Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Envahissement du CT Emploi du 13 janvier 2015 : l’expression d’un ras le bol généralisé et d’une souffrance au quotidien. La direction reste sourde

mardi 13 janvier 2015 par Rédaction

Finances Publiques : communiqué de l’Intersyndicale CGT/Solidaires/FO

9 chaises vides pour symboliser les 9 suppressions d’emplois de cette année.

50 destructions d’emplois sur les 5 dernières années ( l’équivalent des centres des finances de Lourdes et de Lannemezan )

A l’appel de l’intersyndicale CGT/Solidaires/FO. près de 70 agents s’étaient donnés rendez-vous pour exprimer au directeur leur ressenti quotidien.

Des expressions multiples et variées, une tension avec la direction palpable dans tous les témoignages et un dénominateur commun : 

Une souffrance au quotidien devant l’empilement des réformes sans moyens, l’absence totale de reconnaissance, un service à l’usager qui se détériore chaque jour, des relations avec les usagers et les collègues qui ne cessent de se dégrader.

Face à cela le directeur répond réorganisation et adaptation, les 2 termes portés comme un étendard.

Il renvoie les responsabilités au niveau politique et au niveau de la direction générale et n’a rien à proposer au personnel dont il assure la direction.

Même lorsque les agents demandent une amélioration du projet d’aménagement immobilier de la DDFIP, le Directeur répond contraintes et se refuse à porter un projet qui améliorerait les conditions de travail des agents.

Lorsqu’il lui est proposé d’ouvrir un dialogue sous la forme d’un groupe de travail avec le Conseil général, les organisations syndicales et l’administration, sur l’avenir des services de la DDFIP dans le département, la réponse est là encore négative.

Comment s’étonner dès lors que le peu de confiance qu’il restait entre la grande majorité des personnels et les cadres dirigeants soit rompu.

En clair les réponses directionnelles de cet échange qui aura duré 2 heures peuvent se résumer ainsi : la machine administrative va continuer d’avancer en dépit de vous.

Il est clair que nous devrons tout mettre en œuvre dans les semaines qui viennent pour arrêter une démarche administrative qui à l’évidence est en train de détruire les individus.