Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Les premiers combats des Verts pour 2017

mardi 31 janvier 2017 par Rédaction

Elections, pollution de l’air, solidarité avec les migrants, gestion de l’eau, défense de la santé pour tous : tels sont les principaux thèmes abordés par les responsables d’Europe Ecologie Les Verts Hautes-Pyrénées en ce début d’année 2017.

« Si certains candidats se rapprochent de nos idées, c’est parce que nous les portons au débat : les déchets, la pollution de l’air, de l’eau et de la terre, la sauvegarde animale, les économies d’énergie, les circuits courts du producteur au consommateur, l’agriculture biologique et diversifiée, etc. ». Les responsables d’EELV 65 se réjouissent de contribuer ainsi au contenu du débat public en vue des élections présidentielles. La candidature de Yannick Jadot, rendue possible grâce « aux élus, et en particulier les élus ruraux », ne constitue pas pour les Verts une contribution à « l’émiettement du paysage politique de la gauche. Nous avons toujours été présents depuis la candidature de René Dumont en 1974, et nous menons un combat essentiel, celui de la survie de l’humanité ». Ils espèrent recueillir encore quelques signatures d’élus pour valider définitivement la candidature du vainqueur de la primaire écologiste. Et ils prévoient aussi de présenter partout des candidats pour les prochaines élections législatives et sénatoriales. Les responsables d’EELV 65 placent leur campagne sous le signe des valeurs républicaines. « Il faut, coûte que coûte et plus que jamais, plaider, malgré les vents mauvais, en faveur des grandes valeurs que constituent les libertés fondamentales : l’ouverture aux autres, et ce qui rassemble notre pays au nom de la République, la liberté, l’égalité et la fraternité ».

« Qu’est devenu l’air pur de nos montagnes ? », questionnent les Verts. Ils proposent à ce sujet de développer les aires de stationnement et de co-voiturage aux entrées de Tarbes, en les accompagnant par la mise en place de navettes électriques. « Elles iraient du centre-ville ou de la gare aux aires de co-voiturage, ce qui améliorerait grandement la circulation, donc la qualité de l’aire, et le stationnement en centre-ville ». EELV 65 propose aussi une table ronde pour essayer d’instituer la gratuité sur la portion d’autoroute entre Tarbes Est et Tarbes Ouest, « afin d’interdire la sortie de poids lourds, sauf desserte locale, à Tarbes Est ». Les Verts des Hautes-Pyrénées expriment leur solidarité envers Cédric Herrou, ce jeune agriculteur de la vallée de la Roya, cité à comparaître devant le tribunal de Nice pour l’aide apportée à des migrants venus d’Erythrée. « Nous soutenons son combat et son humanité envers les plus faibles. Nous nous associons à tous ceux qui dénoncent la criminalisation de la solidarité ». EELV 65 participera à la Journée nationale d’action du 9 février organisée par le Réseau Education Sans Frontières. Les Verts bigourdans se préoccupent aussi de la question de l’eau dans notre département. Ils évoquent le prélèvement d’eau par le canal de la Neste, en majeure partie pour l’agriculture. « Avec la période de sécheresse connue à la fin de l’automne, cela a provoqué un mécontentement légitime des élus, et cela met en danger la faune, la flore et l’eau potable. Il devient urgent d’anticiper le changement de modèle agricole, rendu nécessaire par le changement climatique ». Les responsables d’EELV 65 achèvent leur tour d’horizon des dossiers du mois de janvier 2017 en revenant sur la grève de la Polyclinique de l’Ormeau-Pyrénées. « Nous sommes heureux que le conflit de l’Ormeau se soit bien terminé. Mais nous déplorons ce manque de dialogue social, où il faut un conflit de 64 jours pour pouvoir négocier, avec l’aide d’un médiateur et des Préfets du Département et de la Région ». Les écologistes des Hautes-Pyrénées craignent que la santé devienne « une pompe à finance pour certains actionnaires ». Ils dénoncent le danger d’une santé « à deux vitesses, avec la multiplication des déserts médicaux, dans les territoires excentrés comme le nôtre ».

Jean-François Courtille