Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Centre de Gestion de la Fonction Publique des Hautes-Pyrénées : les voeux de Denis Fégné

jeudi 19 janvier 2017 par Rédaction

Denis Fégné, maire d’Ibos, vice-président de l’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées, président du conseil d’administration du Centre de Gestion de la Fonction Publique des Hautes-Pyrénées, a présenté ses vœux au personnel du centre devant plusieurs personnalités.

Le discours de Denis Fégné, président du conseil d’administration
du Centre de Gestion de la Fonction Publique des Hautes-Pyrénées

 

Monsieur le Secrétaire Général de la Préfecture,

Monsieur le Président de l’Agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées,

Madame la Présidente de l’Association des Maires des Hautes-Pyrénées,

Mesdames, Messieurs les Elus du conseil d’administration, chers collègues,

Mesdames, Messieurs les agents du Centre de Gestion,

 

Je vous remercie de votre présence à notre traditionnelle cérémonie de vœux. Alors, cette année 2017 est une année électorale, tout le monde en convient. Qui dit élection dit joutes politiques, mais c’est cela la démocratie. D’abord le débat d’idées, puis vient ensuite la phase de gestion, avec ses nécessaires adaptations au projet, car il s’agit aussi de faire face aux réalités quotidiennes.

C’est une chose que nous, élus locaux, connaissons bien, j’en veux pour preuve la mise en œuvre de la Loi NOTRe, qui nous a occupés une bonne partie de l’année 2016, avec d’abord les réunions de la CDCI, puis avec l’aboutissement du schéma que nous mettons en place depuis le début de l’année 2017. Après la phase de discussions, il nous appartient maintenant de mettre en place cette nouvelle organisation pour un mieux-être de nos concitoyens et le développement de nos territoires.

 

Je saisis l’occasion pour remercier de sa présence M. Trémège, Maire de Tarbes et Président de la Communauté d’Agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées. J’ai été de ceux qui ont souhaité l’aboutissement de ce projet ambitieux. Je rappellerai également mon profond respect des spécificités de chaque commune, mais aussi de chacune des intercommunalités de ce département. Je crois à la commune, à cette administration de proximité, la plus à même de contribuer au bonheur de ces habitants. Mais j’aspire aussi au développement harmonieux d’un territoire, et là, je sais que l’intercommunalité est le territoire adapté pour les projets de développement : c’est la réalité d’aujourd’hui, il y a une taille critique à atteindre.

 

Nous le savons bien ici au Centre de Gestion, mais il nous a fallu, nous aussi, nous adapter, évoluer, anticiper pour favoriser l’autonomie et l’interdépendance des collectivités… ce sont les mots qui figurent d’ailleurs sur notre carte de vœux.

 Nous accompagnerons toujours les petites communes, mais nous serons aussi des référents pour les intercommunalités plus grandes. Parce que ni les besoins ni les attentes ne sont comparables dans une commune à deux agents et dans une communauté de communes qui en compte 200.

C’est dans ce contexte que nous avons élaboré, l’an passé, un projet de service et procédé à une réorganisation de notre structure.

Parmi les mesures phares, je citerai d’abord la mise en place d’un conseil statutaire qui répond, quasiment en temps réel, à toutes les demandes des collectivités. Dans le courant 2016, nous avons également initié la gestion des contractuels, conséquence des possibilités désormais ouvertes de CDIsation ou d’accès à la fonction publique territoriale, sans concours, par le truchement de sélections professionnelles.

Enfin, nous avons transformé notre service « remplacement-renfort » en Service Public de l’Emploi Temporaire. Avant, il s’agissait de répondre à un besoin ponctuel de main d’œuvre, maintenant, l’agent se situe dans un « Parcours professionnalisant » qui lui permet d’acquérir une expérience et un savoir-faire. Le cas échéant, il peut compléter par une formation adaptée et, à plus ou moins long terme, obtenir un emploi pérenne dans une collectivité du département.

 

Je ne saurai terminer ce rapide bilan sans évoquer la GED, Gestion Electronique de Documents, que nous avons lancée dans le courant du second semestre 2016 et qui, en 2017, va désormais passer en phase active. Depuis le temps que l’on parle d’administration électronique, de dématérialisation ou de « zéro papier », je n’avais jamais eu l’occasion de voir le démarrage d’une phase de numérisation. C’est désormais chose faite et, à terme, près de 3000 dossiers seront dématérialisés

 

Bien sûr, je ne pourrai pas faire une liste exhaustive de tout ce qui a été fait l’an passé, mais 2016 a été une année administrativement très chargée.

 

Nos services, c’est-à-dire vous, agents du CDG, avez pris, chacun dans votre domaine, une part de cette action. Je n’oublie pas d’associer à ce constat, les Directeurs ou fonctionnaires d’autres collectivités, affiliées ou pas, qui tout au long de 2016, sont venus en appui de notre structure, pour des opérations de concours, d’examens ou de sélections professionnelles.

