Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Encore un coup d’épée dans le dos des éleveurs de moutons

vendredi 22 juillet 2016 par Rédaction

La situation économique, les critiques et obligations environnementales, les contraintes des grands prédateurs ours et loups, la nouvelle Pac, etc….. ne sont pas faits pour favoriser le développement pastoral et l’élevage ovin de nos vallées en même temps que la biodiversité de montagne et l’entretien des paysages appréciés des touristes.

Néanmoins, le Ministre de l’Agriculture à temps partiel, Stéphane Le Foll, en rajoute et ne tient pas ses engagements écrits selon un communiqué de la Fédération Nationale Ovine (FNO) que nous reproduisons ci-dessous.

« La FNO et ses partenaires (FNSEA, Coop de France et Interbev) ont toujours travaillé à un développement durable de la production ovine dans l’intérêt des producteurs et des filières. Ensemble, ces organismes se sont battus pour obtenir le rééquilibrage des aides de la PAC. Et lorsque celui-ci a été obtenu, ils ont souhaité profiter de cette bouffée d’oxygène pour inciter les éleveurs ovins à plus de performance, afin de s’inscrire dans les objectifs que s’est donnée la filière via le programme Inn’ovin, http://www.reconquete-ovine.fr/ une pérennité pour nos exploitations.

« Aujourd’hui, les pouvoirs publics ont remis en cause ces orientations dans le cadre de la révision à mi-parcours de la PAC. Alors que de simples réajustements étaient annoncés, cette révision est un véritable séisme pour la profession. Début 2015, le pacte ovin était signé par le Ministre de l’agriculture et les initiatives mises en place dans la filière saluées. Un peu plus d’un an après, Monsieur le Ministre semble avoir tout oublié.

« Nous prenons acte de la position ministérielle mais nous ne pouvons que déplorer les décisions politiques qui ont été prises.

« Rendre accessible l’aide ovine à toutes les brebis, même celles qui produisent moins de 0,3 agneau par an, en dehors des cas de force majeure comme la prédation, est un signal négatif qui vient contrecarrer le chemin parcouru, en déstructurant une partie du travail engagé collectivement depuis plusieurs années.

« Supprimer les majorations à la production sous signe de qualité et la productivité supérieure, c’est ne pas entendre les demandes des consommateurs et la réalité de la filière, lorsque seulement 40% de la consommation d’agneau est couverte par la production française.

« Le travail mené en commun, une grande mobilisation du réseau, des revendications fortes et une persévérance sans relâche, ont permis d’éviter le pire. Nous avons réussi à maintenir certains aspects de l’aide ovine qui nous sont très chers : une aide supplémentaire pour les jeunes producteurs qui assurent la relève pour notre secteur et une aide pour les démarches de commercialisation qui structurent et sécurisent notre filière.

« La FNO blâme fortement l’attitude du Ministre qui ne prend que très partiellement en compte ses revendications. Nous resterons très vigilants sur la mise en place de cette nouvelle aide ovine dans un contexte très perturbé tant au niveau national, européen qu’international. »


Communiqué de presse du 22 juillet 2016

Version imprimable pdf : http://www.pyrenees-pireneus.com/Pastoralisme/Syndicats-Agricoles/FNO-Federation-Nationale-Ovine/2016-07-22-CP-FNO-Aide-ovine-Ministre-change-de-cap.pdf

Louis Dollo