Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

La saga de la route des gorges de Luz se poursuit depuis 1744…

mercredi 25 janvier 2017 par Rédaction

Vers 17h45 ce mercredi, un dérochement a eu lieu à quelques centaines de mètres en aval de l’entrée du tunnel de l’ancien tramway du PCL. L’arrière d’une automobile a été frappé par un rocher (Voir la photo de la Gendarmerie). De ce fait, la circulation a été interrompue le temps de dégager une voie pour évacuer par convois les véhicules engagés sur la route dans les deux sens.

La route a été fermée pour la nuit et le sera probablement pour une bonne partie de la journée de jeudi. Conséquences : l’accès aux stations sera perturbé y compris pour la navette de bus du personnel de Barèges qui démarre d’Argelès.

Le dérochement a eu lieu hors « espace officiellement » reconnu dangereux faisant l’objet de travaux peu fiables au-dessus du tunnel.

Officiellement il n’y aurait pas de blessés. Néanmoins, selon quelques indiscrétions il y en aurait deux dont un enfant « dans une situation grave ». A ce sujet, une grande confusion existe même si le maire de Luz indique : « Pas de blessés graves ». Et des légers ?

En savoir plus sur le passé et l’origine de la route :  http://www.pyrenees-pireneus.com/Transport/Routes/CIRCULation_routes-Gorges-Luz.htm

Déclaration de Laurent Gransimon, maire de Luz-Saint-Sauveur, sur sa page Facebook  https://www.facebook.com/laurent.luz :

« Longue soirée dans les gorges de Luz. Tout d’abord une pensée pour les occupants de la voiture qui a été écrasée par le rocher. Pas de blessés graves mais un choc important.

« Les services de l’Etat et de Département ont réagi rapidement. Toutes les équipes étaient sur place pour débloquer la situation, d’abord en ouvrant une partie de la chaussée puis en rétablissant la circulation pendant une demi-heure pour laisser descendre les visiteurs bloqués en Pays Toy.

« L’arrêté de fermeture a été pris ensuite afin de valider la stabilité de la zone en question. Les services se sont engagés à organiser une inspection dès 9 heures demain matin. Si la zone est stabilisée la route des gorges devrait ouvrir en milieu de matinée.

« Cet éboulement se situe 300 mètres en aval du tunnel. En dehors de la zone de l’étude et des travaux de ces derniers mois.

« Merci à tous ceux qui ont contribué sur place ou depuis leur base. Les Gendarmes, les Pompiers, les équipes du Département, le RTM, ceux qui ont offert un logement ou une aide rapide. Merci à tous. »

Les réactions ne manquent pas, allant des remerciements pour les informations données aux suggestions et à la colère.

Bruno Bizotte Modesti remarque : « on a fait un tunnel sous la manche pourquoi pas un en pays Toy ». Problème : il aura fallu attendre des dizaines d’années pour y parvenir mais à force…..

Benjamin Prsé voit un certain intérêt à cet accident : « Ce qui est très intéressant, c’est le fait que le caillou se soit écrasé sur une voiture (Pour éviter les mauvaises interprétations : je pense à "intéressant" dans le sens du "bien commun" : arriver à une finalité bonne pour tout le monde, ( sécuriser la route). Comme ce genre d’incident émotionnel crée un choc important, les décideurs politiques sont incités à prendre des mesures drastiques au nom de la sécurité. L’exemple le plus connu étant la mort de Senna, qui a provoqué une refonte de la sécurité dans le sport automobile, mais il y a d’autres exemples. La question que je me pose, là, c’est pourquoi ce rocher est tombé. S’il n’est pas dans la zone d’étude, c’est qu’il devait appartenir à une zone jugée sans risque jusqu’à présent. Du coup, exception statistique ou changement de l’environnement ? »

Christian Bello critique  : « Pour ces gorges profondes combien de masturbations politiques sans fin ? Bonne nuit qui porte conseil à tous ces experts scientifiques à côté de la plaque. Le bon sens veut que le pays Toy soit indépendant aidé par les forces de la nature... Suite au prochain épisode. » Problème : les politiques ne décident pas tout. Ce n’est pas aux Toy et Bigourdans de tout payer.

