Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Grand Tarbes : Charles Habas dresse le bilan des neuf premiers mois de sa présidence

jeudi 5 février 2015 par Rédaction

Charles Habas, président du Grand Tarbes, a présenté ses vœux à la presse lors d’un petit déjeuner. Il était entouré de son premier vice président Yannick Boubée et de Jean Luc Reviller (DGS).

Le président du grand Tarbes a souligné à cette occasion qu’il arrivait aux neuf premiers mois de sa présidence, ce qui lui permettait d’établir un premier bilan et de dresser une feuille de route pour les neuf mois à venir.

Extraits des propos de Charles Habas

Ces neuf derniers mois ont vu la réalisation de différents projets. Nous pouvons citer ici :

- L’adhésion du Grand Tarbes à l’association Ambition Pyrénées, qui portera le Projet de Territoire.

- Adhésion du Grand Tarbes à la Société Publique Locale Agence Régionale pour l’Environnement, opérateur public agissant au service des collectivités. L’ARPE doit ainsi permettre de renforcer la coopération institutionnelle pour l’exercice de missions d’intérêt général, de mutualiser une ingénierie sur les métiers du développement durable et de réduire les coûts et les délais des prestations. Elle assure ainsi diverses missions en matière d’aménagement et de développement durable du territoire

- La bibliothèque numérique du Grand Tarbes, Bibliovox, mise en service depuis septembre dernier et qui permet à chaque personne inscrite auprès du réseau des bibliothèques du Grand Tarbes de consulter, depuis chez soi et avec son ordinateur ou sa tablette, des milliers d’ouvrages.

- L’accompagnement de la culture est une action essentielle du Grand Tarbes, notamment au niveau de la lecture publique qui fait actuellement l’objet d’une importante réflexion.

- Le groupement pour l’acheminement et la fourniture de gaz, dont le Grand Tarbes est le coordonnateur. Cette procédure permet de profiter de prix compétitifs, et donc de limiter les coûts pour les collectivités.

Neuf mois encore au cours desquels de nouveaux dossiers ont été mis sur les rails et qui nous occuperons pour les mois à venir. Là encore je peux citer :

- La réflexion sur la politique sociale en faveur des usagers des transports.

- Les travaux lancés avec le Syndicat Départemental d’Energie pour équiper l’agglomération de bornes de recharge pour les véhicules électriques.

- La mise en place de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères incitative, par laquelle les usagers paient, pour partie, en fonction de la quantité de déchets produits. Une année de test est prévue en 2016, avec une facturation réellement incitative en 2018 sur la consommation 2017.

- La Zone d’Aménagement Concerté EcoParc de Bordères-sur-l’Echez, avec la reprise de la phase de concertation liée au changement de périmètre. Ce périmètre a été réduit à 40 hectares pour permettre sa faisabilité.

- Le Nouveau Programme National de Rénovation Urbaine, mené en lien avec les services départementaux de l’Etat et du GIP Politique de la Ville Grand Tarbes et Lourdes.

- Le schéma de mutualisation sera également un enjeu central dans les mois à venir pour soutenir les communes dans leur développement, à travers par exemple la création d’un service commun pour les autorisations du droit des sols. Il s’agit d’une démarche cohérente car porteuses d’économies, et pertinente en termes de soutien aux communes de l’agglomération pour leur développement.

- Une réflexion sera menée concernant la piscine Michel Rauner de Séméac. En effet, une procédure de diagnostic a été lancée concernant cet équipement vétuste. Elle se composera tout d’abord d’un diagnostic technique complet et précis de la piscine comprenant une vision prospective de l’offre aquatique sur le territoire. Puis la seconde phase s’intéressera quant à elle aux besoins aquatiques des usagers du territoire. Une segmentation par type d’usager devra permettre une approche exhaustive et précise des besoins aquatiques du grand public, des scolaires mais aussi du monde associatif. A partir de ces données, des scenarii matérialisant la réponse concrète aux besoins déterminés pourront être élaborés, et cela dès le mois d’avril 2015.

- Le bâtiment 313. J’ai souhaité diminuer le coût global de ce projet évalué jusqu’ici à 10M€. Ces réflexions ont pour l’instant conduit à une diminution de 1,1 M€ du coût global. 1,1 M€, ce n’est pas rien. Nous sommes dans une période de raréfaction des fonds publics, c’est pourquoi nous devons analyser chaque dossier judicieusement. Mais je tiens à souligner que ce projet devrait se faire : reste à savoir qui sera le maître d’ouvrage.

Vous le voyez, ces projets sont nombreux. Je me félicite d’ailleurs de l’adoption du budget lors du Conseil Communautaire du 18 décembre dernier, avec 27 voix pour, 5 abstentions et 19 voix contre. Un budget qui comprend plus de 5,3M€ d’investissement, ce qui n’est pas neutre en termes d’activités et d’emplois sur le territoire. Ce vote vient à la fois valider ces orientations, mais aussi montrer clairement que la majorité du Grand Tarbes n’est pas aussi instable que certains voudraient le faire croire. Cette majorité, c’est une équipe soudée et sérieuse.

Toujours pour parler finances, j’attire de nouveau votre attention sur le fait que ces projets devront être réalisés dans un contexte financier contraint. La baisse des dotations de l’Etat représentera en 2015 pour le Grand Tarbes une perte de 500 000 €.

Une motion pour le maintien du niveau des concours financiers de l’Etat en direction des collectivités a d’ailleurs été votée à l’unanimité lors du Conseil Communautaire du 18 décembre dernier. Une motion similaire avait déjà été votée le 7 juillet dernier en soutien à l’action de l’AMF pour alerter solennellement les pouvoirs publics sur les conséquences de la baisse massive des dotations de l’Etat.

C’est dans ce contexte, je le répète, que des projets comme le bâtiment 313 devront être analysés judicieusement et correctement dimensionnés, au risque de plonger l’agglomération dans une situation financière tendue.

Enfin, je ne peux clore mon propos sans évoquer les enjeux liés à la réforme territoriale. Comme vous le savez, elle conduira à une réflexion sur le périmètre des intercommunalités. Ce travail, effectué par la Commission Départementale de Coopération Intercommunale, sera placé sous l’égide de Madame la Préfète.

Quels seront les contours du Grand Tarbes au 1 er janvier 2016 ? Personne ne le sait. La seule conviction que j’ai à l’heure actuelle est celle d’une ardente nécessité : celle de mettre en place une organisation administrative porteuse de cohérence, d’efficience et d’ambition pour le territoire. L’intérêt du territoire devra prévaloir, et non les intérêts partisans.