Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Canton de Bordères-sur-l’Echez : Le Front de gauche contre l’austérité

dimanche 1er mars 2015 par Rédaction

Lors de sa conférence de presse pour les élections départementales, Jean Buron a fait part de son mécontentement et de son étonnement sur le silence des grands médias nationaux qui ne se bousculent pas pour parler de ces élections.

« On vaudrait assurer une abstention importante que l’on ne s’y prendrait pas autrement. C’est la première fois à un mois des élections que l’on voit un tel silence de ces médias, pourtant ces élections ont un enjeu important autant localement que départementalement mais aussi nationalement ! », a lancé le maire de Bazet, candidat sortant sur le canton de Bordères-sur-l’Echez.

Rappel : les candidats Front de gauche pour le canton de Bordères sur Echez (Bazet, Bordères sur Echez, Bours, Chis, Ibos, Orleix et Oursbelille sont :

-Jean Buron maire de Bazet (titulaire)

-François Rodriguez, maire-adjoint de Bordères-sur-Echez (remplaçant)

-Andrée Souquet, maire adjoint à Bazet (titulaire)

-Marlène Lavantès (remplaçante) mieux connue pour être la fille de Pierre Montoya.

Jean Buron explique :

« Ces élections se déroulent dans un contexte totalement inédit, tous les cantons vont être confrontés à cette élection en même temps. Le mode de scrutin a changé puisque par canton il y a un binôme homme femme avec leurs remplaçants du même sexe. Tous les conseillers sont élus pour 6 ans, si le département existe toujours bien sûr ! Il y va y avoir un changement important dans l’assemblée départementale. Dans notre canton qui a été renouvelé, nous n’avons plus que 7 communes contre 11 auparavant

Il y a le contexte de crise, marqué par la succession d’austérité ordonné depuis Bruxelles, mis en place par un gouvernement élu sous l’étiquette socialiste et un gouvernement qui se dit de gauche !

Cette politique se traduit par une soumission aux banquiers, aux financiers, au MEDEF.

Nous voyons aussi ce que la loi Macron propose ! Et pour faire passer cette politique néfaste pour le peuple, le gouvernement n’hésite pas à exercer un autoritarisme qui n’est pas de circonstance en utilisant le 49.3 que le président de la République fustigeait quand il était député. Il disait que c’était un déni de démocratie !

Aujourd’hui, on a fait un saut périlleux de 180° pour justifier l’utilisation de cet article anti –démocratique.

Cette politique austéritaire se manifeste également pour les collectivités locales avec une baisse toujours plus importante.

Pour notre département, la baisse des recettes de fonctionnement provenant de l’État est de l’ordre de 8 millions d’euros, à cela s’ajoute les non compensations des allocations individuelles de solidarité.

Une politique qui se tourne contre l’emploi, car cette baisse de dotations génère une baisse de l’investissement public, moins de chantiers mis en œuvre, moins de travail pour les entreprises. On en a pour preuve ce que subissent nos entreprises dans le département des Hautes-Pyrénées, il y a des plans en cours de licenciements.

C’est une pratique qui va à contre sens économique, donc plus de chômeurs, plus de RSA et plus d’allocations de solidarité.

A cela s’ajoute, la réforme territoriale, le regroupement des régions, le transfert des compétences, le nouveau schéma inter-communal qui doit avoir lieu, avec à termes la disparition des départements !

Pour notre département comme pour tous les autres, cette réforme va se marquer par la suppression de la clause de compétence générale qui est une condition de la réactivité du département aux besoins des citoyens.

Une politique de casse nationale. C’est néfaste pour le développement de notre territoire. Face à cette politique, la droite en demande toujours plus et la déception aidant c’est la route ouverte pour le Front National ! »

« C’est pourquoi les candidats du Front de Gauche ont plusieurs objectifs », poursuit le candidat.

• « Nous nous opposons aux réductions par l’État des dotations annoncées, nous nous opposons aux conséquences de la réforme territoriale qui vise à éloigner les citoyens des lieux de décisions, à réduire les compétences de proximité comme la commune et le département. »

• « Nous ce que nous voulons faire : faire du département un moteur d’innovation sociale, développer la proximité dans les territoires notamment ruraux, développer les politiques publiques engagées ou à définir, soutenir l’agriculture paysanne, favoriser le développement de l’agriculture biologique, développer les repas bio dans les collèges, les écoles, les maisons de retraites, tout ce qui peut aider à l’activité économique du département. »

« Sur le plan du canton, nous défendrons le barreau de la rocade nord de la RD 935 à la RN 21. Nous nous opposerons au barrage de l’Ousse en appuyant le projet de zone agricole protégé. »

Pour terminer Jean Buron a abordé l’UTV de Bordères, et a précisé s s’être appuyé sur une usine identique déjà implantée , l’usine d’Angers à sa fermeture envisagée , ce qui confirme l’inquiétude des association comme l’ADRISE et autres.

A noter les dates des réunions publiques avec les candidats du Front de gauche :

-jeudi 12 mars à 18h30, salle de la bascule à Ibos.

-jeudi 19 mars à 20 h, salle mille clubs à Bordères.

-vendredi 20 mars à 18 h, salle de la mairie annexe à Bazet.

 

Nicole Lafourcade