Le Toy, Sylvain Pourtet est franchement en colère : « le must, c’est quand les forces de l’ordre te disent pas avant 1h-1h30 et que au bout de 1/4 d’heure ça rouvre ! Et alors que l’on te demande de remonter une personne qui s’était fait accompagner par sa fille faire des courses en plaine pour qu’elle reste chez elle ce soir à Pierrefitte avec sa petite famille, tu te fais engueuler par ces mêmes forces de l’ordre ! J’AURAIS EU ENVIE DE LEUR FONCER DANS LE LARD ! ». Ne fait pas ça Sylvain, tes Limousines ont besoin de toi…

Communiqué de la Préfecture des Hautes-Pyrénées et commentaires sur Facebook :

« Fermeture des Gorges de Luz : suite à un nouvel éboulement de rochers, la route des gorges de Luz est fermée à la circulation.

« Les services techniques du conseil départemental mettent tout en œuvre pour dégager la route. Une expertise de la zone devra être réalisée avant toute ouverture. » https://www.facebook.com/Prefet65/photos/a.360967530729824.1073741829.360538020772775/699361963557044/?type=3&theater

Suivi de commentaires sans concessions comme celui de Pierre Lafargue : « Merci Préfet des Hautes-Pyrénées mais au lieu de nous balancer des infos tous les 4 matins pour nous dire que les gorges sont fermées sortez-vous les doigts et faites en sorte qu’on n’ait plus ce genre d’information 😊 »
Et il précise : « si y a des trucs qui arrête des gros rochers, il y en a 2 sur la route des gorges, ils ont été faits il y a 60 ans, ça s’appelle des paravalanches, ils sont en béton, et aujourd’hui grâce à nos supers élus on a des chantiers qui coûtent une fortune et qui ne mènent à rien. »

Une réflexion qui n’est pas du goût de Xavier Puyo à priori Chargé d’études routières à la DIR Sud-Ouest selon son CV Facebook : « Un paravalanche comme son nom l’indique est un ouvrage évitant que des coulées de neige emportent la route. Ils sont en général placés au droit des couloirs. Ce type d’ouvrage même en béton armé n’est pas dimensionné pour des chocs directs avec des rochers de ce volume. Les solutions pour ce genre de problème sont ceux qui ont été mis en œuvre (épuration de la paroi des blocs instables, filets,...) La seule solution "pérenne" serait un tunnel... Avant d’envoyer des messages incendiaires aux services en charge de ces routes, prenez le temps de vous renseigner. Et nous sommes en zone montagne, ces risques sont connus de tous normalement... » Edifiant quant à l’esprit de responsabilité d’un personnel de la DRI.

Une occasion pour Pierre Lafargue de rappeler un fait historique : « Excusez-moi Xavier Puyo mais vous avez l’air de bien connaître le sujet ! C’est qu’il y a quelques points à rectifier, ces "paravalanches" qui sont en réalité des "pare à pierres" ont été créés non pas dans des couloirs d’avalanche, (à part une partie du 2eme "pare à pierres" en montant) mais aux endroits où il y a eu des morts, 5 ou 6 je crois, il y a 60 ans environ, à cause d’un éboulement. A la suite de cet accident dramatique, les politiques de l’époque ont pris des décisions radicales, mais efficaces. Il n’y a plus jamais eu de cailloux à l’endroit de ces accidents. Et ce n’est pas parce que les risques sont connus qu’on doit laisser crever des gens sur les routes de montagne »

La polémique engagée en 1744 sur l’opportunité de cette route se poursuit et n’est pas prête de s’arrêter. Le fait est que depuis près de 250 ans l’Etat s’est toujours défaussé de ses responsabilités de sécurité en le passant aux autres. Il faudra bien conclure un jour. Mais là, c’est sans doute aux élus d’agir avec fermeté.

Une affaire à suivre……

Suivre cette saga….

Louis Dollo