Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Poule d’accession Fédérale : Auch-Tarbes

vendredi 14 octobre 2016 par Rédaction

Une cinquième journée primordiale

Une cinquième journée primordiale qui va décanter un peu plus le classement avec un choc au sommet entre Nevers et Aix qui, pour la première fois de la saison va rencontrer un favori. Si les Provençaux chutent le championnat sera relancé, sinon ils prendront une belle option pour la remontée directe. Le derby entre Auch et Tarbes aura aussi son importance au classement compte tenu que Massy, qui reçoit Romans, devrait s’imposer avec le bonus à la clé et qu’un succès de Bourg-en-Bresse à Chambéry n’est pas à exclure. Limoges visera aussi la victoire bonifiée contre Saint-Nazaire. Aubenas est exempté.

Auch-Tarbes, samedi à 13h30

Un horaire inhabituel dû à la retransmission télévisée du match sur l’Equipe 21 qui diffusera un match de la Poule d’Accession de Fédérale 1 pour la première fois.

Réserves à 15h30

Un derby à quitte ou double

Ce derby, entre Armagnacais et Bigourdans, a toujours été sulfureux et deux années de trêve ne changeront sans doute rien au caractère belliqueux de ce match si particulier. Les deux équipes se retrouvent deux ans après leur dernière confrontation en Pro D2. Si les Gersois sont descendus sportivement et n’ont pas réussi à remonter dans la foulée, les Tarbais sont descendus deux ans plus tard suite à une embrouille financière d’un de leurs dirigeants. Mais sur le pré, cette distinction n’aura aucune valeur et les Auscitains voudront démontrer qu’ils n’ont rien perdu de leur tempérament gascon. Mais cette fois ce derby, entre deux équipes en quête de remontée en Pro D2, sera à quitte ou double. Auch, qui a perdu ses deux premiers matchs à domicile contre deux autres prétendants Bourg-en-Bresse et Massy, ne peut plus se permettre de perdre chez lui. Tout comme Tarbes, qui vient de subir deux échecs traumatisants sur la forme, dont le dernier, à Trélut contre Nevers, un prétendant sérieux à la montée. Auch en cas de victoire passerait devant les Tarbais alors qu’une défaite l’éloignerait des demi-finales. Tarbes en cas de succès, récupèrerait un joker et se maintiendrait dans le haut du tableau alors qu’un échec l’en éloignerait.

Avantage mental à Auch

Mentalement Auch, qui reste sur un succès à Romans aura l’avantage sur Tarbes qui reste sur deux défaites dans les arrêts de jeu après avoir largement mené à la pause. Auch, quel que soit le score à l’heure de jeu, pourra toujours croire à la victoire, alors que Tarbes, s’il est devant, aura en tête le syndrome de Limoges et de Nevers. Mais un syndrome qui pourrait aussi toucher les Auscitains qui ont perdu leurs deux premières rencontres à Jacques Fouroux. Reste l’effet derby, qui transcende plus les Gersois, comme l’atteste l’historique des confrontations. Les Gersois, défaits deux fois de rang sur leur pelouse, ont l’occasion de retrouver leur honneur bafoué en venant à bout du TPR. Le capitaine Frédéric Medves, surnommé ’’l’Indien’’ est connu pour son abattement dans le jeu et son tempérament guerrier. C’est l’un des rescapés de la Pro D2 et il rappellera à ses coéquipiers que Auch est la bête noire de Tarbes. Lors de la dernière rencontre, alors que les Gersois étaient déjà relégués sportivement, ils l’avaient emporté pour l’honneur 31-28 contre des Tarbais qui étaient 6èmes au classement.

Auch récupère ses perforateurs

Pour la première fois depuis le début de saison, le staff gersois va avoir son effectif au complet, à l’exception de Pimienta, (blessé de longue durée), de Wells et d’Allbritt. Pour Roland Pujo, les absences de André et Thierry derrière, Muagututia et Naïkadawa en troisième ligne, ’’des joueurs perforants’’, ont été préjudiciables lors des trois premières journées. D’autant que parmi les recrues, Sonzogni et Pitton étaient blessés et Perrot était ménagé. Tous ces joueurs sont opérationnels pour affronter Tarbes, tout comme le demi-de-mêlée Ferrary, qui fait son retour de blessure. La fameuse ’’exception gersoise’’, c’est aussi l’amalgame entre une quinzaine de joueurs professionnels, des pluri-actifs qui travaillent à mi-temps, des étudiants et des jeunes du Centre de Formation. Même le Manager Roland Pujo travaille ! Mais le FCA fonctionne comme un véritable club pro avec deux entraînements quotidiens et des horaires aménagés pour les non pro.

