Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 

Les Hautes-Pyrénées distinguées territoire « French Tech »

lundi 25 juillet 2016 par Rédaction

Ce lundi 25 juillet à Laval, Emmanuel MACRON, le ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique et Axelle LEMAIRE, la secrétaire d’État chargée du Numérique ont dévoilé les labellisations French Tech 2016.

Les Hautes-Pyrénées entrent ainsi dans les territoires « French Tech » pour le projet présenté autour de la transition énergétique.

Créé en fin 2013 par l’Etat, l’objectif du label French Tech est de faire de la France entière un vaste accélérateur de startups : un réseau de territoires attractifs qui concentrent tous les ingrédients (culture entrepreneuriale, talents, maitrise technologique, financement, etc.) répondant aux besoins des startups françaises, des investisseurs et des talents étrangers.

Un fonds d’investissement de 215 millions d’euros géré par la Caisse des Dépôts permet d’accompagner les projets, c’est dire l’enjeu de la French Tech pour les territoires.

Jusqu’ici, la démarche « French Tech » se concentrait autour des métropoles avec Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Rennes et Toulouse, toutes labellisées en novembre 2014. Un réseau national avec Paris-Ile-de-France de 13 métropoles rejoint par quatre territoires « thématiques » l’an dernier : l’Alsace, Angers, Avignon et Saint-Etienne.

Le succès de la candidature des Hautes-Pyrénées et de son projet de développement autour de la transition énergétique, qui fédère tout à la fois les acteurs privés et publics s’explique par un « terreau » favorable : le Projet de Territoire « HaPy 2020-2030 » initié par le Département et par Michel PELIEU fin 2012. Ce qui a permis de faire travailler l’ensemble des acteurs du territoire toutes tendances confondues, public et privé. On y retrouve aux côtés du Département, la Ville de Tarbes, le Grand Tarbes et les trois chambres consulaires : CCI, Chambre de métiers et de l’artisanat et Chambre d’agriculture.

Ainsi, le 26 mai dernier à Paris, c’est une délégation bigourdane très « œcuménique » qui a présenté la candidature des Hautes-Pyrénées avec Yannick BOUBÉE et Gilles CRASPAY, Vice-Présidents d’Ambition Pyrénées, qui assure la gouvernance du Projet de Territoire, Emmanuel DUBIÉ, Directeur du Centre Européen d’Entreprise et d’Innovation Crescendo du Grand Tarbes et cofondateur de la Mêlée Adour, Pierre FLEURY, Directeur du site ALSTOM Tarbes, Olivier GLEIZE, Directeur général de CAM Energie et Fabrice SAYOUS, Président-Directeur Général d’Olva Tech.

« Le Département a initié le Projet de Territoire, l’association Ambition Pyrénées porte aujourd’hui le Projet de Territoire et regroupe sous une même bannière l’ensemble des principaux acteurs institutionnels et économiques. Parce que le Projet de Territoire a su fédérer l’ensemble des acteurs, une candidature des Hautes-Pyrénées a été rendue possible et aujourd’hui cette dynamique porte ses fruits avec l’obtention du label French Tech. »

Et concrètement ? « Avec le label French Tech, notre objectif est de devenir un territoire qui favorise l’émergence de champions technologiques, les emplois de demain ! »

Pour preuve, les laboratoires de recherche et les plateformes technologiques spécialisées « transition énergétique » et installées sur le territoire. Mais aussi, le campus des métiers et les qualifications, des acteurs reconnus au niveau national et international dans l’environnement, l’eau, l’énergie, les transports, des jeunes pousses dynamiques.

Enfin, cela représente un potentiel de 632 000 emplois en France d’ici 2030 selon le Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED). « Les Hautes-Pyrénées doivent y avoir toute leur place ».

Les 5 ambitions :

  1. Tripler en quatre ans les levées de fonds en direction des entreprises locales
  2. Doubler le nombre de startups créées en 3 ans
  3. Développer des formations supérieures spécialisées dans la transition énergétique
  4. Augmenter en 5 ans le nombre de salariés de 30% de la ¬filière transition énergétique
  5. Doubler le nombre des visiteurs lors d’événements thématiques