Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Trains d’équilibre du territoire - Martin Malvy : trois points positifs et une interrogation

jeudi 9 juillet 2015 par Rédaction

Prenant connaissance de la feuille de route pour les « trains d’équilibre du territoire » (TET) dévoilée par le gouvernement suite aux conclusions du rapport Duron, Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, a notamment déclaré :

« Certains pensaient qu’après la présentation du rapport Duron sur les trains d’équilibre du territoire le Gouvernement allait trancher. Alain Vidalies a ouvert la porte au dialogue. Il a bien fait. Le sujet est délicat. Je relève trois points positifs dans l’immédiat :

la désignation d’un préfet, François Philizot, missionné pour être l’interlocuteur des Régions sur l’évolution de l’offre et la gouvernance.
l’annonce d’un effort important d’investissement en faveur du renouvellement du matériel roulant, ce que nous demandions depuis longtemps.
la confirmation des trains de nuit Paris-Rodez et Paris-Latour de Carol dans le communiqué du ministère.
Parmi les sujets délicats, une interrogation sur les incidences de la LGV sur les temps de parcours du Paris-Tarbes-Hendaye, a ajouté le président de la Région Midi-Pyrénées. Aujourd’hui, Tarbes est à 6h de Paris. Avec la LGV Tours-Bordeaux en 2017, il sera à 5h avec un train de jour. Le gain apporté par la LGV en 2017 n’offrira pas un service de jour justifiant la suppression d’une offre de nuit, comme le suggère le rapport Duron. Par ailleurs, la mise en service de la LGV Bordeaux-Tours ne se traduira par aucune augmentation du nombre de trains pour le Béarn et la Bigorre.

Le rapport Duron soulevait d’autres préoccupations, a conclu Martin Malvy, qui seront les premières à être évoquées avec le préfet Philizot, qui a été préfet du Tarn et qui connaît donc bien les enjeux liés au désenclavement de Midi-Pyrénées ».