) reçue devant les caméras de télévision lors du match Aller. Le carton jaune de Tuilagui avait coûté 13 points aux Tarbais alors qu’ils étaient à égalité 3-3 après 36 minutes de jeu. Marc Dantin a toujours en travers de la gorge le non respect des consignes « L’équipe doutait et ne maîtrisait pas encore son rugby. Elle s’est enfermée dans du jeu d’impacts et de passages au sol. Ce n’est pas ce que l’on avait travaillé à l’entraînement et je suis très agacé de l’image qu’on a donné. » L’équipe depuis a beaucoup progressé, comme l’a souligné Xavier Péméja « Ce sont les mêmes joueurs mais ce n’est plus la même équipe ». Limoges a pu s’en apercevoir à ses dépends. Mais dans un derby si particulier et dans des conditions climatiques qui risquent d’être mauvaises, les Tarbais maîtriseront-ils leur rugby. Sauront-ils prendre leur mal en patience, pour éviter de s’offrir aux contres gersois. Des contres qui avaient été mortels au match Aller et qui avaient fait basculer la rencontre en quelques minutes. Côté envie, les Tarbais ne devraient rien envier aux Auscitains. D’abord la soif de revanche. L’envie d’effacer cette lourde défaite vécue par beaucoup comme une humiliation. L’envie aussi d’aller chercher une qualification sportive qui passe par une victoire. Puis, même si c’est moins ancré que du côté armagnacais, il y a aussi la notion de derby, d’honneur et d’amour du maillot. Les joueurs habitués à jouer ce derby sont plus nombreux cette année côté bigourdan. Aux Domec, Laharrague et Rubio, se sont rajoutés les Dumestre, les Cabanne, les Lastinères-Palacin, les Berbizier, les Demaï-Hamecher, les Armary, les Bonnecarère, les Béziat et les Jambaqué, qui ont disputé ce derby chez les jeunes. Sans oublier les ’’anciens’’ Dadunasvhili, Casals, Domolaïlaï, Collet et Vergallo, qui l’ont connu en Pro D2. Ce qui fait beaucoup pour avertir les nouveaux du caractère particulier de ce type de match qui se joue avant tout dans la tête ! Les ’’nouveaux’’ Brison, Perceval, Bats, Claverie et Esteves, en ont eu un avant goût lors du match Aller.

Changements

Si les deux capitaines Medves et Collet ont joué toutes les rencontres depuis le match Aller, les deux équipes ont subi des changements pour diverses raisons. A Auch, le pilier Gonzoli n’a fait plus fait une feuille de match depuis et l’ouvreur Magnoac a poussé Ford sur le banc depuis quatre rencontres. Les talonneurs Estériola et Hollet sont blessés tout comme le seconde ligne Lacroix et le troisième ligne Roulin qui étaient du match Aller et de toutes les feuilles de matchs. Eberland, qui avait été le bourreau du TPR avec deux essais, n’a joué que deux matchs depuis et n’est plus dans le groupe depuis quatre journée. A Tarbes, Tuilagui et Havea sont blessés. Sordia qui avait fait ses débuts à Auch a repris après plusieurs semaines d’absence et pourraient revenir dans le groupe. De même que Demaï-Hamecher qui avait dû quitter la pelouse en début de rencontre, ce qui avait désorganisé la ligne tarbaise. Vinusa et Laharrague, absents au Moulias-Jacques Fouroux sont depuis peu associés au centre et Rubio est redevenu un titulaire indiscutable à l’aile.

Auch vise la cinquième place

Auch, qui est à jour de matchs, occupe la septième place avec 27 points, (5 victoires, 8 défaites, 7 bonus) à un point de Tarbes (5 victoires, 1 nul, 5 défaites, 6 bonus) qui a deux matchs de moins et à trois points du cinquième Limoges (6 victoires, 7 défaites, 6 bonus) qui a disputé lui aussi treize rencontres. Auch traîne comme un boulet ses deux défaites à domicile contre Massy (14-21) et Bourg-en-Bresse (19-22) en début de saison. Ses six autres défaites, il les a concédé à Chambéry (19-12), à Aix (24-22), à Aubenas (21-14), à Nevers (35-18), à Massy (14-11) et à Bourg-en-Bresse (39-15). Sur ses cinq victoires Auch en a remporté une en déplacement à Romans (9-13) et quatre au Moulias-Jacques Fouroux contre Tarbes (33-10), Limoges (13-6), Chambéry (30-9) et Romans (22-19). Le groupe s’est fixé pour objectif de terminer dans les cinq premiers et doit l’emporter à Trélut pour espérer l’atteindre. De plus ce match contre Tarbes est, dans l’esprit des auscitains, le match le plus important de l’année. Celui qu’il ne faut pas perdre, comme si l’honneur des Gersois était en jeu. Le capitaine Frédéric Medves, surnommé ’’l’Indien’’ est connu pour son abattement dans le jeu et son tempérament guerrier. C’est l’un des rescapés de la Pro D2 et il rappellera à ses coéquipiers que Auch est la bête noire de Tarbes. Lors de la dernière rencontre, alors que les Gersois étaient déjà relégués sportivement, ils l’avaient emporté pour l’honneur 31-28 contre des Tarbais qui étaient 6èmes au classement.

