Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

TPR-AUCH : 19-13 (13-3) - TARBES SANS TREMBLER

dimanche 21 février 2010 par Rédaction
GALERIE PHOTOS

Libérées de la crainte de la relégation, les deux équipes, qui restaient sur une précieuse victoire à l’extérieur sur des rivaux directs pour le maintien, ont joué sans pression et ont multiplié les temps de jeu. Une chose assez rare pour être soulignée, dans un derby qui s’est joué devant une affluence relativement faible pour "la finale du Championnat Armagnac-Bigorre" comme dirait Henry Broncan. A ce jeu sans enjeu, ce sont les Tarbais qui se sont montrés les plus déterminés et les plus forts, confirmant ainsi leur victoire du match Aller.

Si les Gersois ont essayé de pratiquer un rugby perpétuel en envoyant beaucoup de ballons derrière, ils ont joué à reculons face à une défense bigourdane très agressive aux placages percutants. Le TPR n’a jamais tremblé, faisant toute la course en tête en marquant un bel essai après avoir manqué de peu une première occasion, sur un péché de gourmandise, à 2 m de la ligne. Un essai tout fait suite à une percée de Richard Apanui. Mais les Tarbais étaient récompensés de leurs efforts par un essai magnifique en première main, suite à une touche dans les 22 m gersois, avec un ballon qui voltigeait jusqu’à Mickaël Etcheverria. Avec 2 pénalités et la transformation de Richard Apanui, Tarbes se détachait 13-0 mais juste avant la pause Auch réduisait le score 13-3.

A la reprise, Clarac réussissait une nouvelle pénalité (13-6) mais les Tarbais réagissaient aussitôt (16-6) puis 19-6 sur une nouvelle pénalité d’Apanui. En fin de rencontre, sur une succession de fautes et d’erreurs tarbaises, Auch jouait son va-tout face à des locaux réduits à 14, et Erwan Bérot, venu de l’aile opposée, marquait, après la sirène, l’essai de l’espoir du bonus défensif. Clarac, qui venait de manquer coup sur coup 2 pénalités bien placées dans les 22 m, réussissait du bord de la touche la transformation qui permettait à Auch d’obtenir un point bonus inespéré mais pas totalement immérité pour ses intentions de jeu.

Jean-Jacques Lasserre

Pas de frustration du côté gersois mais plutôt le sentiment d’avoir fait une bonne affaire en décrochant après la sirène le point du bonus défensif sur un essai plein d’opportunisme du jeune Erwan Bérot qui était entré en jeu quelques minutes plus tôt. Une entrée déterminante, car le fils de l’entraîneur Tarbais avait semé la panique un peu plus tôt en relançant depuis son camp malgré la pression. Erwan, a même poussé le vice jusqu’à aller marquer, juste sous le nez de son père, sur l’aile droite alors qu’il occupait le poste à gauche sur la ligne de touche opposée. "Oui... (rires..), on fait toujours exprès de marquer un essai, mais c’est encore mieux quand on marque sous les yeux de son père." Mais plus sérieusement le jeune auscitain explique : "C’est une combinaison qu’on travaille à l’entraînement." Incapables de franchir la défense bigourdane pendant plus de 70’, malgré de nombreux ballons écartés, il a fallu attendre les dernières minutes pour que les Gersois se montrent dangereux. "On a subi en début de match. On est tombé sur un gros rideau défensif tarbais qui nous a fait déjouer sur nos attaques. Après, quand ils ont baissé de niveau, on est revenu au score et sur la fin on s’est remobilisé pour aller chercher ce point de bonus."

Même sentiment chez Titi Bosque, l’autre ailier gersois. "Ils étaient bien organisés avec une défense agressive et on a mis une demi-heure à entrer dans le match. Après, petit à petit, on s’est libéré et il va falloir prendre conscience qu’on a des qualités derrière. On a tenté des coups et on a fait deux ou trois mouvements de qualité." Le Gersois, qui a passé plusieurs saisons à Tarbes, fait le parallèle entre les deux clubs. "Tarbes s’appuie comme nous sur des jeunes du cru. L’année dernière, on a failli déposer le bilan, on a eu une période très difficile et nous aussi, on a un groupe qui est très restreint et on fait avec des jeunes."

Grégory Patac, l’entraîneur gersois, se satisfait du point bonus. "On a été timide au départ. On les a beaucoup regardés. On n’est pas rentré dans ce match." D’autant que les Auscitains ont choisi d’écarter le jeu au lieu de chercher l’affrontement. "On pensait les prendre plus loin que dans la zone de combat au près." C’est en se recentrant devant que l’équipe est revenue dans le match. "On a su après, se reconcentrer sur les bases. Sur une bonne conquête, avec de bons mauls, alors qu’on pensait, au départ, qu’il ne fallait pas les prendre devant. C’est dommage qu’on ne l’ait pas fait plus tôt et qu’on n’y ait pas cru un peu plus. Mais on finit sur une bonne note, avec le bonus défensif. C’est un point important et ça montre que les garçons avaient un super état d’esprit pour aller le chercher." Un derby un peu particulier entre deux équipes qui venaient de prendre de précieux points chez des adversaires directs. "Les deux équipes se sont relâchées, car elles étaient soulagées par leurs résultats du week-end précédent. On sentait, d’un côté comme de l’autre, que la rencontre avait du mal à partir, malgré les consignes d’avant-match."

Côté tarbais, cette seconde victoire consécutive, donne de nouvelles ambitions et les joueurs se prennent à rêver de faire un résultat à Pau, à l’image de Sébastien Caujolle. "Ça faisait longtemps que ça ne nous était pas arrivé de gagner deux fois en suivant. En plus, dans le cadre d’un derby alors qu’on avait perdu les deux premiers à la maison (Pau et Lannemezan). Alors il était interdit de perdre le troisième ! On a essayé de mettre du volume en première mi-temps et ça a payé. On a récupéré des pénalités et on a marqué un bel essai en première main. Après Auch, on connaît, on savait qu’ils ne lâcheraient rien jusqu’à la fin. Nous, en seconde période, on a peut-être manqué d’ambition dans le jeu. On est content du résultat même si le match se conclut sur une note négative avec cet essai qu’on prend à la dernière seconde. Ça donne moins de relief à notre victoire mais on a pris 4 points qui vont nous faire du bien au niveau du classement, mais aussi, au niveau du mental. On a validé ce qu’on avait fait à Aix et maintenant place au deuxième derby. Pau était venu gagner ici et on va essayer de leur rendre la monnaie de leur pièce."

Ludovic Duhen, le jeune centre issu du Centre de Formation, savoure cette 2ème victoire en 3 rencontres, et surtout la satisfaction d’avoir étouffé les attaques gersoises. "Depuis 2 matchs, on s’était un peu fragilisé sur les premiers ballons. On s’était fait percer à Bordeaux et à Aix sur des ballons en première main et on a rectifié le tir en allant les presser. Avec le replacement de Ricaud au centre, on savait qu’ils allaient venir chercher le milieu du terrain et on se devait de les faire reculer. Après, chapeau à nos avants, car c’est plus facile de jouer en avançant."

(Recueilli par Jean-Jacques Lasserre)