Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Pyrénées – Agrisolidarité : Terre pour le Pays Toy

mercredi 9 avril 2014 par Rédaction

Jamais, depuis un demi-siècle, la construction des barrages et centrales hydroélectriques, ce pays dédié au mouton, n’aura connu un tel chantier. Depuis le lendemain des crues des 18 et 19 juin 2013, après nettoyage, le Pays Toy n’a cessé de reconstruire ce qui avait été détruit. Les grandes infrastructures sont refaites. Les touristes peuvent venir sans aucune gêne depuis l’été dernier. Les stations de ski ont fonctionné normalement tout l’hiver et les hôtels ont ouvert sans avoir été impactés à l’exception d’un seul à Barèges. Par contre, l’activité agricole a souffert.

Agrisolidarité en action permanente.

La solidarité agricole s’est mise en marche dès juillet 2013. Il fallait reconstruire les chemins, faucher ce qui l’était encore, rentrer le foin, nettoyer et reconstruire des granges, trouver du fourrage pour l’hiver…. Tout a fonctionné. Mais on ne peut pas vivre en permanence sur la solidarité des autres. 80 ha de terre ont été emportés entre Argelès et le Pays Toy. Ce sont 80 ha qui ne produiront pas d’herbe pour nourrir les bêtes l’hiver. Il faut refaire les prairies. Sur le seul canton de Luz (Pays Toy) entre Esquièze-Sère, Luz et les 6 communes de la bat Sus arrosée par le Bastan (vallée de Barèges), ce ne sont pas moins de 40 ha et 11 exploitations qui ont impactés. Il ne reste plus d’herbe. Que du caillou quand ce n’est pas le torrent lui-même comme chez Laurent et Thierry Lassalle-Carrère. Sur cette exploitation, les deux granges démolies seront remplacées par un bâtiment neuf en cours de construction. Mais le Bastan traverse toujours l’exploitation dans un lit provisoire… à la place de l’herbe nourricière.

Un pari fou : refaire de prairies

Il fallait oser. Mais les Toy n’ont peur de rien et ils le prouvent. Fidèles à la devise "Un Toy noun cragn qué Diou, et péricle, e erà lid." (Un Toy ne craint que Dieu, le tonnerre et l’avalanche), les voilà qu’ils décident de remonter la terre pour couvrir ce désert de cailloux. Et pas seulement remonter la terre du bas du près jusqu’en haut comme leurs ancêtres, mais la remonter depuis le bas de la vallée, de la plaine jusque chez eux pour refaire, au plus vite, les parcelles dévastées afin de poursuivre leur activité économique, retrouver un paysage accueillant, des prairies verdoyantes.

Ils y ont cru, ils ont su convaincre et la mobilisation générale a débuté du Président de la Chambre d’Agriculture Jean-Louis Cazaubon au plus petit éleveur de la vallée en passant par la députée, Jeanine Dubié, les Conseillers Généraux, Jacques Béhague et le Président Michel Pélieu, les maires, etc…. Il a fallu convaincre les ministres, les financeurs, les donateurs…. Un élan de solidarité inégalé a fini par s’installer. Et, miracle, lundi matin, les premiers camions de terre sont arrivés sur la plaine de Barès à Esquièze-Sère avec l’espoir que, pour cet été, une partie reverdisse.

Il faut faire des choix

Certes, il y a de la terre disponible autour de Tarbes. Mais pas question de monter n’importe quoi dans une vallée préservée. Par ailleurs, le transport a un coût. « Il faut faire des choix » nous précise Emmanuel Alonso du Pôle Territoires à la Chambre d’Agriculture. Lundi, pour une première journée, ce ne sont pas moins de 53 camions qui ont fait le voyage d’Ossun à Esquièze. Mais face à l’ampleur de la tâche, l’effort apparaissait bien maigre. « Sur les 40 ha impactés par la crue, seulement 10 ha seront végétalisés. Et comme il faut faire des choix, ce seront d’abord les parcelles attenantes aux bâtiments d’élevage » nous précise-t-il. Et les choix sont faits dans la concertation par les éleveurs eux-mêmes. Tous les travaux de renforcement des berges n’étant pas terminés, il n’est donc pas possible de tout refaire.

Une opération lourde et couteuse

Cette opération devrait durer jusqu’à la fin avril. Des centaines de camions de transport sont prévus. Le coût total est de l’ordre de 380 000 Euros. Le financement est assuré pour 1/3 par les exploitants via le fonds d’indemnisation, 1/3 en dons numéraires via Agrisolidarité, 1/3 par les collectivités locales du département auxquels il faut ajouter le soutien logistique de la Sécurité Civile.

De nombreux partenaires et donateurs interviennent

Fournisseurs de terre : PYRENIA et TARMAC
Maître d’œuvre : COLAS SA
Maître d’ouvrage : Les agriculteurs impactés (11 recensés).
Financeurs – soutien : Le Conseil Général des Hautes-Pyrénées par intermédiaire de l’Association des Maires, le Conseil Régional Midi-Pyrénées qui devrait rapidement donner un avis favorable, le Rotary Club et Agrisolidarité 65 avec les dons en numéraire collectés de toute la France et qui peuvent toujours être envoyés
Soutien technique ou logistique : La Sécurité civile du Var, la Fédération Départementale BTP dont les entreprises membres fournissent chacune une journée de transport et les Sanctuaires Lourdes eux-mêmes impactés par les crues de juin. Néanmoins, Monseigneur l’Evêque met à disposition deux tractopelles et son personnel.

L’organisation et le suivi du chantier sont assurés par l’entreprise COLAS au niveau du chargement à Azereix depuis le chantier de TARMAC et pour le transport jusqu’à Esquièze-Sère. Agrisolidarité 65 assure le suivi du chantier à Esquièze-Sère.

La sécurité civile participe aux travaux

Nous l’avions vu à l’œuvre au plus fort du nettoyage juste après les crues. La voilà de retour du 7 au 18 avril sur le site d’Esquièze-Sère pour l’étalement de la terre à Esquièze ainsi que le transport sur le secteur du Bastan des m3 achetés par les agriculteurs pour refaire leur terrain avec l’appui technique des Sanctuaires de Lourdes.

La vallée ne sera plus jamais comme elle était. Mais un début de verdure pourrait bien apparaitre dès cet été. Tous les espoirs sont permis. Après 1897, la vallée est redevenue belle. Il n’y a pas de raison pour que ça ne se reproduise pas.

Louis Dollo

 

Faire un don par chèque bancaire

Agrisolidarité 65
Chambre d’Agriculture
20, Place du Foirail
65000 Tarbes
Tel : 05 62 34 66 74

A visiter…

Exposition photographique des crues du Bastan à la gare de départ de l’ancien funiculaire à Barèges. http://www.funiculaire-bareges.com/funiculaire-bareges/index.html.html

Office de Tourisme du Grand Tourmalet / Barèges : Tel 05 62 92 16 00 http://www.grand-tourmalet.com/fr/index.aspx

Analyse des événements qui ont conduit aux crues de juin 2013 http://www.bagneres-adour.com/DetailElement.aspx?numStructure=38976&numElement=182331 Des photos sont exposées à Barèges.

Photos de Denise Sabatut, Joël Adagas et Louis Dollo