Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Les annonces budgétaires : mensonges et trahisons

jeudi 12 septembre 2013 par Rédaction

Le gouvernement a dévoilé ce mercredi matin ses orientations budgétaires pour 2014. Ce projet de budget n’est que mensonges et trahisons.

Pour ce qui est des mensonges, Jean-Marc Ayrault a déclaré qu’il s’agit d’un « budget pour le redémarrage de l’emploi », pour « consolider la croissance ». Or, l’INSEE vient d’annoncer un nouveau recul de la production industrielle démentant les discours gouvernementaux sur la reprise économique. D’ailleurs, le gouvernement lui-même révise à la baisse sa prévision de croissance pour 2014 à 0,9%. La France passe de la récession à la stagnation mais la crise n’est pas finie. Quant à l’emploi, il continue de s’effondrer comme le montrent aussi les chiffres de l’INSEE : sur un an, les secteurs marchands ont supprimé 139 100 postes. Crainte du licenciement pour celles et ceux qui sont en emploi et précarité pour qui cherchent à y accéder : tel est le lot de la masse des salariéEs du privé. Tandis que dans le public c’est une nouvelle année de blocage des salaires et de compression des effectifs.

Ce projet de budget synthétise aussi les trahisons de ce pouvoir vis-à-vis de ceux qui l’ont élu, il y a un an et demi. Les 15 milliards d’économie annoncé correspondront d’abord, pour 6 milliards, à des compressions de dépenses de l’assurance-maladie et des régimes de retraite : plan d’économie, premier impact de la réforme des retraites, etc. Quant aux autres 9 milliards, ils se traduiront pour l’essentiel par moins de service public au niveau de l’Etat et des collectivités locales. Ceux qui en ont le plus besoin en subiront les conséquences. Bien sur, de l’argent pour les aventures guerrières, il y en aura toujours ! Quant aux impôts, le gouvernement se livre à une grande opération d’enfumage. La fin du gel du barème de l’impôt sur le revenu profitera d’abord aux hauts revenus et ne compensera pas la hausse de la TVA déjà programmée pour payer les 20 milliards de cadeau au patronat du Crédit d’impôt compétitivité. D’autres prélèvements pèseront sur les salariéEs : à défaut d’éradiquer les vraies niches fiscales bénéficiant aux riches comme celle concernant les investissements dans les départements d’outre-mer, le gouvernement va, par exemple, supprimer les réductions d’impôts bénéficiant aux familles ayant des enfants scolarisés dans le secondaire et le supérieur. Quant aux entreprises, bien sur, elles seront épargnées.

Tarbes, le 12 septembre 2013