Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Non à des concertations en trompe-l’oeil ! (Communiqué)

mercredi 25 novembre 2009 par Rédaction

Communiqué de Presse de la majorité départementale (PS, PRG) du Conseil Général des Hautes-Pyrénées

A l’heure de la refonte de l’organisation territoriale, et de l’affaiblissement de la démocratie locale, décidées unilatéralement par le Président Nicolas SARKOZY, avec les réformes des collectivités territoriales et de la taxe professionnelle, le Gouvernement s’évertue à multiplier les débats artificiels.

Le Ministre de l’espace rural et de l’aménagement du territoire, Michel MERCIER, le Ministre de l’immigration et de l’identité nationale, Eric BESSON, et le Ministre de l’Industrie Christian ESTROSI, lancent des débats nationaux relayés au niveau départemental sous l’autorité des Préfets.

Ainsi, les « Assises des Territoires Ruraux » sont présentées, par Michel MERCIER, comme des outils de réflexion collective sur l’évolution des territoires ruraux. C’est une problématique à laquelle les élus des Hautes-Pyrénées sont particulièrement réceptifs puisqu’ils y travaillent régulièrement. Mais force est de constater qu’un Gouvernement qui
créé les conditions de la régression de nos campagnes et de la disparition des services publics n’est pas crédible lorsqu’il fait semblant de défendre cette cause. En réalité, le Gouvernement cherche à amener les élus locaux à cautionner des mesures qui, au bout du compte, iront à
l’encontre des véritables intérêts des territoires.

Les élus de gauche du Conseil Général des Hautes-Pyrénées ont décidé de ne pas participer à ce semblant de concertation, cette fausse prise en considération des problèmes de la ruralité.

Parce qu’ils refusent ces concertations en trompe-l’oeil les Conseillers Généraux socialistes et radicaux de gauche ne participeront pas non plus aux débats sur l’identité nationale et aux Etats Généraux de l’industrie.

Jean-Pierre DUBARRY, Jean-Claude PALMADE, Présidents du Groupe Socialiste, Chantal ROBIN RODRIGO, Présidente du Groupe des Radicaux de Gauche,