Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Derby Auch-Tarbes : Entretien avec Roland Pujo

vendredi 14 octobre 2016 par Rédaction

Le plus Gersois des Bigourdans

« Je suis intégré maintenant » s’amuse Roland Pujo qui est arrivé il y a 32 ans dans le Gers et qui y occupe toujours une fonction professionnelle au côté du rugby. C’est avant tout un passionné du ballon ovale, qui est devenu entraîneur après une bonne carrière à l’ouverture et à l’arrière à Auch. Originaire d’Orignac, à quelques coups de bottes de Bagnères où il a débuté le rugby et joué, avant de rejoindre Auch en 1984. Excellent buteur, il y poursuivra toute sa carrière de joueur au centre ou à l’arrière, avant de rester comme entraîneur avec Gérard Lacrampe et Henry Broncan (1995-2000). Il poursuit sa carrière d’entraîneur à Tarbes (2001-2003), à Fleurance (2003-2007) et à Colomiers (2008-2010), avec un titre de Champion de Fédérale 1 et l’accession en Pro D2, avant de revenir à Auch pour s’occuper de la Formation (2009). Il revient néanmoins à ses premières amours à travers l’entraînement des Espoirs (2013) puis de l’équipe une, après la relégation et le départ de Grégory Patat (2014). Aujourd’hui, il partage le terrain avec Julien Sarraute et Eric Escribano.

La poule d’accession, c’est plus intéressant

 

Roland Pujo est un ardent défenseur de la poule d’accession mise en place cette saison. « C’est une bonne chose de réunir dans une même poule ceux qui aspirent à monter à l’échelon supérieur ou à s’ancrer dans le professionnalisme, à travers une future Pro D3. C’est bien que tous ces clubs soient ensemble car ça prépare mieux au professionnalisme et à ce qui les attend en Pro D2, avec des blocs de quatre matchs. Ce qu’on ne connaissait pas avant en Fédérale, avec des blocs de trois matchs et un championnat très saucissonné, avec des équipes de niveau très différents. En terme de niveau de compétition, c’est mieux aussi. Après, c’est vrai que c’est plus dur. Toutes les équipes sont mieux en place, ont plus d’effectif et fonctionnent toutes en mode professionnel, mais c’est plus intéressant. » Pour le manager gersois, « Aix et Tarbes, qui descendent de Pro D2, Nevers, qui a des moyens considérables, Massy et Bourg-en-Bresse, qui sont des anciens pensionnaires de Pro D2, font partie des favoris. Nous, pour l’instant, au vu de notre premier bloc et de nos deux défaites à la maison, on se situe dans les outsiders même si on n’a pas totalement perdu l’espoir d’être dans les cinq premiers »

Confiance malgré un premier bloc décevant

 

Sans chercher d’excuses pour ce premier bloc décevant, Roland Pujo souligne que plusieurs joueurs et non des moindres, étaient absents sur blessures. « Des joueurs comme André et Thierry, derrière et Muagututia et Naïkadawa devant, sont des perforateurs derrière lesquels le jeu peut s’enchainer et qui ont beaucoup manqué ». Les deux défaites au Stade Fouroux, ne sont pas de même nature. « Contre Massy, on fait une première mi-temps correcte, sans plus, mais on passe complètement en travers en seconde mi-temps. On n’y est pas du tout et la défaite est logique » estime Roland Pujo. ’’Contre Bourg-en-Bresse, c’est dû à un concours de circonstances. On a onze points d’avance à une demi-heure de la fin et on fait deux grossières erreurs de défense qui nous coûtent quatorze points. Sur le contenu, il y a eu du mieux et c’est un match qu’on aurait dû gagner, sans ces deux erreurs’’. Malgré ces deux défaites sur sa pelouse, Roland Pujo reste confiant. « On s’est repris en gagnant à Romans. Maintenant il faut qu’on engrange des points sur ce bloc. La saison sera longue et il faut, match après match, qu’on engrange le plus de points possible. Nos ambitions n’ont pas changé, on veut être dans les cinq premiers, pour jouer les phases finales. »

 

Personne n’est à l’abri

 

Même si le FCA ne peut plus se permettre de perdre des points sur sa pelouse face à un rival direct, Roland Pujo ne croit pas que le perdant aura perdu toutes ses chances de qualification. « Je ne pense pas que ça sera un tournant pour l’une ou « l’autre des équipes. Il reste encore beaucoup de matchs et il peut se passer plein de choses. Personne n’est à l’abri de perdre à la maison. C’est arrivé à Tarbes et ça peut arriver à Massy, à Bourg-en-Bresse, à Nevers ou à n’importe qui. Je pense que toutes les équipes sont capables de s’exporter et de s’imposer à l’extérieur. Ce n’est pas un tournant, mais pour nous, c’est un match capital parce que ça nous permettrait de nous positionner plus près du haut de tableau. »

Un match particulier

Le technicien gersois veut dédramatiser la rencontre. « Au départ, c’est un match comme les autres. Après, il y a tout le contexte autour, avec un derby, celui du comité Armagnac-Bigorre, entre deux clubs qui se connaissent bien, qui se sont affrontés souvent en Pro D2 et qui là, vont s’affronter dans cette Poule Elite, devant la télévision. Donc, forcément, c’est un match un peu plus particulier que les autres, notamment au niveau des supporters où ça crée de l’engouement et de l’enthousiasme. Après, ça reste un match de rugby qu’il faut aborder en y mettant les arguments qu’il faut. On sait que sur l’intensité, sur le combat, sur la conquête, il faudra être présent. Si on n’est pas présent là dessus, ce sera extrêmement compliqué de pouvoir gagner. » Derby ou pas, l’esthète Roland Pujo ne veut pas renier ses principes de jeu. « La philosophie du jeu reste la même. S’appuyer sur une bonne conquête pour mettre notre jeu en place et trouver le meilleur équilibre possible entre toutes les formes de jeu. »

 

Jean-Jacques Lasserre