Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Rapport Duron : Réaction de Martin Malvy

mardi 26 mai 2015 par Rédaction

Interrogé sur la remise ce jour du rapport Duron sur l’avenir des TET à Alain Vidalies, secrétaire d’Etat en charge des transports, Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, a notamment déclaré :

« Certains points de ce rapport, le constat des sous-investissements ou de la vétusté du matériel ne sont pas contestables. Certaines propositions vont dans le sens que nous souhaitions. Par contre, sur d’autres, nous ne pouvons que dire notre désaccord.

«  Je retiens et prends acte avec satisfaction de trois recommandations : le doublement de l’offre TET entre Toulouse et Marseille, de 6 allers retours à 12 allers retours quotidiens. Ceci va dans le sens d’un renforcement de la liaison entre les deux métropoles de la future grande Région, Montpellier et Toulouse. La préservation de la ligne Paris-Limoges-Toulouse (PALITO) jusqu’à Toulouse. Par contre, une incertitude pèse sur le quatrième aller-retour limité à Cahors. Le rapport Duron préconise un accroissement des dessertes entre Toulouse et Bordeaux, le maintien des trains de nuit entre Paris-Toulouse et Paris-Rodez, Paris-Toulouse-Latour de Carol. Tout ceci va dans le bon sens.

« Par contre, a ajouté Martin Malvy, la proposition de supprimer la desserte Toulouse-Hendaye - est très préoccupante. Cela signifierait que Midi-Pyrénées et Aquitaine devraient se substituer à l’Etat avec des TER. Il n’est pas question que les Régions se substituent à l’Etat ou alors il faut graver dans le marbre les compensations financières.

A cela s’ajoutent la suppression de l’aller-retour quotidien Toulouse-Cerbère et donc la remise en cause de la seule relation directe avec Perpignan, mais aussi celle suggérée du train de nuit Paris-Tarbes (la Palombe bleue) qui donnerait un coup de frein à l’économie touristique pyrénéenne. Ceci devra faire l’objet de discussions, de même que la fermeture envisagée de Béziers- Millau – Clermont avec transfert sur route.

«  Il y a des points positifs, il y a des points négatifs. C’est sur ceux-là que nous allons évidemment nous mobiliser. La desserte ferroviaire doit être améliorée. Nous sommes d’accord. Mais elle doit s’améliorer pour tous. On peut envisager des évolutions. Mais à la condition qu’elles débouchent sur des améliorations pour les usagers, ce qui veut dire pour tous les usagers. Dès que nous aurons dépouillé ce rapport, je m’en entretiendrai avec les élus concernés et nous envisagerons les modalités des interventions à effectuer auprès du gouvernement  ».