Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Les salariés de « Meilleur Contact 65 » relèvent la tête

mardi 9 août 2016 par Rédaction

Un mouvement de grève largement suivi a été organisé mardi matin par les salariés du Centre d’appels « Meilleur Contact 65 » à Saint-Laurent-de-Neste, placé depuis juillet 2016 en redressement judiciaire. L’expression de la révolte et de la dignité de ces femmes et de ces hommes, qui réclament un « vrai Plan de Sauvegarde de l’Emploi » et le « respect des engagements pris par le PDG Nicolas Guyart ».

« Nous ne lâcherons rien, car désormais, nous n’avons plus rien à perdre ! ». Ce matin du mardi 9 août 2016, ils sont rassemblés devant les locaux du Centre d’appels « Meilleur Contact 65 », en périphérie de Saint-Laurent-de-Neste, sous une bruine quasi automnale. Ils arborent tous des pancartes avec les mots de leur révolte, et ont dressé une grande banderole devant le site : « salariés licenciés, salariés bafoués ». 90% des conseillers de clientèle et des agents de maîtrise du Centre d’appels ont décidé de débrayer pendant une heure, à l’appel de leurs délégués, pour exprimer leur révolte face à la situation de leur entreprise. « Notre PDG, Nicolas Guyart, qui dirige aussi les établissements « Meilleur Contact » de Redon et de Libourne, est en congés. Pendant ce temps, nous ignorons quel sera notre avenir au cours des prochaines semaines. Et nos congés payés de juillet n’ont toujours pas été versés par l’AGS, le régime de garantie des salaires », dénonce Emilie Fourtine, déléguée syndicale Force Ouvrière. « Nous sommes désemparés face à l’anxiété de nos collègues, qui ne s’attendaient pas à se retrouver « dans le rouge » en plein été. Certains d’entre eux n’ont même plus assez d’argent pour mettre de l’essence dans leur voiture et venir au Centre d’appels. Des collègues se sont renseignés auprès des Restos du Cœur, pour essayer de trouver une aide alimentaire d’urgence », raconte Sophie Cassé, déléguée du personnel.

Devant l’établissement, les salariés confient leur inquiétude et leur colère. « A l’âge de 52 ans, habitant dans un secteur rural, je vais avoir le plus grand mal à retrouver du travail. Pour l’instant, on ne nous a rien proposé de concret. La seule chose certaine est que nous serons tous au chômage le 30 septembre 2016 », estime Daniel. « Je suis seule avec un enfant, et je vais me retrouver avec 700 euros par mois pour vivre. Comment faire face ? », questionne Aurélia. « Je ne comprends pas pourquoi nous avons été si mal informés de la situation de l’entreprise. Quand on nous a demandé, fin janvier, de poser nos congés d’été, comment pouvions-nous imaginer ce qui allait arriver ? Nous nous retrouvons coincés, en n’ayant pas les moyens d’annuler des réservations effectuées de longue date », ajoute Delphine. « Cette grève est reconductible, nous prendrons une décision sur les actions à mener suivant l’évolution de la situation », précise Sophie Cassé. Une rencontre avec la sénatrice Josette Durrieu est prévue ce mercredi en milieu de matinée. Les salariés ont déjà été reçus par plusieurs élus locaux. « Nous avons senti une écoute et une attention à nos difficultés, même si rien de précis ne nous a encore été proposé », assure Emilie Fourtine. Pour l’heure, les salariés de « Meilleur Contact 65 » expriment deux types de revendication. Tout d’abord, le respect des engagements financiers pris par leur PDG et par l’AGS. « Monsieur Guyart, lors d’une réunion collective le 24 juin, avait promis d’assurer des avances de salaires si les congés payés de juillet n’étaient pas versés dans les délais prévus par l’AGS », détaillent les élus du personnel. « Mais nous n’avons toujours rien vu venir ». L’autre préoccupation des salariés concerne leur avenir après la fermeture probable de l’entreprise. « Nous demandons un Plan de Sauvegarde de l’Emploi décent, avec un accompagnement de qualité nous permettant de compléter nos formations et de faciliter nos reconversions », soulignent les élus du personnel. « Nous attendons de notre PDG qu’il s’engage vraiment dans l’élaboration et le suivi de ce PSE, dès la prochaine réunion du Comité d’entreprise prévue le 17 août ». Contacté par téléphone ce mardi pour apporter sa vision des choses concernant la situation économique de l’entreprise et les demandes des salariés, Nicolas Guyart n’a pas encore répondu à notre appel.

En attendant, les salariés de « Meilleur Contact 65 » s’appliquent à poursuivre leur mission, en gardant leur exigence de qualité. Un défi rude pour beaucoup d’entre eux. « Notre métier consiste à répondre du mieux possible à des clients qui se plaignent parfois pour une dizaine d’euros, alors que nous savons que plusieurs collègues n’ont plus de quoi nourrir leurs enfants. C’est difficile à vivre », confie Nadine Barège, déléguée du personnel. « Beaucoup de nos collègues ont du mal à dormir. Ils sont marqués par la fatigue, la peur, voire la dépression », témoignent Gisèle Balard et Alexandra Perisse, élues au Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail. « En principe, un capitaine doit toujours être le dernier à quitter son navire quand il commence à couler », ajoute Gisèle. « Le nôtre a été le premier à partir … ».

Jean-François Courtille