Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Entente Républicaine sur le canton de Tarbes 2 : Gilles Craspay (UDI) et André Doubrère (UMP)« ensemble »

jeudi 19 février 2015 par Rédaction

Gilles Craspay (UDI) et Andrée Doubrère (UMP), binôme candidat de l’Entente Républicaine sur le canton de Tarbes 2, ont présenté les valeurs et les ambitions qu’ils portent et qui justifient leur engagement pour les élections départementales des 22 et 29 mars prochains. Ce canton 2 issu d’un récent découpage reprend l’ancien canton 1 sur lequel tous deux s’étaient déjà présentés à une précédente cantonale ainsi qu’une moitié de l’ancien canton 2. Il comprend le quartier Saint-Antoine, une partie de la rue Massey et du centre ville, le quartier Vignemale, le Martinet, le Marcadieu, le Foirail, le quartier Mouysset, le Clauzier et la Zone Kennedy.

Il s’agit d’un canton plus élargi que l’ancien canton1, « dessiné un peu cavalièrement sans doute pour être plus avantageux pour certains…mais finalement chaque canton tarbais vu sa masse reste représentatif de la population », glisse Gilles Craspay. Pour Andrée Doubrère « notre canton 2 est d’une riche mixité sociale, avec une sociologie diversifiée où il y aura un travail de solidarité important à faire »

 

D’emblée Gilles Craspay, maire-adjoint de Tarbes, chargé de l’éducation et de la jeunesse, insiste : « Nous représentons Andrée et moi la majorité municipale ; c’est important car le 1er objet de notre candidature est de représenter l’équipe municipale de Tarbes derrière Gérard Trémège. Nos adversaires n’ont jamais siégé au conseil municipal depuis 2001 et c’est un énorme handicap…pour eux ! Nous, nous voulons rétablir cette continuité entre l’action du terrain municipal et du terrain départemental. »

Et de préciser : « L’Entente Républicaine représente un vaste rassemblement qui unit le Centre, la Droite et tous les hauts- pyrénéens de bonne volonté qui ont envie d’insuffler une nouvelle dynamique départementale. A ce sujet je pense à Georges Pujos… Des gens comme lui ont le désir d’œuvrer pour leur quartier, leur canton, leur ville : l’Entente Républicaine leur offre de s’y retrouver pour servir leurs quartiers, les tarbais, Tarbes et les hommes et les femmes des Hautes-Pyrénées. »

 

Pour Andrée Doubrère, maire-adjointe de Tarbes chargée des affaires sociales et du handicap, il s’agit avant tout d’équilibrer les forces de la ville à la table départementale : « Il est anormal qu’aucun élu tarbais n’y soit représenté ! Nous travaillons avec Gérard Trémège avec passion et dynamisme et nous allons à ces élections avec ces mêmes sentiments car c’est important pour Tarbes et nos projets ! »

Et d’ajouter : « Nous ne connaissons pas encore les compétences de la nouvelle assemblée départementale …mais l’action sociale restera la compétence essentielle. Il s’agit d’une élection de proximité : tous les jours nos équipes et nous-mêmes rencontrons les tarbais et nous nous battrons pour eux pour maintenir les services de proximité, la solidarité pour tous les âges, la mise en place d’une véritable politique du logement pour les jeunes et un soutien dans leur recherches d’emploi… sans oublier le sujet de l’hôpital à qui il faut donner un souffle nouveau urgent !! Etre très proches de nos tarbais, c’est notre ambition : ils nous ont fait confiance au 1er tour des élections municipales et cela nous donne de l’élan pour aller sur cette échéance départementale ! »

 

Gilles Craspay de conclure : « Certes on ne saura pas avant juin les compétences exactes de la nouvelle assemblée départementale et ça ne va pas aider les électeurs : mais les solidarités sociales et territoriales seront conservées avec notamment le soutien du FEU (Fonds d’Equipement Urbain) ; le reste des compétences sera sans doute partagé…

Quant à la présidence de conseil général, trois années de présidence socialiste ont mené une politique calamiteuse qui a endetté le département. Le président actuel a été plus avisé…En tous cas il y a urgence à faire barrage à des élus socialistes qui nous ont mis dans un sillon désastreux tant au niveau national que départemental. »

 

Le binôme des remplaçants est constitué d’Elisabeth Brunet, conseillère municipale, et de Michel Garnier, directeur de Cabinet de Gérard Trémège

 

 

Josiane Perez 

LIRE (.pdf)