Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Rugby Pro D 2 : la botte de Kopetzky fait la différence

lundi 26 octobre 2009 par Rédaction

(Stade Maurice Trélut)

TPR 28 Grenoble 18 (MT : 9-11)

Pour Tarbes : un essai Christophe André 44’, une transformation, 7 pénalités (7’,12’, 26’, 55’, 58’, 67’, 73’) Khrist Kopetzky

Pour Grenoble : deux essais W. Human (9’), R. Bernard (49’) ; une transformation (49’), deux drops (6’ et 28’) P. Dut.

Le TPR a réussi une performance en venant à bout de Grenoble 28-18. Performance, car les Grenoblois qui restaient sur une lourde défaite à Narbonne 32-0, occupaient la 3ème place du classement après avoir été leader de la Pro D2. D’autant que Tarbes, décimé par les blessures, avait dû intégrer 2 juniors Reichel et alignait 7 joueurs issus du Centre de Formation. Des Tarbais sous pression après leur courte défaite contre Pau et qui se devaient de gagner pour ne pas se retrouver dans une spirale négative avant deux déplacements difficiles à Lyon et Narbonne.

Comme contre Pau, les Bigourdans avaient du mal à rentrer dans le match et Grenoble marquait les premiers points sur un drop de Dut dès la 6ème minute. Les Tarbais réagissaient sur pénalité (3-3) mais encaissaient aussitôt un essai sur un dégagement contré (3-8). Sans se décourager, les Bigourdans poussaient Grenoble à la faute et prenaient l’avantage sur 2 nouvelles pénalités (9-8) à la demi-heure de jeu. Mais, toujours fébriles, ils ne maîtrisaient pas le renvoi et Dut claquait un second drop (9-11). Malgré un carton jaune pour placage à retardement du centre grenoblois, les Tarbais n’arrivaient pas à marquer avant la mi-temps.

A la reprise, malgré le vent contraire, c’est une équipe tarbaise métamorphosée qui reprit le combat tous crocs dehors. Le résultat ne se fit pas attendre avec un essai en force transformé du bord de touche (16-11). Mais Tarbes se faisait de nouveau surprendre sur un coup-franc rapidement joué au centre du terrain et Grenoble marquait un splendide essai en contre (16-18) à la 49ème minute. A partir de là, et avec l’entrée de joueurs frais, le TPR allaient prendre le jeu à son compte et mettre Grenoble sur le reculoir. D’autant, qu’à un 1/4 d’heure de la fin le demi de mêlée visiteur écopait d’un carton jaune pour anti-jeu. Kopetzki ne se privait pas de transformer en points toutes les fautes adverses concédées sous la pression et Tarbes s’imposait logiquement 28-18, grâce à sa seconde mi-temps.

Une victoire qui permet au TPR de conforter sa place en haut du tableau. A noter l’excellente prestation de Domec, encore junior Reichel, infaillible sous les chandelles et dangereux sur ses relances par ses crochets et sa vitesse de course. Des Tarbais en progrès en mêlée et en touche mais qui devront gommer leurs absences sur les renvois qui leur coûtèrent de nombreux points.

(Jean-Jacques Lasserre)

=========
GALERIE D’IMAGES ALAIN BOUCHARD

Réaction de l’entraineur du TPR, Philippe Bérot, à l’issue de la victoire (28-18) face à Grenoble (source : site officiel du TPR)

Philippe, tes premières réactions après cette nette victoire face à Grenoble...

P.B. : Nous avons été compacts et concrets. Mais encore une fois, nous débutons mal en leur donnant 8 points en première mi-temps, contre le cours du jeu et nous atteignons la pause avec deux points de retard. Heureusement, nous nous sommes retrouvés sur les fondamentaux et notamment sur l’engagement physique.

La défaite face à Pau avait-elle laissé des traces ?

P.B. : Un petit doute s’était installé suite à cette défaite, il nous fallait rebondir avec une victoire nette pour retrouver la confiance. C’est fait ! Je pense que notre équipe a démontré qu’elle a beaucoup de qualités. On le savait, mais après la prestation contre Pau, il fallait le rappeler... Le groupe travaille beaucoup et il n’y a pas de secret... Les joueurs sont à l’écoute et à tous les niveaux du staff tout le monde s’investit pleinement. A moment donné, la logique veut que tout ça soit récompensé.

On a constaté du mieux en mêlée ce soir...

P.B. : Oui, même si ça n’a pas été totalement récompensé... Ceci dit, nous avons tenté d’améliorer certains points qui avaient fait défaut contre Pau, par exemple mieux négocier les renvois en jeu, en décalant Christophe André dans l’axe pour qu’il remonte les ballons et mette Khrist Kopetzky en meilleure position.

Un mot sur la prestation d’Adrien Domec, pour la première fois titulaire...

P.B. : Grande satisfaction effectivement que cette belle prestation du jeune Adrien Domec, du haut de ses 18 ans. Il a de la qualité, de l’envie, il faut qu’il grandisse et continue à progresser. J’associe aussi Ludovic Duhen et Thomas Chenut et Geoffrey Lanne-Petit qui est Reichel. Ils nous démontrent que nous avons raison de leur donner leur chance. Ces gosses ont largement le niveau d’intégrer le groupe et s’inscrivent clairement pour le long terme.

Comment aborder désormais les deux déplacements compliqués à Lyon et Narbonne ?

P.B. : Ca sera difficile, mais nous ne nous déplaçons jamais pour perdre. L’an passé ça s’était mal passé à Lyon, nous y allons cette année pour faire un coup, bien sûr. Tous les matchs sont pour nous des opportunités de prendre des points.

La défaite contre Pau est-elle digérée ?

P.B. : Pas complètement. Nous perdons le match à deux minutes de la fin sur une décision arbitrale contestable. La soi-disant faute de Thierry Lacrampe n’existe pas. On perd le match et trois points au classement, c’est dur mais c’est comme ça.

Le public de Trélut s’est particulièrement manifesté ce soir concernant certaines décisions arbitrales...

P.B. : Le public a réagi sur un certain nombre de faits de jeu... C’est normal, à Tarbes nous avons un public de connaisseurs. Les joueurs et le staff sont sensibles à ces soutiens. Merci à notre public très présent. On aimerait peut-être aussi qu’il encourage nos joueurs lorsque l’équipe adverse prend l’ascendant et nous domine, mais je ne perds pas de vue que nous avons un devoir : celui de procurer du plaisir au public tarbais.