Un effectif préservé

Le FCA a connu une inter-saison calme avec seulement six départs. Ceux de trois piliers Lomidze, Sicaud et Betham, du seconde ligne Monto, du troisième ligne J. Dastugue et du demi-de-mêlée T. Verdier. Des départs compensés par les arrivées en première ligne de l’Agenais Pitton (28 ans, 1,88 m, 114 kg) et de l’Argentin Sonzogni (25 ans, 1,80 m, 117 kg), en seconde ligne du Carcassonnais Maurens (24 ans, 2,00 m, 110 kg), de l’international irlandais U19 et U20 Bradshaw (21 ans, 2,05 m, 110 kg), en troisième ligne, de l’international VII et U20 aurillacois Roulin (26 ans, 1,94 m, 100 kg), à la mêlée du Rochelais Chagnaud (23 ans) et au centre de l’international U20 montalbanais Perrot (22 ans, 1,76 m, 83 kg). Roland Pujo dispose d’un effectif relativement jeune avec l’international U20 Abadie (25 ans), le georgien Kaïkashvili (22 ans), Rocca (23 ans), Hollet (23 ans), Ferrary (24 ans), Ford (25 ans), André (23 ans), Touton (22 ans), Alldritt (19 ans), Ferrary (24 ans), Ford (25 ans), Kalo (23 ans), Gaignard (21 ans), Griffoul int. U20 (24 ans), Thierry int U18 et U19 (27 ans), encadré par quelques joueurs plus expérimentés comme Eberland, int. VII (26 ans), Thierry, int U18 et U19 (27 ans), Esteriola (26 ans), Moretto, int. U20, (27 ans), Muagututia (28 ans), Naïkadawa (31 ans), Medves (32 ans), Lacroix (29 ans), Moore (31 ans) et Lagardere (36 ans)

Une Formation de qualité

Auch, qui a été de tous temps un des plus petits budgets de Pro D2, a puisé sa force sportive sur la Formation avec des joueurs repérés dans les petits clubs gersois. « Une exception gersoise » qui a permis au FCA de monter deux fois en Top 14 (2003 et 2007) et de remporter un titre Européen en 2005. Un Centre de Formation agréé par le ministère de la Ville de la Jeunesse et des Sports depuis Juin 2003 et qui a vu son agrément renouvelé malgré la relégation en 2015. C’est, avec Tarbes, le seul Centre de Formation agrée par l’Etat à évoluer en Fédérale 1. Le FCA, qui se retrouve pillé à chaque inter-saison, sait que sa survie dépend de sa Formation. Une Formation de qualité qui a sorti récemment Mignardi (Brive), Aguillon (La Rochelle), Dambielle (Racing), Campo (Pau), Bissuel (Carcassonne), Ascarat (Montauban) et des internationaux U18 et U20 comme Fajardon et Dupouy (Pau), Dupond et Jelonch (Castres), Riva et Doubrere (UBB). Une Formation indispensable puisque les ’’pros’’ actuels Sylvain Abadie, Jordan Rocca, Jorick Dastugue, Thomas Verdier, Maxime Eberland, Kunro Kalo, Mickael Lacroix, Nathan Thierry et Fred Medves, en sont issus.

Arbitrage

Jérémy Rozier (Auvergne), un jeune arbitre prometteur de 25 ans, arbitrera ce derby à enjeu et à risques. Sacré meilleur jeune arbitre 2010 à l’âge de 19 ans, dans un concours où étaient présents, bien que plus âgés, Pierre Brouzet, Luc Ramos et Jonathan Dufort, qui arbitrent en Top 14 et en Pro D2. Le jeune arbitre court sur les traces d’un certain Pascal Gauzères, qui s’est fait connaître lors du Auch-Tarbes de la saison 2005-2006, adoubé « excellent arbitre » par Henry Broncan, malgré une lourde défaite 19-35, qui mettait fin à une série de 29 victoires consécutives au Moulias ! On souhaite la même carrière à M. Rozier et le même succès au TPR... Jérémy Rozier fait partie des « Arbitres Espoirs Nationaux » qui officient comme 5ème arbitre en Top 14 et comme arbitre de touche en Pro D2. Ce sera son second match en Poule d’Accession après le Bourg-en-Bresse-Massy de la 4ème journée.

Jean-Jacques Lasserre