Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Les peintures de Raoul Bergougnan au Carmel de Tarbes jusqu’à fin janvier

samedi 12 décembre 2015 par Rédaction

L’année se termine en beauté au Carmel avec l’exposition des peintures de cet artiste régional de talent que fut Raoul Bergougnan, étroitement lié à la cité mariale par son neveu le général Latanne, personnalité bien connue à Lourdes.

Pierre Latanne a vécu ses années d’études universitaires à Toulouse dans l’intimité chez son oncle Raoul décédé en 1982 et de son cousin Yves, célèbre joueur de rugby décédé lui en 2008. Avec l’aide de ses amis François Mouliet et Jean-Claude Nadal et de sa fille Laure Latanne-Bey, par ailleurs commissaire de cette exposition, le général Latanne s’est lancé avec le dynamisme qu’on lui connait dans la préparation de l’exposition des peintures de Raoul Bergougnan, rassemblant pendant des mois les œuvres de son oncle disséminées dans la région. Le résultat est une exposition remarquable d’une trentaine de peintures et lors du vernissage Céline Roulet, adjointe à la culture a souligné : « Le cadre sobre et épuré du Carmel met en valeur un travail sobre, discret mais élégant qui laisse transparaitre un vécu, une intimité et un quotidien à l’image des façades toulousaines qu’il a si bien représentées » 

Le général Latanne a précisé que cette exposition était le combat de toute une famille à part, attachée aux valeurs du patrimoine, qu’il soit régional ou familial », avant d’ajouter : « Elle met enfin en lumière un travail resté dans l’ombre pour de nombreuses raisons depuis de nombreuses années, celui d’un homme tolérant, doux, discret, trop gentil même, qui a toujours peint avec discrétion et souvent chez lui à l’aube avant de partir travailler… »

Précisons que Raoul Bergougnan aimait à se présenter comme « père du joueur » Yves Bergougnan, rugbyman de talent qui a joué en équipe de France dans les années 44/45 et fut nommé « Gloire du sport » : le long d’un mur du Carmel, une vitrine présente des souvenirs rugbystiques. Le père et le fils étaient particulièrement proches et cette rétrospective ne pouvait que les associer.

Laure Latanne- Bey présente ainsi son grand-oncle Raoul Bergougnan :

« Grande figure de la peinture toulousaine du XXe siècle, Raoul Bergougnan (1900-1982) a effectué sa carrière essentiellement à Toulouse. Personnalité effacée, il a mené son travail de peintre en solitaire, refusant volontairement toute appartenance à un mouvement, un style ou un groupe. On peut cependant le rattacher au courant figuratif français qui s’est imposé tout au long de la première moitié du XXe siècle. Né dans le quartier des Minimes à Toulouse, il a été élève à l’École des beaux-arts de Toulouse (1915-1923), puis a travaillé comme photographe aux ateliers de l’Aéropostale des usines Latécoère (1924-1947). Au lendemain de la guerre, il devient professeur de peinture à l’École des beaux-arts de Toulouse (1947-1971) et forme plusieurs générations de peintres, encore actifs aujourd’hui. Il a exposé à Toulouse, notamment au sein du Salon des Artistes méridionaux, à Paris dans les années 1930 et 1960, ainsi qu’en Suisse et à Lyon dans les années 1940, aux côtés du peintre tarbais Henri Borde. Il a continué d’exposer en sa compagnie au Salon des Amis des Arts de Tarbes et de la Bigorre.

Sa nature mélancolique transparaît dans ses toiles souvent décrites comme des
visions poétiques d’un quotidien humble et banal. Il affectionne les quartiers oubliés, les carrefours sans âme, les natures mortes aux objets du quotidien. Pour lui le sujet importe peu, ce qui compte c’est de retranscrire sa poésie du réel sur la surface plane. La simplicité du sujet cache pourtant une construction rigoureuse des plans et des perspectives qu’il déjoue par des lavis subtilement colorés et des jus à l’essence savamment dosés. Il a représenté toute sa vie la ville de Toulouse et ses quartiers les plus humbles, et a gardé une prédilection pour le pont des Minimes, ouvrant sur le quartier de son enfance, auquel il est resté attaché. C’est dans le stade des Minimes que son fils, Yves Bergougnan, vedette du rugby national et international après la guerre de 1939-1945, a commencé sa carrière. » 

Les peintures de Raoul Bergougnan sont visibles jusqu’au 30 janvier 2016 au Carmel de Tarbes 14 rue Théophile Gautier, du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14hà 18h sauf jours fériés. L’entrée est libre.

Josiane Perez