Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Les voeux du Parti socialiste

mardi 17 janvier 2017 par Rédaction


Le 1er secrétaire Fédéral, Philippe Dussert, au nom du Parti Socialiste des Hautes-Pyrénées, a convié ses militants et les responsables des différents partis de Gauche à la traditionnelle rencontre pour les Vœux de la Nouvelle Année. Cette cérémonie s’est poursuivie autour d’une galette républicaine où les discussions allaient bon train.

Le discours de Pierre Dussert

"Chers camarades, chers amis,

La fédération du parti socialiste des Hautes-Pyrénées est heureuse de vous accueillir pour cette traditionnelle soirée de vœux à l’occasion de la nouvelle année 2017.

Une année commence, une année s’est achevée.

2016, année douleur pour les socialistes mais surtout pour tous les français, à nouveau touchés au plus profond de leurs êtres, de leurs cœurs, par l’attentat abominable perpétré à Nice en juillet dernier, après l’horreur de celui de novembre 2015. Et encore une fois cette abomination a été l’occasion pour tous les français de dire leur union et leur solidarité autour de leurs dirigeants dont, bien entendu le président de la République, François Hollande.

2016, année douleur pour les socialistes, année du bilan pour le gouvernement socialiste, bilan contrasté !

Avec les grandes avancées apportées par le gouvernement socialiste, la loi de refondation de l’école, le mariage pour tous, la remise en place d’une fiscalité plus juste pour tous les ménages, la mise en place du tiers payant généralisé, les avancées sur la transition énergétique dans le cadre de la COP21, le compte pénibilité, la transparence de la vie publique, etc.. Tant d’avancées apportées par ce gouvernement, notre gouvernement, depuis 2012 !

Et puis hélas les faux pas, les incompréhensions et donc les amertumes, autour du projet de déchéance de nationalité, autour des mesures controversées contenues dans la loi dite Macron, puis celle dite El Khomri et un gouvernement qui s’identifie alors à des postures rigides, se coupant du peuple de gauche, utilisant le trop fameux article 49-3 de la constitution pour valider ses projets alors que la composition de l’assemblée nationale aurait dû lui donner à tout coup une très large majorité autour de ses idées.

Et une popularité du président qui s’effondre dans l’opinion dans un contexte économique d’une crise qui dure au-delà de toutes prévisions, un chômage qui ne recule pas, contrairement à ce qu’il avait promis aux français et une situation d’une pays qui se redresse, malgré le lourd passif des années Sarkozy, mais pas suffisamment vite pour inscrire l’action de ce gouvernement, de notre gouvernement dans une réussite visible et porteuse d’espoir.

Et cette fin d’année, cette décision, douloureuse, forte, courageuse, du président Hollande, de ne pas renouveler sa candidature au poste suprême : douleur du peuple socialiste !

Et pour nous, socialistes Haut-Pyrénéens, une année 2017 qui commence elle aussi sur une douleur, une incompréhension, une défaite, celle de notre candidat à l’élection de la présidence de la grande agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, Yannick Boubée. Une défaite honorable certes, mais qui laisse place à un homme si peu honorable, de multiples fois mis en examen, dont le passif à la tête de l’agglomération tarbaise pendant 6 ans et sa gestion minable (oui j’ose ce mot !) de l’intérêt de l’agglomération, commençaient tout juste à être résorbés grâce à ceux qui lui ont succédé, Charles Habas à sa tête bien sûr mais aussi, justement, Yannick Boubée. Une élection d’un grand commis de la droite locale alors même que cette agglomération, on le sait, a son cœur bien à gauche, et une élection qui n’est sans doute due qu’à de fausses promesses et à une campagne anti-socialiste qui, se trompant de cible, a abouti à cette défaite, une défaite qui, n’en doutons pas, sera au bout du compte celle de tous.

Mais 2017 sera aussi, et c’est le vœu que je formule, pour nous, Haut-Pyrénéens, et aussi pour tous les Français, l’année de la réconciliation du peuple de gauche.

2017 et ses échéances politiques importantes : présidentielles, législatives, sénatoriales, les occasions de confronter les idées, de les échanger avec le plus grand nombre ne manquent pas.

Et de les échanger dans le respect des différences, des sensibilités et toujours avec ce fond commun qui a fait les victoires passées et qui doit faire les victoires futures.

Quand je dis cela, je pense déjà aux futures élections municipales de 2020 qui devront être absolument celles de la victoire pour les couleurs de la gauche, quelle que soit son étiquette partisane, et une victoire qui nous permettra de bâtir dans nos territoires (communes, communautés de communes, d’agglomération, département) les fondements d’une société plus juste et plus humaine que nous appelons tous de nos vœux.

Mais commençons en effet par 2017 !

Les présidentielles tout d’abord, avec un vrai débat à mener autour, je l’espère, de la primaire organisée par le parti socialiste et qui se veut la primaire de la gauche et des écologistes : les 22 et 29 janvier prochains, même si je ne peux que regretter l’absence des candidats de nos partenaires du front de gauche, du parti communiste, d’Europe Ecologie les Verts. J’appelle le peuple de gauche de ce département à manifester sa volonté de faire bouger ce pays en participant à ces primaires qui seront organisées dans notre département autour de 29 bureaux de votes.

Les législatives ensuite : nous soutiendrons de toutes nos forces la candidature de celui que nous avons désigné : Jean Glavany. Pour qu’il soit élu et que ce nouveau mandat, dans un contexte extrêmement âpre à n’en pas douter, il le porte courageusement avec les valeurs de gauche qui sont les nôtres.

Les sénatoriales enfin : Viviane Artigalas que nous avons désignée pour briguer le siège de Josette Durrieu sera, à n’en pas douter, la femme qu’il faut pour représenter notre département et sa ruralité, et pour porter avec tout son cœur de femme de gauche les idées qui nous sont chères de solidarité et de mieux-être pour tous.

Voilà chers camarades, chers amis, ce que je voulais porter devant vous comme souhaits pour cette année nouvelle, apprendre du passé, de ses réussites comme de ses échecs, pour mieux se projeter sur l’avenir, appréhender avec courage le chemin que nous allons parcourir tous ensemble et faire définitivement notre la fameuse phrase de la figure essentielle de la gauche tous partis confondus, le grand Jean Jaurès : « Le courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ».

Bonne année 2017 à tous !"