Un effectif préservé

Le FCA a connu une inter-saison calme avec seulement six départs. Ceux de trois piliers Lomidze, Sicaud et Betham, du seconde ligne Monto, du troisième ligne J. Dastugue et du demi-de-mêlée T. Verdier. Des départs compensés par les arrivées en première ligne de l’Agenais Pitton (28 ans, 1,88 m, 114 kg) et de l’Argentin Sonzogni (25 ans, 1,80 m, 117 kg), en seconde ligne du Carcassonnais Maurens (24 ans, 2,00 m, 110 kg), de l’international irlandais U19 et U20 Bradshaw (21 ans, 2,05 m, 110 kg), en troisième ligne, de l’international VII et U20 aurillacois Roulin (26 ans, 1,94 m, 100 kg), à la mêlée du Rochelais Chagnaud (23 ans) et au centre de l’international U20 montalbanais Perrot (22 ans, 1,76 m, 83 kg). Roland Pujo dispose d’un effectif relativement jeune avec l’international U20 Abadie (25 ans), le georgien Kaïkashvili (22 ans), Rocca (23 ans), Hollet (23 ans), Ferrary (24 ans), Ford (25 ans), André (23 ans), Touton (22 ans), Alldritt (19 ans), Ferrary (24 ans), Ford (25 ans), Kalo (23 ans), Gaignard (21 ans), Griffoul int. U20 (24 ans), Thierry int U18 et U19 (27 ans), encadré par quelques joueurs plus expérimentés comme Eberland, int. VII (26 ans), Thierry, int U18 et U19 (27 ans), Esteriola (26 ans), Moretto, int. U20, (27 ans), Muagututia (28 ans), Naïkadawa (31 ans), Medves (32 ans), Lacroix (29 ans), Moore (31 ans) et Lagardere (36 ans)

Une Formation de qualité

Auch, qui a été de tous temps un des plus petits budgets de Pro D2, a puisé sa force sportive sur la Formation avec des joueurs repérés dans les petits clubs gersois. « Une exception gersoise » qui a permis au FCA de monter deux fois en Top 14 (2003 et 2007) et de remporter un titre Européen en 2005. Un Centre de Formation agréé par le ministère de la Ville de la Jeunesse et des Sports depuis Juin 2003 et qui a vu son agrément renouvelé malgré la relégation en 2015. C’est, avec Tarbes, le seul Centre de Formation agrée par l’état à évoluer en Fédérale 1. Le FCA, qui se retrouve pillé à chaque inter-saison, sait que sa survie dépend de sa Formation. Une Formation de qualité qui a sorti récemment Mignardi (Brive), Aguillon (La Rochelle), Dambielle (Racing), Campo (Pau), Bissuel (Carcassonne), Ascarat (Montauban) et des internationaux U18 et U20 comme Fajardon et Dupouy (Pau), Dupond et Jelonch (Castres), Riva et Doubrere (UBB). Une Formation indispensable puisque les ’’pros’’ actuels Sylvain Abadie, Jordan Rocca, Jorick Dastugue, Thomas Verdier, Maxime Eberland, Kunro Kalo, Mickael Lacroix, Nathan Thierry et Fred Medves, en sont issus. Une formation qui laisse des traces puisque beaucoup de joueurs qui ont porté le maillot du FCA, sont intervenus pour aider le club financièrement.

Arbitrage

Maxime Rouquié (Midi-Pyrénées) 31 ans fait partie des Arbitres Divisionnaires 1 et Espoirs Nationaux, qui officient comme arbitres de touche en Pro D2 et comme 4ème ou 5ème arbitre en Top 14. Licencié à Launaguet où il a joué en troisième ligne, c’est un des co-fondateurs de Rugbyfinistère et il a été meilleur Jeune Arbitre 2005. Il a arbitré deux matchs de la Poule d’Accession, le Limoges-Tarbes de la 3ème journée et le Auch-Romans du week-end dernier.

Jean-Jacques Lasserre