Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
   
 
  
 

29ème Congrès des élus de la montagne à Cauterets : « La montagne, un caractère singulier, des solutions innovantes »

vendredi 18 octobre 2013 par Rédaction

Hier matin, à Cauterets, s’est ouvert le 29ème congrès de l’Association Nationale des Elus de la Montagne (ANEM). Une occasion de rencontres et d’échanges sur les grands sujets qui préoccupent les élus de nos vallées qu’elles soient pyrénéennes, alpines, corses ou auvergnates. Après une matinée consacrée aux obligations statutaires propres à toutes associations, le congrès par lui-même s’est ouvert à 14h sous un chapiteau en remplacement d’un casino désormais défaillant.

L’ouverture du congrès par la présidente Frédérique Massat, députée de l’Ariège, a été suivie par l’allocution d’un autre Ariégeois, Jean-Pierre Bel, Président du Sénat, avant que ne s’ouvre des tables rondes sur le très haut débit et les gisements d’énergie renouvelable.

Trente ans de loi montagne… Presque !

Jean-Pierre Bel, sénateur et élu de la montagne ariégeoise, nous dit son attachement à la « loi montagne », en fait, « loi relative au développement et à la protection de la montagne » du 9 janvier 1985 http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=3918678468F55465C7181ED8BF255897.tpdjo15v_3?cidTexte=JORFTEXT000000317293&dateTexte=20131018 Il précise : « Je sais que beaucoup d’acteurs de la montagne estiment qu’il serait utile de réviser ou d’actualiser la loi montagne. À l’heure où nous appelons de tous de nos vœux une modernisation de l’action publique ainsi qu’une simplification des procédures et des cadres réglementaires, il faut selon moi être vigilant sur cette question. Même si certains en ont dressé un bilan très critique, j’estime que la loi montagne a permis des avancées majeures dans un Etat que l’on pouvait qualifier de jacobin : reconnaissance de l’identité montagnarde et mise en œuvre d’une politique à l’échelle des massifs, préservation de l’agriculture de montagne, développement maîtrisé de l’économie touristique, protection des espaces naturels sensibles … Il est vrai que tous les objectifs de la loi montagne ne sont pas encore atteints. Nous avons encore du travail concernant le développement économique local des zones de montagne, l’adaptation territoriale des normes ou la protection du patrimoine naturel. Mais est-ce que cela nécessite une nouvelle loi, une révision de la loi montagne ou plutôt une mobilisation de tous les instants sur toutes les problématiques, comme l’ANEM sait si bien le faire ?  » [Voir allocution complète-pdf]

PDF - 46.9 ko

Prudence, peut-être. Mais le monde change et cette loi a déjà fait l’objet de toilettages successifs en 1993, 1996, 2002, 2005… pourquoi pas en 2014 si cela est nécessaire.

Le très haut débit, quelle optique pour la montagne ?

Une table ronde passionnante avec un débat dépassionné. Nous découvrons que le Wimax est interdit… « Ça ne marche pas  ». Belle affaire pour un département qui a fait ce choix et qui ne voit pas grand-chose avancer…. Toujours est-il que le gouvernement a arrêté sa stratégie avec une « feuille de route  » pour déployer le très haut débit. Très bonne initiative d’autant que : « il a apporté des précisions sur le financement et le pilotage des investissements  ». Beaucoup d’élus restent sceptiques sur ces moyens de financement. Il est également précisé que : «  la couverture intégrale du territoire en fibre optique est le but final  ». Mais aucune date n’est fixée. Il est donc assez peu probable que le transporteur, France Télécom (Groupe Orange), ne se précipite dans une telle opération qui, momentanément l’obligerait à entretenir deux types de réseaux. Néanmoins, la priorité devrait être d’éviter la fracture numérique territoriale grâce à la péréquation et la solidarité nationale. Mais est-ce vraiment envisageable ? La fracture est telle sur certains territoires que beaucoup d’élus se trouvent en situation de doute profond.

Philippe Martin : un ministre de l’écologie pragmatique

Après avoir visité un chantier de reconstruction en bord de gave, rendu visite à une délégation de la coordination pyrénéenne ADDIP et déambulé dans les rues de Cauterets heureux de se retrouver un peu chez lui en Gascogne et retrouvé quelques amis, le Ministre est passé à un autre exercice où il était fortement attendu. « Ça va chauffer  » nous disait une élue bigourdane…. En fait moins que prévu. Et pourtant, la problématique des concessions hydroélectrique est bien électrique….

Philippe Martin et les concessions des barrages

Concernant les handicaps de la montagne et leurs conséquences, «  nous devons vivre avec  », dit-Il. «  Sans cesse améliorer nos méthodes de gestion  » précise-t-il avant d’évoquer Augustin Bonrepaux, Président du Conseil Général de l’Ariège et ancien président de l’ANEM… " Le plus acharné des défenseurs de la montagne ». Il évoque une réactualisation de la loi montagne dans un but de « simplification des procédures pour faciliter la vie du quotidien. "

Pour le Ministre de l’Ecologie, « la préservation de la montagne  » est essentiel en même temps qu’un « développement maîtrisé du tourisme  ». Dans ce cadre, ce qui est nouveau, c’est cette déclaration dans la bouche d’un Ministre : «  Si la République est une et indivisible » il faut tenir compte « des diversités  ». Et en montagne elles existent bien souvent d’une vallée à l’autre. Et de reprendre les grandes lignes du congrès sur le haut débit tout en abordant le handicap naturel qu’il ne faut pas « négativer », la transition écologique et les choix énergétiques avec l’hydroélectricité, la biomasse et la méthanisation.

La décentralisation reste un sujet classique en annonçant « le franchissement d’une nouvelle étape 30 ans après les lois de décentralisation  ». Dans un département agricole comme le nôtre, il ne pouvait pas ne pas évoquer la PAC (Politique Agricole Commune) avec ses aides « en soutien à la production animale,… l’ICHM…. La construction de bâtiments… ».

La montagne, gisement d’énergie renouvelable

En juillet dernier, un débat national a permis de recueillir les avis des acteurs de base sur la transition énergétique. Dans ce domaine et depuis longtemps, la montagne apporte une part importante à l’énergie renouvelable. C’est le cas de la production hydroélectrique qui représente les 4/5 de l’électricité renouvelable. D’autres énergies sont envisageables comme la biomasse, l’éolien par ailleurs contesté pour sa pollution visuelle, le solaire, le méthane.
Autant de sujet de débat sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir au cours des prochaines semaines.

Louis Dollo