Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Le rattachement à l’Aquitaine voté par la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées

vendredi 27 juin 2014 par Rédaction

Mercredi soir, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tarbes et des Pyrénées a tenu son assemblée générale à Barèges sous la présidence de François-Xavier Brunet et en présence du préfet Henri d’Abzac, de Chantal Robin-Rodrigo, vice-présidente du conseil général, Guy Baudéan, président du tribunal de commerce, Daniel Pugès, président de la Chambre de Métiers, Jacques Argounès, président du MEDEF 65. Pourquoi avoir choisi Barèges ? Tout simplement pour tirer le bilan du fonds de solidarité qui a permis d’aider les entreprises victimes des inondations suite à la crue du 18 juin 2013. 26 dossiers ont été retenus, représentant un montant de 480 000 euros. 80% des entreprises aidées concernent le secteur du tourisme, 14% le commerce et 6% l’industrie.

On retiendra surtout de cette assemblée générale le souhait des représentants consulaires du département de se rapprocher de l’Aquitaine et la défiance des CCI vis-à-vis du gouvernement.

MOTION RELATIVE AU POSITIONNEMENT DES

HAUTES-PYRENEES DANS LA NOUVELLE

CARTOGRAPHIE REGIONALE

• Considérant l’appartenance du Département des Hautes-Pyrénées au bassin économique des Pays de l’Adour ;

• Considérant la proximité du Béarn et de la Bigorre, et la nécessaire collaboration de ces deux territoires dans leur intérêt mutuel, et dans celui d’un développement équilibré du Grand Sud Ouest Français ;

• Considérant le projet de loi relatif à la nouvelle carte des Régions Françaises ;

• Considérant l’intérêt bien compris d’un développement concerté du massif pyrénéen ;

• Considérant l’approbation par la CCI THP du Projet de Territoire des Hautes-Pyrénées, initié par le Conseil Général des Hautes-Pyrénées, qui intègre un chantier stratégique sur le partenariat des Hautes-Pyrénées avec les territoires voisins, au premier rang desquels se situe le territoire du Béarn ;

Les membres de la CCI THP, réunis en Assemblée Générale le mercredi 25 juin 2014 :

1. expriment le souhait que la nouvelle carte des Régions Françaises puisse donner lieu de façon prioritaire à un regroupement des trois Régions actuelles, Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

2. à défaut, considèrent que le regroupement des Régions du Sud Ouest devrait conduire à privilégier le scénario de la fusion des Régions Aquitaine et Midi-Pyrénées.

3. à défaut, expriment le souhait que le Département des Hautes-Pyrénées puisse faire l’objet d’un rattachement à une Région Aquitaine élargie, afin de disposer, au sein d’une même Région, de l’ensemble homogène constitué des Pays de l’Adour, et de permettre ainsi au rapprochement Béarn/Bigorre de donner sa pleine mesure au service du développement d’un pôle métropolitain d’équilibre.

Les CCI de Bayonne/Pays Basque et de Pau/Béarn ont fait la même démarche que la CCI des Hautes-Pyrénées (Lire le courrier ci-dessous)

Motion de défense des entreprises par les CCI
Inscrite dans la défiance vis-à-vis du Gouvernement

A l’heure où le Gouvernement propose aux entreprises un pacte de responsabilité, il organise le démantèlement de l’économie sur les territoires.

Les Présidents de CCI réunis ce jour, mardi 27 mai, en assemblée générale de CCI France,

Constatent le mépris affiché du Gouvernement envers l’engagement bénévole de 5000 chefs d’entreprise, élus, au service des entreprises et des territoires :

C’est donc la fonctionnarisation de ces élus de CCI par leur mise sous tutelle qui est envisagée,

Constatent le dédain des corps intermédiaires que sont les CCI, qui œuvrent au quotidien, sans relâche et sans fanfaronnade, auprès des entreprises pour promouvoir les politiques publiques :

C’est donc le contrat d’objectifs et de performance que le Gouvernement a pourtant réclamé et signé avec les CCI le 28 mai 2013, qui est foulé aux pieds,

Constatent la désinvolture du Gouvernement à l’égard du rôle, des missions et des propositions des CCI :

C’est donc leur efficacité, leur efficience qui ne sont pas prises en compte, alors qu’elles ont joué la transparence,

Ce sont donc les propositions fortes d’évolution qu’elles ont portées, qui ne sont même pas étudiées,

Constatent la négation du dialogue que le Gouvernement prône par ailleurs, clé de voûte du pacte de confiance signé entre les CCI et le Gouvernement le 28 mai 2013 :

Ce sont donc des principes de coopération qu’il a édictés et qu’il dévoie dès qu’ils sont posés,

Constatent le hold-up qu’organise le Gouvernement sur l’argent des entreprises, en confondant délibérément un fonds de roulement nécessaire pour engager des investissements productifs avec un bas de laine :

C’est donc les investissements structurants réalisés chaque année par les CCI au profit des entreprises et des territoires qui sont condamnés,

Constatent l’irresponsabilité avec laquelle le Gouvernement traite la formation et l’emploi des jeunes en réduisant les moyens des écoles, des centres de formation d’apprentissage... :

C’est donc l’avenir de très nombreux jeunes élèves et apprentis qui est fragilisé à quelques mois de la rentrée scolaire.

En conséquence et jusqu’à ce que le Gouvernement ait rétabli la confiance indispensable à la poursuite de la collaboration avec les CCI au service de l’économie de la France

Ils décident :

• De suspendre tous les travaux en cours avec le Gouvernement, tant au niveau national que régional et territorial,

• De se retirer de l’APCE, du GIP « guichet entreprises », du portail international, du chantier

du fret ferroviaire, des conventions de politique de la ville, des assises de l’entrepreneuriat,

• De ne plus promouvoir les politiques publiques, en particulier le pacte de responsabilité qui risque d’être un jeu de dupes comme le pacte de confiance signé avec les CCI,

• De ne plus transmettre les données relatives au fonctionnement des CCI et de ne pas transmettre les budgets exécutés 2013,

• De mener, en responsabilité, leurs missions et en particulier celles d’appui aux entreprises et aux territoires, mais sans plus en rendre compte à l’Etat.

DIAPORAMA