 

Soyez-en ici tous et toutes remerciés, ensemble, je crois pouvoir dire que nous faisons un travail de qualité.

 

Alors les prévisions pour 2017 n’ augurent pas de tendance à la simplification ou à l’accalmie des réformes, des lois et des décrets.

Il nous faudra en effet poursuivre l’accompagnement de la montée en puissance des nouvelles intercos en partenariat étroit, et je m’en félicite, avec les services de la Préfecture, comme nous l’avons fait dans le courant de l’année 2016. Je pense aussi à la mise en place des nouvelles instances du dialogue social avec l’organisation des élections professionnelles.

 

Au niveau de l’emploi, et afin d’anticiper les besoins, je souhaite que l’on aille plus loin encore. Ceci grâce à la formalisation d’un partenariat avec Pôle Emploi, la Mission Locale, le CNFPT, la Région… et d’autres partenaires,afin d’offrir un parcours jalonné d’enseignements théoriques. Il ne s’agira pas de concurrencer les deux Diplômes Universitaires prolongés par une préparation aux concours administratifs que nous avons mis en place avec les Centres de gestion des « Pays de l’Adour » avec la FAC DE PAU, mais d’offrir une formation de base pour un(e) secrétaire de Mairie dans une petite commune.

Actuellement, ce savoir-faire ne s’acquiert que de manière empirique, mais je veux que l’on affecte un minimum d’ingénierie pour mener à bien ce projet.

Depuis les premiers jours de 2017, notre nouvelle convention FIPH (Fonds d’Insertion pour les Personnes Handicapées dans la Fonction Publique) a démarré pour une période de trois ans, 2017-2020. Je saisis l’occasion des vœux pour vous présenter Florence BESNARD, notre nouvelle chargée de mission, qui est là depuis plus de deux mois maintenant. Elle a participé à l’achèvement de la rédaction de la convention mais également à la clôture de l’ancienne. Elle devra animer le réseau de partenaires conformément aux objectifs contractuels, mais aussi car c’est une obligation légale d’emploi et, parce que c’est surtout une cause noble, maintenir à l’emploi des agents qui deviennent inaptes, et favoriser le recrutement de personnes en situation de handicap.

Par ailleurs, en 2017, il va falloir que nous fassions face à des réformes qui portent des noms étranges pour les non-initiés, PPCR ou RIFSEEP :

  1. PPCR pour Parcours Professionnels, Carrières, Rémunérations, il s’agira de poursuivre un début de prise en compte des primes dans la rémunération avec les transferts « primes-points », cela n’a l’air de rien mais les situations administratives de tous les agents ont changé début 2017 et certains changeront encore en cours d’année ;
  2.  le RIFSEEP (Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions, des Sujétions, de l’Expertise et de l’Engagement Professionnel) : de nombreux textes ont été publiés fin 2016 rendant désormais le nouveau régime indemnitaire applicable pour une majorité d’emplois de la fonction publique territoriale exceptés pour la filière technique.

Mais le paysage institutionnel évolue aussi pour les centres de gestions et il nous faudra trouver de nouvelles marques en matière d’emploi public territorial et de concours, dans le cadre d’une charte régionale élargie à l’Occitanie, que nous avons signée à 13, en décembre dernier, à Montpellier

.

 

La Loi dite déontologie du 20 avril 2016 a permis de consolider juridiquement les bases de l’activité des services optionnels du Centre. Il nous faudra réfléchir collectivement, de même que pour les services obligatoires, à leur capacité d’adaptation permanente au paysage institutionnel.

Notre meilleure arme, votre meilleure arme, c’est de continuer à se former, à travailler en partenariat, à innover. L’avenir de la fonction publique pourrait paraître parfois sombre à l’aune de divers discours, ou de propos entendus dans les médias.

Mais avons-nous un autre choix que de continuer à tout mettre en œuvre pour produire un service de qualité pour nos affiliés et, par voie de conséquence, pour nos concitoyens ?

Je pense que le renoncement ou le repli sur soi pourraient se révéler autant d’armes fatales pour des pourfendeurs du service public ou de la fonction publique territoriale.

Mais je laisserai le soin aux candidats à l’élection majeure de ces prochains mois, de disserter sur le sujet qui touche, et je crois qu’ici nous en sommes tous convaincus, à la survie même de la qualité de services que nous pourrons offrir aux habitants de nos territoires.

Je termine donc en vous présentant, à toutes et à tous, mes meilleurs vœux pour 2017, pour vous même, vos familles et ceux qui vous sont proches.

Je vous invite maintenant à partager un moment de convivialité autour d’un buffet.

A toutes et à tous, bonne année 2017.

Diaporama